La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Avoirs et liquidités détenus à l'étranger : Le délai des déclarations prorogé au 31 décembre 2020    Onde de choc dans le secteur de la distribution des produits informatiques et électroniques    Liban: le ministre des Affaires étrangères jette l'éponge    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Change: les devises étrangères contre le Dirham marocain    Edito : Les vraies urgences    Mohamed Benabdelkader: «3000 personnes ont retrouvé la liberté, grâce au recours au procès à distance»    Hausse du SMIG, le flou persiste    Accès aux facultés de médecine: le seuil de sélection rabaissé    Botola : le Wydad en tête du classement général    USA : collision de deux petits avions, sept morts    Une femme tente de s'immoler par le feu à l'aéroport de Marrakech    Coronavirus : le nouveau bilan au Maroc ce dimanche, par régions    Diagnostic réaliste et solutions éclairées    Ahmed Mohamed Al-Amine Andari : Le discours Royal a présenté des solutions concrètes pour surmonter les répercussions du Covid-19    Abdelaâli Benchekroun : Il est de l'intérêt du Royaume, Etat et société, que les choses changent vers un Maroc de la connaissance, du social et de la lutte contre les inégalités sociales    Aubameyang offre la Cup et l'Europe à Arsenal    La FRMF remanie le staff de Vahid Halilhodzic    La trop grande emprise des arbitres sur les résultats de la Botola    Baisse des prix dans l'industrie chimique en juin    Reconfiguration des chaînes de valeur mondiales, quelles opportunités pour le Maroc ?    Karima Benyaich : La crise du Covid-19 a renforcé le partenariat stratégique entre le Maroc et l'Espagne    Cas confirmés, cas graves et décès en nette augmentation    Alzheimer : 21 façons de réduire les risques    Le labour du chameau ou l'effroyable légèreté du gouvernement El Othmani    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    "Black Is King", le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    Le réalisateur de "Midnight Express", Alan Parker n'est plus    La fête du Trône célébrée en communion à Sainte Lucie    Covid-19 : Comment l'Espagne veut accélérer la recherche d'un remède    Alerte météo : Des averses attendues dans ces régions    Covid-19: Kyrgios annonce son forfait pour l'US Open    183 migrants secourus par les gardes-côtes de la Marine Royale    Aïd Al-Adha: les « collecteurs » des peaux de moutons se plaignent aussi (VIDEO)    Vidéo: La Nasa rassure sur la Mission Mars 2020    Douzi lance son clip pour Afriquia    Maroc: les ministres prennent leurs vacances    Le Discours Royal suscite l'intérêt des hommes politiques européens    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    L'Espagne en récession, le PIB chute de 18,5%    Vidéo: Le Roi, Amir Al-Mouminine, procède au rituel du sacrifice dans le respect des mesures sanitaires préventives contre la Covid-19    «Casablanca International HipHop Festival» : Une première édition en ligne dédiée à tous les hip-hoppeurs    Une nouvelle Consule générale de France nommée à Fès    Ce que j'ai voulu vous montrer Par le Dr Lahsen SBAI EL IDRISSI    Aïd Al Adha: Grâce Royale pour 752 personnes    Fête du Trône : Grâce Royale au profit de 1.446 personnes    Le président du Haut conseil d'Etat libyen reçu par le chef de la diplomatie marocaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Urbanisme. La destruction du patrimoine se poursuit
Publié dans L'observateur du Maroc le 15 - 07 - 2020

La nouvelle a retentit comme un coup de tonnerre. La démolition du café mythique Maure à Rabat a soulevé l'indignation des habitants et des associations engagées pour la préservation du patrimoine historique du pays.
Après la destruction de la Villa Art Déco Mauvillier à Casablanca, voici un autre lieu historique de la ville de Rabat qui vient d'être démoli.
Perché sur les contreforts de la Casbah des Oudayas, le café légendaire Maure de Rabat qui tombait en ruine, vient d'être rasé pour être réhabilité et reconstruit à l'identique. Si de nouvelles améliorations sont prévues, l'endroit mythique, réputé pour son thé à la menthe, ses pâtisseries traditionnelles et la vue imprenable qu'il offre sur la vallée du Bouregreg et les fortifications de salé, devrait préserver son cachet authentique typiquement andalou, caractérisé par ses zelliges vert et blanc, et ses encorbellements en bois de cèdre.


Sur les réseaux sociaux, les réactions à la vue du chantier ne se sont pas fait attendre. « C'est un traumatisme pour tous les rbatis et les amoureux de cet endroit exceptionnel et chargé d'histoire, s'indigne Amine Boushaba, vice-président de Casamémoire. Il y a des règles à respecter dans toute restauration d'un bâtiment, or ce que nous voyons là, c'est un espace qui a été complètement rasé et qui sera reconstruit avec des matériaux nouveaux. Il faudra atteindre encore 100 ans pour qu'il acquière cette magnifique patine qu'il avait ? En plus, gardera-t-il cette âme populaire qui le rendait si précieux où deviendra-t-il un endroit réservé aux touristes et aux plus nantis ?

Manque de communication
Le vice-président de Casamémoire précise que le choc des rbatis concerne également le manque de communication. « Pour un espace aussi emblématique de la ville, il aurait fallu une vaste campagne de communication et d'explication à l'intention des citoyens bien avant les travaux. Les rbatis sont en train d'assister comme des spectateurs impuissants à la défiguration de leur ville à l'instar du projet de la gare du centre-ville, autre bijoux architectural dénaturé par un projet disproportionné ».


La ville de Rabat n'est pas la seule concernée par la destruction de ses bâtiments historiques. Il y un mois, les habitants de Casablanca ont été choqués d'apprendre la démolition de la Villa Mauvillier, une construction Art Déco datant des années 30. « Il y a quelque chose de paradoxale avec une ville qui fait la promotion de son patrimoine d'un côté et qui distribue à tour de bras des autorisations de démolition de ce même patrimoine. La démolition de la villa Mauvillier, c'est un désastre ! Il faut cependant applaudir la création d'une commission d'inspection qui a abouti au limogeage du gouverneur de Casa-Anfa, Rachid Afirat, relevé de ses fonctions pour mauvaise gestion du dossier de préservation du patrimoine historique et architectural de la ville, tient à préciser Amine Boushaba. C'est un avertissement très important pour ceux qui privilégient la promotion immobilière à outrance au dépend de l'identité exceptionnelle de la ville », conclu-il.
LIRE AUSSI :
PHOTOS – Casablanca. Des balcons d'immeubles s'effondrent


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.