Budget 2021 : le détail des investissements dans les régions    Moyens de paiement : Le cash règne en maître sur l'économie marocaine    Retraite : une réforme qui piétine    Noureddine Akkouri : « Quel que soit le contenu du manuel scolaire, si l'enseignant est compétent, il réussira à transmettre l'information »    Casablanca-Settat : les entreprises encouragées à privilégier le télétravail    Le Maroc et la République centrafricaine, déterminés à consolider leurs relations bilatérales    PCNS : La démondialisation en débat    La classe moyenne agressée!    Agroalimentaire: Secouée par la crise, Danone se réorganise    Le blasphème dans le monde : droit ou délit ?    Beyrouth: L'hôpital marocain de campagne a atteint les objectifs fixés    Comité Exécutif du PI : l'Istiqlal condamne l'escalade de l'islamophobie en France    Liga: Le Real Madrid et Ramos dominent le Barça    Le WAC quitte la compétition la tête baissée    Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Confessions dominicales : De la défense des droits de l'homme à l'exploitation sexuelle    En Méditerranée, l'action du Maroc est guidée par une Vision Royale volontariste    Restreindre oui mais expliquer et contrôler    La Place Jamaâ El Fna renoue avec le spectacle    Patrimoine : Un canon volé à la Kasbah des Oudayas sauvé de justesse    L'AMMC décrypte son activité de 2019    L'idéal islamique marocain débattu à Pretoria    El Guergarate: Bourita fustige les brigands polisariens à la solde de l'Algérie    «Le modèle de développement souhaité devrait intégrer les valeurs de la solidarité, de l'éthique et du vivre-ensemble»    Pop philo, quand tu nous tiens!    Fouzia Nejjar ou le double défi    Adel Taarab va rester au Benfica    La Zambie inaugure son ambassade à à Rabat    L'ONMT booste le déploiement de Ryanair sur le Maroc    Ligue 1 : le match Lens-Nantes reporté à cause du Covid-19    Débuts difficiles pour Ziyech avec Chelsea (vidéo)    Vaccin anti-covid au Maroc: Dr Ibrahimi donne son point de vue    Samsung annonce le décès de son président, Lee Kun-hee    Covid-19: Mohamed Melihi admis en soins intensifs    Turquie-France. Erdogan pète les plombs    Israël-Soudan. Le troisième accord de paix est dans la boîte    Fermeture des salles de sport à Rabat    Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Accès aux prépas: le ministère a fait une annonce    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    La FNM enrichit son capital culturel    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Baromètre Deloitte des CEOs africains : L'après-Covid-19 vu par les patrons africains
Publié dans L'opinion le 25 - 09 - 2020

86% de chefs d'entreprises africaines sont confiants, tablant sur une reprise au cours du 1er trimestre 2021, selon baromètre des CEOs africains. 70% d'entre eux sont « très confiants », prévoyant une reprise dès le 3ème trimestre ou 4ème trimestre 2020.
La deuxième édition du baromètre des CEOs africains vient de paraître, mardi 22 septembre. Réalisée par l'Africa CEO Forum, qui fait partie de « Jeune Afrique Media Group », en partenariat avec le cabinet d'audit et de conseil Deloitte Afrique, cette étude intervient dans un contexte particulier, marqué essentiellement par cette crise sanitaire sans précédent.
Elle a été menée en deux temps. Un premier sondage a été opéré entre fin 2019 et début 2020 auprès de 150 chefs d'entreprises africains, dont des marocains, sur la situation en 2019 et les perspectives pour les années à venir. Un second a été réalisé auprès de 231 CEOs (Chief Executive Officer) en mai 2020 afin de mesurer les effets de la crise du Covid-19 sur l'activité de leur entreprise et le niveau de confiance dans l'économie du continent. Cette étude vise également à comprendre les mesures à court terme adoptées par les entreprises, et leurs effets structurels à long terme. Il en ressort, en premier lieu, que la pandémie a eu un impact fort sur le moral des dirigeants d'entreprises africaines qui ont vu leur activité chuter. 95% d'entre eux affirment avoir subi un impact négatif sur leur chiffre d'affaires. La chute de moral est particulièrement importante au sein des secteurs de la grande distribution, des services financiers et de l'énergie. Autre enseignement tiré de cette enquête : avant l'actuelle crise sanitaire, plus de 80% des CEOs étaient optimistes quant à la prospérité économique de leurs pays en 2020. Depuis le déclenchement de la crise, cette tendance s'est inversée : 75% des sondés sont désormais pessimistes pour 2020.
Quant à la rapidité de la reprise d'activité poste Covid-19, 70% de chefs d'entreprises africaines sont « très confiants », prévoyant une reprise dès le 3ème trimestre ou 4ème trimestre 2020. Alors que 86% sont « plutôt confiants », et tablent sur une reprise au cours du 1er trimestre 2021.
Les trois priorités
La priorité a été donnée au déploiement de nouvelles mesures de santé et de sécurité au travail afin de maintenir l'activité (réduction du nombre de salariés présents sur site, fourniture en équipement de protection aux employés, réaménagement des règles d'occupation des espaces de travail). La seconde priorité prise est la fourniture des outils et solutions informatiques favorisant la continuité des opérations qui ont rapidement été déployés (équipement du personnel, achats de box internet pré chargées, outils de Conferencing ...). La crise Covid-19 conduit à une accélération de l'importance du digital dans l'amélioration de la vie et la modernisation de l'économie.
La flexibilisation des échéances financières est le 3ème volet d'urgence adopté, via la suspension ou la limitation des paiements et la négociation de lignes de financement.
Le rôle social de l'entreprise
L'enquête montre d'autre part que, pour 93% des sondés, la contribution à l'amélioration de la situation sociale des parties prenantes (employés et populations locales) fait partie de la stratégie d'entreprise. Le top management est souvent à l'origine de cette démarche d'inclusion sociale (67% des répondants). En effet, les dirigeants sont convaincus du rôle social de l'entreprise, portée par des valeurs fortes, telles que l'intégrité, la confiance et l'exigence de qualité. Il est demandé aux salariés d'appliquer ces valeurs, dont dépend la réputation des entreprises qui les embauchent, ce qui est d'autant plus vrai pour des groupes familiaux. Mais les dirigeants eux-mêmes paraissent également guidés par ces valeurs dans leur démarche sociale auprès de leurs salariés, à qui ils se doivent d'offrir un emploi digne et de qualité, souligne l'étude.
La ZLECA, un levier d'accélération de la croissance
L'enquête montre que les chefs d'entreprises africaines sont de plus en plus confiants dans le développement économique du continent à long terme (80% des répondants en 2020 contre 73% en 2019). Ils considèrent qu'un ralentissement économique mondial impactera négativement leurs opérations domestiques. Cet optimisme est néanmoins nuancé par un recul de la confiance à court terme, d'une part, à cause de la crise sanitaire, et, d'autre part, aux nombreuses échéances électorales qui se profilent sur le continent en 2020, est-il indiqué.
Ces disparités régionales perçues font ressortir avec plus d'acuité encore la nécessité de renforcer la coopération économique panafricaine, et de tendre vers une harmonisation économique toujours plus grande du continent. A cet égard, les répondants à l'étude partagent tous le même enthousiasme pour le projet de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECA), considéré comme un levier important d'accélération de la croissance. Ils partagent également, poursuit l'étude, la conviction que ce processus d'unification ne peut être porté exclusivement par les pouvoirs publics. Ils semblent, dans l'ensemble, sceptiques quant à la faisabilité d'un lancement effectif de la ZLECA à court terme.
L'étude estime aussi que le secteur privé doit nécessairement jouer un rôle complémentaire, et s'impliquer davantage dans les négociations entourant la création de la ZLECA, en appui et en coopération avec la puissance publique, est-il recommandé.
L'étude fait ressortir, par ailleurs, que la situation politique du continent, de l'avis des chefs d'entreprises africaines, s'est améliorée dans de nombreux pays, portée par de nouvelles élections, des transitions politiques pacifiques et de nombreuses réformes publiques engagées... Les chefs d'entreprises africaines estiment, cependant, que les freins au développement paraissent persister dans d'autres régions, comme la corruption, l'insécurité et les troubles politiques et civils.

A. CHANNAJE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.