Le président du Sénat mexicain salue la qualité des relations entre Mexico et Rabat    Maroc/Israël : Une conférence de haut niveau à l'ONU, sur la sécurité alimentaire et l'agriculture innovante    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité condamne le blocage à Guergarate    Maroc Telecom réalise un chiffre d'affaires de 8,9 MMDH au au premier trimestre de 2021    Commission interministérielle : Un approvisionnement abondant durant le Ramadan    Le DG de la SFI réitère son soutien à la dynamique du secteur privé marocain    Une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux fait réagir Afriquia    Maroc Telecom: Le nombre de clients en hausse de 6,8%    Look et Forme : Prendre soin de ses dents    McDonald's Maroc relance l'opération #Mta7dine    Inzegan : un incendie ravage dix magasins dans deux souk    Discrimination juridique envers les enfants nés hors mariage    Checkinfo: «Les usagers constateront rapidement une diminution du nombre d'impayés»    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Sahel : de no man's land à no man's power    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    Poutine appelle ses rivaux étrangers à ne pas "franchir de ligne rouge "    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réinventer l'employabilité de la jeunesse africaine
Publié dans L'opinion le 29 - 09 - 2020

L'Afrique était déjà touchée par le manque d'emploi pour sa jeunesse. La Covid-19 est venue aggraver la situation. La Fondation Jobs for Africa se penche sur la question à travers un webinaire qu'elle a organisé le 28 septembre. Son Président, Jamal Belahrach, livre le bien-fondé de cette visioconférence. A rappeler que la Fondation a été créée en novembre 2016 en partenariat avec le Bureau International du Travail (BIT) et l'Organisation Internationale des Employeurs (OIE) à Genève, avec le soutien de la Commission européenne et la collaboration de la Banque Africaine de Développement (BAD) pour des projets communs.
- Vous avez organisé ce lundi un webinaire sur le travail en Afrique post Covid-19. De quoi s'agit-il ?
- À travers ce webinaire, nous souhaitons faire le point avec nos experts sur la situation de l'emploi sur notre continent avec cette crise sanitaire mondiale. Notre continent était déjà touché par les problématiques de l'emploi avant ce virus et cela s'accentue aujourd'hui.
Peut-on parler aujourd'hui d'une problématique d'emploi sur le continent ?
- Il faut rappeler que ce sont plus de 350 millions d'emplois qui ont été touchés par cette crise dans le monde. Plus de 12 millions de jeunes pointent au chômage chaque année en Afrique et notre croissance continentale ne peut absorber ni le stock ni les nouveaux venus. Nos économies tardent à se transformer et la pandémie n'arrange pas les choses. D'ici 2050, la population active sur le continent va doubler, passant de 450 millions à 900 millions. Dès lors, comment allons-nous faire pour donner du travail à tout ce monde si on ne se réinvente pas ? Alors, oui, il y a un vrai sujet emploi et en particulier celui des jeunes. 70% de la population a moins de 25 ans, c'est une opportunité et un défi en même temps.
- Comment, avec cette crise sanitaire, peut-on faire pour relancer la machine du travail ?
- Nous n'avons pas le choix. Autrement, elle va se transformer en crise sécuritaire pour tous les pays du continent. Le chantier est sociétal. Il faut travailler sur les modèles économiques, la modernisation des économies, les législations, les compétences et sur la politique pour développer les échanges intra-continentaux pour plus de croissance.
- L'Afrique regorge de bras valides, une jeunesse bouillante, un continent immensément riche mais les jeunes sont au chômage. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?
- « La jeunesse au coeur du développement » doit être le leitmotiv de tous les pays du continent. L'Afrique a besoin d'un plan Marshall dédié pour redonner du sens et de l'espoir, pour ne pas laisser les sirènes de l'extrémisme sonner et les attirer. Notre dividende démographique est exceptionnel et nous est envié par l'Occident. Il appartient aux gouvernants d'en faire un avantage concurrentiel par plus d'éducation, de formation en soft skills et aux métiers d'avenir (digital), sans oublier les métiers dans les secteurs stratégiques se trouvant sur le contient (agriculture, mines ...).
- Quel rôle peut jouer le partenariat public-privé pour favoriser l'employabilité sur le continent ?
- C'est la clé. Le développement ne peut plus être imaginé autrement. Les Etats doivent créer les cadres d'expression et de régulation de l'économie, de protection sociale et le privé doit pouvoir créer la richesse dans les meilleures conditions de compétitivité pour créer des emplois et, partant, un développement d'un modèle économique et social très équilibré.
Propos recueillis
par Wolondouka SIDIBE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.