Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    Nouveau revers pour Donald Trump    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    El Otmani met en évidence l'élan de développement    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Juventus-Dynamo Kiev: Stéphanie Frappart première arbitre femme en Ligue des Champions masculine !    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    Wafasalaf: Recul du PNB à fin septembre    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Liban : une instabilité explosive
Publié dans L'observateur du Maroc le 07 - 08 - 2020


Par Ahmed Charaï

Ce qui s'est passé à Beyrouth est une vraie tragédie humaine. 150 morts, des milliers de blessés, 300 000 personnes sans domicile, 5 milliards de dollars de dégâts, le bilan est lourd. Nul ne peut éviter d'être submergé par l'émotion face à ce désastre. Mais le Liban est fracturé depuis longtemps. Alors qu'il était considéré comme la Suisse Arabe dans les années 60, qu'il était un havre de paix, de tolérance, de création intellectuelle, la confessionnalisation à l'extrême a abouti à la constitution d'une clique où 16 familles se partagent les richesses du pays.
Ce pays est quasiment en faillite. Son économie «casino», basée sur un système financier ultra-dépendant des capitaux étrangers et du tourisme est terrassée. La livre libanaise a perdu 80% de sa valeur face au dollar en quelques mois. Cela a entrainé la disparition de la classe moyenne. La moitié des Libanais sont, désormais, sous le seuil de la pauvreté, même quand ils ont un emploi, parce que l'inflation est infernale.
«Save children», ONG internationale, estime qu'un demi-million d'enfants libanais risquent la faim. La destruction du port, unique ouverture du Liban, va accentuer le drame alimentaire, surtout que tous les silos ont été détruits.
L'exaspération des populations est à son comble. Le fait que le Nitrate soit déposé depuis 2014, n'est qu'un indicateur de la déliquescence de l'Etat.
Cela ne date pas d'hier. L'accord politique, pour répartir les pouvoirs entre les 3 communautés les plus puissantes, s'est transformé en un système clanique, sans vergogne. Nabih Berri est président du parlement depuis 40 ans ! les mêmes familles se partagent le pouvoir depuis toujours. Corruption, népotisme, petits arrangements entre copains ont fini par alimenter une défiance généralisée.
Emmanuel Macron, n'a pas montré grand respect pour les dirigeants politiques libanais. « Je leur proposerai une réforme politique et s'ils ne répondent pas au 1er Septembre, je prendrai mes responsabilités », martelait le Président français devant les caméras de télévision à Beyrouth. Il sait qu'il n'y a plus d'Etat libanais.
Le Liban est une poudrière
Il faut être aveugle, méconnaitre l'histoire, pour croire que l'instabilité au Liban ne déteindra pas sur l'ensemble du Moyen-Orient. La guerre civile libanaise a alimenté le terrorisme mondial.
Mais le Liban est le terrain de jeu de puissances régionales et mondiales. Ces influences ont figé, sclérosé le système politique. En vérité, le grand gagnant entre toutes ces puissances c'est l'Iran.
Il a créé une milice qui s'est transformée en parti politique: le « Hezbollah ». Nabil Berri lui a vendu le contrôle des chiites contre la présidence du parlement à vie. Aujourd'hui c'est le Hezbollah qui fait et défait les gouvernements. Il est militairement cinq fois plus puissant que l'armée libanaise. C'est une hypothèque empêchant un véritable Etat démocratique, ce qui est pourtant une revendication populaire transconfessionnelle. Désarmer le Hezbollah est une condition sine qua non pour reconstruire le Liban.
Que la France s'engage c'est louable, mais ce n'est pas au niveau des enjeux. L'Europe n'a pas de position commune, les pays arabes non plus. Or il s'agit tout simplement de la stabilité de la région la plus inflammable du monde : le Moyen-Orient.
Des pays comme la Jordanie, Israël, ne peuvent pas se désintéresser de la faillite de l'Etat Libanais. Un plan Marshall contre de véritables réformes politiques, sous une pression de la communauté internationale, c'est l'unique solution et elle est urgente.
C'est le seul moyen pour établir la paix et la prospérité dans toute cette région.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.