Inauguration à Rabat de l'ambassade de la République de Zambie au Maroc    Sanction des camions marocains en Espagne : le Maroc contre-attaque    France: l'Assemblée nationale valide la prorogation de l'état d'urgence sanitaire    Evolution du Coronavirus au Maroc : 4045 nouveaux cas, 194.461 au total, samedi 24 octobre à 18 heures    Accès aux prépas: le ministère a fait une annonce    Mobilité internationale des étudiants marocains (1/5) : la destination France reste la plus prisée    Algérie: le président Tebboune entre en confinement volontaire    Le wali Ahmidouch invite les entreprises privées de Casablanca à mettre en place et généraliser le télétravail    Tanger: trois jeunes devront répondre de leurs actes    Le message du roi Mohammed VI au président zambien    Beyrouth : Mission accomplie pour l'Hôpital de campagne marocain (vidéo)    Barça-Real: les buts de la première mi-temps (VIDEO)    Le Maroc rejoint la coalition internationale pour le renforcement de l'autonomisation économique des femmes    Les figurants du film "L7asla" réclament «leur dû», Sonia Terrab répond    Algérie/Covid-19 : Le président Tebboune confiné    Ahmed Rhassane El Adib : " la crise du coronavirus a provoqué une prise de conscience de l'importance des services d'urgence"    Namibie : Des milliers de bébés otaries retrouvés morts (vidéo)    Tanger: deux jeunes frères reçus par la DGSN (PHOTO)    Sahara marocain : le Burundi réaffirme son soutien à la solution politique.    Destination Maroc: Le deal ONMT et Ryanair    Maroc : voici le calendrier des jours fériés 2020-2021    Islamisme en France: les éclairages de Pascal Boniface, fondateur et directeur de l'IRIS [Vidéo]    LDC: Brahim Nekkach s'exprime après l'élimination du WAC    LDC: retour sur l'élimination du Wydad (VIDEO)    Sous le signe du Covid 19, la 9ème édition du festival de l'Astronomie lancée    Khaoula El Filahi, ou le long voyage d' une jeune passionnée de lecture    Un autre pays arabe va normaliser ses relations avec Israël    Une édition numérique pour le Festival maghrébin du film d'Oujda    Le documentaire "Al Hasla " vivement dénoncé par le tissu associatif de Hay Mohammadi    Londres signe avec Tokyo son premier accord commercial majeur post-Brexit    Julien-Vincent Brunie : SM le Roi, "un ardent défenseur de la co-connaissance et de la paix"    Trump attaque Biden sur les affaires de son fils, sans ébranler son rival    La FNM enrichit son capital culturel    Le Real Madrid de pire en pire avant le clasico    Affaire CNSS : peine confirmée pour Rafik Haddaoui, Abdelmoghit Slimani acquitté    Transport aérien : Ryanair reprend ses vols sur le Maroc cet hiver    Les grosses écuries au rendez-vous de la première journée    La Renaissance sportive de Berkane aux portes de l'histoire    Sahara marocain : les pays des Caraïbes soutiennent l'initiative d'autonomie et le processus politique    Jean-Michel Blanquer estime que "l'islamo-gauchisme fait des ravages"    Un artiste hors du temps et des canons    Ligue des Champions : Le match Raja de Casablanca-Zamalek reporté au 1er novembre    Marrakech-Safi : Une saison culturelle qui s'annonce riche et diversifiée    Un 7ème pays africain ouvre son consulat à Dakhla    Maroc-Espagne : pour la mise en œuvre effective du partenariat stratégique global    Rabat: le roi Mohammed VI a présidé une séance de travail    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Fruit d'un partenariat entre OCP et la BAD : 4 millions de dollars mobilisés pour l'accès aux engrais en Côte d'Ivoire et au Ghana    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les maladies causées par la perte de la biodiversité préoccupent l'ONU
Publié dans L'opinion le 27 - 09 - 2020

Un récent rapport de l'ONU tire la sonnette d'alarme sur les risques de propagation de maladies à cause de la dégradation continue de l'environnement.
Le cinquième rapport sur les Perspectives mondiales de la diversité biologique, publié mardi 15 septembre par l'ONU, sonne comme l'aveu d'un cuisant échec. Ce bilan officiel vient clôturer un cycle d'efforts entamés depuis dix ans par les pays signataires de la Convention sur la diversité biologique. Réunis en 2010 au Japon, 168 pays –dont le Maroc- s'étaient engagés à lutter contre la destruction des habitats, la surexploitation des ressources naturelles et l'extinction des espèces. Une série d'objectifs –les fameux 20 objectifs d'Aichi- avait alors vu le jour et fixé un cap optimiste et ambitieux qui, depuis, n'a manifestement mené nulle part. « Alors que la nature se dégrade, de nouvelles opportunités se présentent pour la propagation aux humains et aux animaux de maladies dévastatrices comme la Covid-19. La fenêtre de temps disponible est courte, mais la pandémie a également démontré que des changements transformateurs sont possibles lorsqu'ils doivent être effectués », a précisé Maruma Mrema, Secrétaire exécutive de la Convention sur la diversité biologique.
Garder espoir, un devoir ...
Le rapport sur les Perspectives mondiales de la diversité biologique constate pourtant qu'en 10 ans, aucun des objectifs d'Aichi -qui concernent la sauvegarde des écosystèmes et la promotion de la durabilité- n'a été entièrement atteint. Bien que l'absence de succès dans la réalisation des objectifs soit préoccupante, les auteurs des Perspectives se sont efforcés de garder espoir en soulignant que « pratiquement tous les pays prennent actuellement des mesures pour protéger la biodiversité, sans lesquelles l'état de la biodiversité mondiale serait bien pire ». Les auteurs rappellent par ailleurs que six objectifs d'Aichi sont considérés comme « partiellement atteints ». Parmi les points positifs : « la baisse des taux de déforestation, l'éradication des espèces exotiques envahissantes dans un plus grand nombre d'îles et une meilleure sensibilisation à la biodiversité et à son importance en général ».
Transition vers le statu quo ?
Le rapport de l'ONU ne manque pas d'émettre plusieurs recommandations, que les auteurs ont formulées comme des « transitions », qui dessinent un scénario pour un monde dans lequel « le statu quo » est mis en place et où la dévastation de l'environnement est inversée. Si ces propositions sont prises en compte, « les écosystèmes seraient restaurés et conservés, les systèmes alimentaires seraient repensés pour améliorer la productivité tout en minimisant leurs effets négatifs, et les océans seraient gérés de manière durable ». La conception des villes est également mise en relief dans les recommandations du rapport à travers des appels à la réduction de l'empreinte environnementale dans les zones urbaines et à la mise en place d'« infrastructures vertes », qui font de la place à la nature dans les paysages bâtis. La vision verte et optimiste dépeinte par les auteurs n'est pas sans rappeler celui que promettait la réalisation des objectifs d'Aichi en 2010. Les leçons de la pandémie que beaucoup de scientifique lient à la dégradation de la biodiversité permettront- ils d'engager une véritable dynamique mondiale vertueuse ?
« Reconstruire en mieux »
Le Secrétaire Général des Nations Unies, António Guterres, pour sa part, y croit. Réagissant au rapport, il a déclaré que les transitions représentent une occasion sans précédent de « reconstruire en mieux », alors que le monde émerge des impacts immédiats de la pandémie de la Covid- 19. De nouveaux dés seront jetés lorsque les conclusions des Perspectives mondiales de la biodiversité seront discutées par les chefs d'Etat lors du Sommet des Nations Unies sur la biodiversité, qui se tiendra le 30 septembre, sous les auspices de l'Assemblée Générale. Le Sommet qui aura lieu en ligne –pandémie oblige- mettra en lumière la crise que la dégradation de la biodiversité fait peser sur l'humanité et l'urgence d'accélérer les actions en faveur de la biodiversité pour un développement durable. Une nouvelle série d'objectifs, pour la période comprise entre 2021 et 2030, est actuellement en cours de négociation, et devrait être examinée lors de la 15ème Conférence des parties à la Convention sur la diversité biologique, qui devrait se tenir à Kunming, en Chine, en mai 2021. Qui vivra verra.
Oussama ABAOUSS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.