Abderrazak Soumah : «Dounia Filali cherche à réhabiliter Ali Aarrass, terroriste et menteur pathologique»    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de Private Equity    Le Maroc coparraine le lancement à Genève d'un guide sur les droits de l'homme    Le Groupe parlementaire du PPS critique une « décision hâtive »    Cycle de conférences et Forum «Morocco 21»    Le Bangladesh en proie aux violences inter-religiueuses    Amical : La sélection marocaine féminine bat l'Atlético Madrid    Tirage des barrages de la CAF : La Renaissance Sportive de Berkane face à une équipe rwandaise pour passer à la phase des poules    Europol annonce 150 interpellations    Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains    Clôture en grande pompe pour la 5ème édition de « WeCasablanca »    A Khemlia, « PORTRAITS DES SULTANS ET ROIS DU MAROC » exposés «chez les artistes»    «Le masque», une nouvelle pièce signée par Naima Zitan    Rabat : Une foule en quête du pass sanitaire au CHU Ibn Sina    Dakhla / Kite Surf : Championnat mondial Prince Moulay El Hassan    Les Etats-Unis dévoilent le plan de modernisation de l'armée marocaine    L'avenir du gazoduc Maghreb-Europe définitivement scellé    Green Middle East Summit : Ryad met sur la table 39 milliards de SAR    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 26 octobre 2021 à 16H00    Nasser Bourita : « Il est temps que le partenariat UA-UE fasse l'objet d'une mise à jour stratégique »    L'ONG TIBU ORGANISE LE PREMIER CONCOURS MAGHREBIN D'INNOVATION    Un PCR négatif suffit pour assister à l'AGO du Raja    Quatre peintres marocaines à la galerie AMBRE ART CENTER    Maroc-Algérie : le doux effet cathartique du Rap    Fluctuation du dirham. La pression des instances internationales pour accélérer la réforme [Par Charaf Louhmadi]    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Offensive de charme de l'Union européenne à destination du Maroc    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    PLF-2022: Principaux chiffres de l'intervention de la ministre de l'Economie et des Finances devant le Parlement    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Liban : une instabilité explosive
Publié dans L'observateur du Maroc le 07 - 08 - 2020


Par Ahmed Charaï

Ce qui s'est passé à Beyrouth est une vraie tragédie humaine. 150 morts, des milliers de blessés, 300 000 personnes sans domicile, 5 milliards de dollars de dégâts, le bilan est lourd. Nul ne peut éviter d'être submergé par l'émotion face à ce désastre. Mais le Liban est fracturé depuis longtemps. Alors qu'il était considéré comme la Suisse Arabe dans les années 60, qu'il était un havre de paix, de tolérance, de création intellectuelle, la confessionnalisation à l'extrême a abouti à la constitution d'une clique où 16 familles se partagent les richesses du pays.
Ce pays est quasiment en faillite. Son économie «casino», basée sur un système financier ultra-dépendant des capitaux étrangers et du tourisme est terrassée. La livre libanaise a perdu 80% de sa valeur face au dollar en quelques mois. Cela a entrainé la disparition de la classe moyenne. La moitié des Libanais sont, désormais, sous le seuil de la pauvreté, même quand ils ont un emploi, parce que l'inflation est infernale.
«Save children», ONG internationale, estime qu'un demi-million d'enfants libanais risquent la faim. La destruction du port, unique ouverture du Liban, va accentuer le drame alimentaire, surtout que tous les silos ont été détruits.
L'exaspération des populations est à son comble. Le fait que le Nitrate soit déposé depuis 2014, n'est qu'un indicateur de la déliquescence de l'Etat.
Cela ne date pas d'hier. L'accord politique, pour répartir les pouvoirs entre les 3 communautés les plus puissantes, s'est transformé en un système clanique, sans vergogne. Nabih Berri est président du parlement depuis 40 ans ! les mêmes familles se partagent le pouvoir depuis toujours. Corruption, népotisme, petits arrangements entre copains ont fini par alimenter une défiance généralisée.
Emmanuel Macron, n'a pas montré grand respect pour les dirigeants politiques libanais. « Je leur proposerai une réforme politique et s'ils ne répondent pas au 1er Septembre, je prendrai mes responsabilités », martelait le Président français devant les caméras de télévision à Beyrouth. Il sait qu'il n'y a plus d'Etat libanais.
Le Liban est une poudrière
Il faut être aveugle, méconnaitre l'histoire, pour croire que l'instabilité au Liban ne déteindra pas sur l'ensemble du Moyen-Orient. La guerre civile libanaise a alimenté le terrorisme mondial.
Mais le Liban est le terrain de jeu de puissances régionales et mondiales. Ces influences ont figé, sclérosé le système politique. En vérité, le grand gagnant entre toutes ces puissances c'est l'Iran.
Il a créé une milice qui s'est transformée en parti politique: le « Hezbollah ». Nabil Berri lui a vendu le contrôle des chiites contre la présidence du parlement à vie. Aujourd'hui c'est le Hezbollah qui fait et défait les gouvernements. Il est militairement cinq fois plus puissant que l'armée libanaise. C'est une hypothèque empêchant un véritable Etat démocratique, ce qui est pourtant une revendication populaire transconfessionnelle. Désarmer le Hezbollah est une condition sine qua non pour reconstruire le Liban.
Que la France s'engage c'est louable, mais ce n'est pas au niveau des enjeux. L'Europe n'a pas de position commune, les pays arabes non plus. Or il s'agit tout simplement de la stabilité de la région la plus inflammable du monde : le Moyen-Orient.
Des pays comme la Jordanie, Israël, ne peuvent pas se désintéresser de la faillite de l'Etat Libanais. Un plan Marshall contre de véritables réformes politiques, sous une pression de la communauté internationale, c'est l'unique solution et elle est urgente.
C'est le seul moyen pour établir la paix et la prospérité dans toute cette région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.