Togo : Victoire Tomegah Dogbé, première femme à la tête de l'exécutif    Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, attendu ce vendredi au Maroc    Mohammédia : interpellation d'un ressortissant subsaharien pour usurpation d'identité    Chama Zaz, icône de la musique amazighe, est morte    Covid-19: la pandémie franchit la barre du million de morts dans le monde    France. Les généraux se révoltent    Terrorisme : Le Secrétaire à la Défense américain, Mark Esper, au Maroc ce vendredi    Real Madrid: Kroos indisponible deux semaines    Conflits d'intérêts: L'Istiqlal plaide pour un texte dédié    Allemagne : Schalke 04 se sépare de son entraîneur David Wagner    Article 1067742    Auto Hall clôture le premier semestre dans le rouge    Journée mondiale de l'information: 5 choses que vous pouvez faire pour restaurer la confiance dans le journalisme (Peu importe qui vous êtes)    Brèves    Cheb Khaled: «Maroc, Algérie, Tunisie... Un seul peuple séparé par l'histoire»    Colère et indignation après le meurtre de Naima (micro-trottoir)    Arts : les résultats du programme exceptionnel de soutien 2020 dévoilés    Bourita reçoit le nouvel ambassadeur du Royaume-Uni au Maroc    La chanteuse Chama Zaz tire sa révérence    Présidentielle en Côte d'Ivoire : l'ONU appelle à un vote «pacifique et inclusif»    Le Liban, nouveau protectorat français ?    US Round Up du lundi 28 septembre Présidentielle/Floride, Amy Coney Barrett, De Blasio, Célébrités    Bilan quotidien: 1422 nouveaux cas au Maroc, dont 542 à Casa-Settat    K-pop : 10 millions de vues pour la nouveauté des Blackpink    Campagne d'assainissement : Plus d'un million de bouteilles d'alcool saisies par la DGSN    Mohamed Bachir Rachdi : « Le projet de loi vient donner de vrais pouvoirs d'action à l'Instance, pour jouer son rôle dans un cadre de complémentarité institutionnelle »    Festival de Fès de la culture soufie : une édition en ligne pour 2020 !    «La sortie sur le MFI de septembre était nécessaire»    Le Maroc favorable au document sur le développement de l'éducation    Raja de Casablanca : Sofac rejoint la liste des partenaires    La CGEM explique ses propositions pour la loi de finances 2021    Entre masques et doudounes, Roland-Garros lance son édition automnale toit fermé    France: les prévisions du ministre de l'Economie    JO de Tokyo: La natation nationale face au défi de la qualification    Leicester humilie Manchester City et prend les rênes du championnat    OCP Africa et l'IFC s'allient pour l'agriculture ouest-africaine    Casablanca: trois escrocs dans les filets de la DGSN    Un engagement sans faille en faveur des populations démunies    Tourisme: Lancement de «Madaëf ECO6»    Fusion Atlanta-Sanad: la nouvelle entité voit le jour    Entrée en vigueur de la loi relative au droit d'accès à l'information au Maroc    Ce qui est prévu jeudi au Conseil de gouvernement    France: trois morts dans le crash d'un aéronef    Biélorussie: Une investiture à huis-clos pour Alexandre Loukachenko    La chanteuse Houda Saad traverse une épreuve difficile (PHOTO)    Coronavirus : le dépistage élargi à tous les laboratoires [Document]    On connaît le premier relégué de la Botola    Annulation de la 14ème édition du Festival international du film de femmes de Salé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le directeur régional de la chambre de commerce de Rabat-Salé-kénitra limogé
Publié dans L'observateur du Maroc le 06 - 08 - 2020

Hafid Allaki, directeur régional de la Chambre de Commerce, d'Industrie et de Services de la Région de Rabat-Salé-Kénitra vient d'être limogé ce jeudi 6 août, 5 mois à peine après son entrée en fonction.
Recruté au début du mois de mars 2020, deux semaines avant le confinement, Hafid Allaki, a été surpris ce matin de recevoir à son bureau de la chambre du commerce de Rabat un huissier venu lui remettre sa lettre de fin de mission. Raison invoquée « des raisons économiques et managerielles liées à la chambre... et ce, après concertation avec les membres du bureau exécutif ».



Pourtant, précise Hafid Allaki, l'article 43 du statut des chambres de commerce stipule clairement que « le directeur régional de la chambre de commerce est nommé et limogé par le président après l'acceptation de l'autorité gouvernementale compétente. Or, le président m'a limogé sans avoir l'aval de cette même autorité qui a pourtant donné son accord pour mon recrutement, à savoir le Ministère de l'Industrie et celui des Finances ! »

« Politique politicienne »

Pour Hafid Allaki, il n'y a aucun doute. « C'est bien la politique politicienne » qui sabote la bonne marche du service de l'institution publique où il exerçait sa fonction de directeur régional. Il rappelle pour cela le témoignage du ministre de l'Industrie, du Commerce et de l'Economie verte et numérique, Moulay Hafid Alami qui avait déclaré récemment « ne pas être satisfait du rendement des chambres de Commerce et d'industrie au Maroc ».
« Avant mon arrivée à la direction régionale de la chambre de commerce de Rabat, c'est l'anarchie qui régnait, poursuit Hafid Allaki, il y avait un mélange entre l'administratif et le politique, et un président (Abdellah Abbad – RNI), qui malgré sa bonne volonté, n'a aucun pouvoir ».
Hafid Allaki qui dénonce les « agissements peu scrupuleux » de certains membres du bureau affirme avoir reçu plusieurs menaces et ce, depuis le mois de ramadan : « certains membres du bureau profitaient de plusieurs avantages en nature et en espèces, ils s'offraient des voyages, bénéficiaient de déplacements, ...et refusaient toute administration et donc, c'est clair que je les dérangeais ». Même si l'article 43 du statut des chambres mentionne bien que « le directeur régional est le premier responsable de la gestion administrative et financière de la chambre », précise Hafid Allaki qui souhaitait rester loin de « la chose politique » et n'acceptait de faire les choses que « dans un cadre légal et en toute transparence ».
Choqué par la façon dont il a été évincé, Hafid Allaki qui affirme avoir excellé dans l'exécution des tâches qui lui ont été confiées pour gérer la crise sanitaire, rappelle que « l'élément déclencheur de cet acharnement, a été au départ sa suppression d'un groupe watsup qu'il avait créé pendant le confinement », et qui était constitué des 9 membres du bureau, y compris le président. « Certains membres du groupe ont posté des vidéos qui portaient préjudice à l'image du pays, comme celle où on voyait un caid tabasser un commerçant à Kénitra avec l'aide des forces auxiliaires, ou une vidéo où une personne attaquait et insultait le chef du gouvernement, ... ».
Allaki qui déclare « qu'un membre du bureau appartenant au PJD avait affirmé ouvertement vouloir limoger le directeur » précise que le président l'avait déjà appelé pendant le ramadan pour négocier son départ, car, dit-il, les gens lui faisaient de la pression pour qu'il l'écarte ».

« Une campagne électorale avant l'heure »


Victime de guerres intestines au sein même de la chambre de Commerce de Rabat, Hafid Allaki évoque également la tenue d'une « réunion secrète » qui a eu lieu il y a quelques semaines au domicile de Driss Radi, député de l'Union constitutionnelle (UC) à la première Chambre du Parlement, en présence des opposants du président de la chambre (appartenant aux 3 partis : PJD, UC et Istiqlal), et du coordonnateur régional du RNI, et quelques membres du bureau exécutif, afin de trouver une entente à leur différents et où il a été décidé de son sort.
« Je considère cela comme une campagne électorale avant l'heure qui normalement devrait avoir lieu en 2021, déclare Hafid Allaki, car, pendant la rencontre où la décision de me limoger a été prise, il n'y avait pas tous les membres du bureau, il y avait que 4 et 5 étaient absents ! ». « J'ai néanmoins confiance en la justice de mon pays et surtout j'ai aussi une grande confiance en notre ministre de l'Industrie qui a su se distinguer dans la gestion de la crise sanitaire et qui a le pouvoir d'accepter ou de refuser cette décision de limogeage », conclut-il.
Pour rappel, Hafid Allaki est un ex officier supérieur de l'armée royale, détenteur de deux Masters, un en Management industriel (Settat), et un autre en Droit des Affaires (Université de Droit de Perpignan) et actuellement chercheur et doctorant en Droit des Affaires.
LIRE AUSSI :
Plan de relance : De grandes entreprises publiques vont fusionner


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.