Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Live. Coronavirus : la situation au Maroc, vendredi 14 août à 18h    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tanger reconfiné : Les commerçants voient rouge
Publié dans L'observateur du Maroc le 14 - 07 - 2020

Colère, déception et dépit... les commerçants de Tanger et de Bni Makada en particulier n'arrivent pas à digérer la décision du reconfinement.

Par Hayat Kamal Idrissi

« Si on n'est pas tué par le Coronavirus, on le sera surement par la dépression économique », lance d'emblée Said Ahrouch, président de la ligue des commerçants du nouveau marché de Casa Parata à Tanger. N'en revenant encore pas, la population tangéroise est toujours sous le choc.

Moral à zéro

« Même après la révision de la décision initiale du reconfinement total de la ville, l'onde de choc persiste. Les réseaux sociaux bouillonnaient de réactions incrédules et révoltées. Les habitants de Bni Makada, eux, n'arrivent toujours pas à digérer cette décision car finalement c'est la zone concernée en premier par le reconfinement », explique Younes Maimouni, journaliste tangérois. Joint par téléphone, il raconte comment les commerçants de cette zone populaire ont été spécialement affectés.
« La fermeture à 20h00 a été la goute qui a fait déborder le vase. Les manifestations se sont déclenchées spontanément. On réclamait le prolongement des heures d'ouverture et le droit au travail», soutient Maimouni. Pour le représentant des commerçants, « c'était là une décision qui ne prenait pas en considération la particularité du contexte tangérois. Du point de vue commercial, les choses ne s'activent ici qu'à partir de 17h00. Le mouvement est plutôt nocturne. Comment voulez-vous que les commerçants s'en sortent avec juste trois heures de trafic ? », s'insurge Said Ahrouch.
Cumulant les pertes, les charges et les crédits depuis quatre mois à cause de l'état d'urgence, les commerçants commençaient à peine à reprendre leur souffle, comme l'affirme leur représentant. « 50% des petits commerçants ont fait faillite ces derniers mois. Les marchands de vêtements, des chaussures, des fruits secs sont les plus sinistrés. Avec l'allègement des mesures restrictives, certains commerces ont repris. Mais là, c'est pratiquement « un arrêt de mort », déplore Said Ahrouch.
« Le moral est à zéro à Bni Makada. La population est éprouvée économiquement et psychiquement. Même si les citoyens reconnaissent qu'ils n'ont pas vraiment respecté les règles de prévention, ils n'en sont pas moins affectés », note de son côté, Younes Maimouni.

Bni Makada, zone sinistrée

Zone populaire très dense, Bni Makada est la zone des ouvriers de Tanger. Ses quartiers regroupent un grand nombre de travailleurs. « Ils sont parfois jusqu'à huit personnes à loger dans une seule pièce » indique Ahrouche qui met en garde contre la propagation de la maladie dans de telles conditions: « Je vous laisse imaginer le taux de propagation de la pandémie si infection il y a ». Selon lui, le véritable travail de prévention devrait se faire en amont dans les usines, et non pas après coup en fermant le quartier.
Pointant du doigt la responsabilité des usines dans l'apparition des clusters, les commerçants refusent de payer les pots cassés. Estimant qu'ils ont assez perdu ces derniers mois, ils réclament juste une prolongation des horaires d'ouverture. « Logiquement cette prolongation évitera les grands rushs et les risques de contamination. Recevoir 100 clients en trois heures ce n'est pas la même chose que de les recevoir en 6 heures », argumente le représentant des commerçants. Pour ces derniers, l'enjeu est d'autant plus vital, car il s'agit de la survie de leur source de revenus.
Plus d'un million et demi de commerçants souffrent actuellement des retombées du confinement. « Sans aucun appui, ils ne peuvent même pas profiter des crédits prévus pour la sortie de crise. Ils doivent affronter seuls, leur destin et l'avenir reste incertain », conclut le président de la ligue des commerçants tangérois.
Lire aussi

Video – Tanger: Les « bazaristes » vendent des légumes pour survivre
Aussi

Les Commerçants et artisans de Kénitra menacés de faillite


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.