Amnesty International dénonce les méthodes répressives qui ciblent les militants du Hirak depuis deux ans    Une Université des jeunes à Al-Hoceima pour soutenir les initiatives de participation citoyenne    Le Hirak algérien exprime l'exaspération d'une population qui étouffe dans un système politique opaque aux institutions démocratiques factices    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Argentine et Mexique réclament un accès mondial aux vaccins contre la Covid-19    En Espagne, les arrivées du Royaume-Uni, du Brésil et d'Afrique du Sud restreintes jusqu 'à mi-mars    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    Ligue des champions: Le Bayern atomise La Lazio et Chelsea s'offre l'Atlético    Le Maroc et la Serbie, deux marchés prometteurs au potentiel énorme    Le prix du poisson et des huiles en hausse à fin janvier    Abdellatif Maâzouz : « Le retrait du Maroc de la liste grise de l'UE devrait renforcer l'intérêt des investisseurs »    Le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Astrazeneca    Météo: les villes où il va pleuvoir au Maroc à partir de jeudi    Face aux accusations du syndicat des avocats, la DGAPR répond    Insertion des jeunes par le sport : TIBU Maroc partage son expérience    Perturbations et lenteur: Maroc Telecom s'explique    Nouveau Hyundai Creta : encore plus audacieux    Economie : la longue marche vers le rétablissement    Il y a fort à faire pour une justice électorale et pour le renforcement du pluralisme politique    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    Selon une nouvelle note secrète de la CIA, une guerre des clans mine le régime algérien et conduira à son effondrement    CAN U20 Mauritanie : Un derby maroco-tunisien en quart de finale    Des responsables palestiniens saluent le soutien constant de SM le Roi aux établissements éducatifs en Palestine    L'économie nationale renoue avec la croissance en 2021    RCI Finance Maroc: baisse de 23,6% de la production en 2020    Amnesty International dénonce une «stratégie délibérée» pour «écraser la dissidence»    Le fiduciarisme face au sécularisme    La classe politique évoque « un non-événement »    Le football féminin et africain au menu de la visite de Gianni Infantino au Maroc    Mission réussie pour le Wydad, Al Ahly tombe    Invaincu 527 minutes, Bounou rentre dans la légende du FC Séville    Algérie : Le Hirak exprime l'exaspération d'une population qui étouffe, selon le Monde    Un pari réussi en temps de pandémie !    L'Institut français de Tanger-Tétouan reprend ses activités    L'Europe doit se défaire de la logique du professeur et de l'élève dans sa relation avec le voisinage sud, déclare Nasser Bourita    Centrale Danone : une vingtaine de nouveaux produits "fortifiés"    Vaccination : le Maroc approuvera-t-il la dose unique ?    Nasser Bourita s'entretient avec Arancha Gonzalez Laya    Les Etats-Unis persistent et signent    Multilinguisme entre défis et opportunités    Béni Mellal-Khénifra : Naissance d'un nouveau club du dialogue et de la coexistence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19. Va-t-on replonger à nouveau dans le confinement ?
Publié dans L'observateur du Maroc le 08 - 09 - 2020

La décision de fermer plusieurs villes du royaume, pour faire face à la propagation de la pandémie fait plusieurs mécontents, angoissés de revivre le cauchemar du confinement.
Un malaise grandissant se fait de plus en plus ressentir chez les Marocains en début de ce mois de septembre, surtout depuis l'annonce des fermetures de certaines villes, notamment Khénifra, et M'rirt et Casablanca.
La rentrée a comme un goût d'amertume et les gens ont en assez des mesures de restrictions qui commencent sérieusement à les agacer. Déjà la fermeture des certaines plages fin août avait miné le moral des vacanciers, là, on leur annonce que la rentrée (pour les Casablancais et Marrakchis par exemple) est reportée et que la seule solution qui s'offre à eux, c'est l'enseignement à distance. « On a l'impression d'être des otages, nous ne sommes pas des marionnettes après tout, la situation est devenue intenable et nos enfants souffrent de cette situation ! nous confie Fatine, cadre dans une banque et mère de deux enfants ».

Frustration et désarroi
Même ressenti de frustration chez les gérants de commerces, de restaurants ou de cafés qui doivent désormais restreindre leurs horaires d'ouverture.
« Déjà la situation était catastrophique pendant les mois de confinement, à peine qu'on a commencé à sortir la tête de l'eau, voilà qu'on nous pénalise à nouveau », nous explique effondré un responsable d'un restaurant à Casablanca, qui pense licencier deux de ses employés si la situation perdure.
« Le café est le seul endroit où je retrouve mes amies et où on respire un peu après le boulot,... là, ils vont les fermer plus tôt que prévu, je suis consternée », nous confie Khadija, assistante de direction dans une compagnie d'assurance.
Avec les salles de cinéma fermées, les festivals annulés, les salles de sports condamnées dans plusieurs villes, les gens n'ont plus beaucoup d'endroits pour décompresser ou se divertir. « Je n'en peux plus, la vie est devenue d'un ennui mortel, je ne sais plus où aller, mon temps libre, je dois le passer à la maison, et franchement, je commence à craquer, nous explique Samir, étudiant en littérature anglaise à la Faculté de lettres de Ain Chock à Casablanca.
Une chose est sure. Les effets psychiques engendrés par la crise sanitaire commencent à devenir de plus en plus criants. Après plusieurs mois de confinement, les gens auront beaucoup de mal à supporter une nouvelle période d'isolement.

Moral plombé après des vacances sans plages


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.