Akhannouch en visite dans la province de Chefchaouen    Coupe du Trône: le Raja décroche son ticket pour les quarts de finale (VIDEO)    L'ONU approuve une proposition du Maroc    Passeport vaccinal : Un précieux sésame aux contours toujours flous et mal définis au Maroc    Le 18 : un Riad culturel à Marrakech    Mercato: quel club choisira Erling Haaland ?    Maroc : 18 pays sur la liste noire    Covid-19 / Maroc : 594 nouveaux cas, 557 guérisons et 8 morts    Toyota Corolla Cross Roads : la famille s'agrandit    Approbation de projets de loi    Le PPS exhorte le gouvernement à protéger le pouvoir d'achat    Le crédit maintient sa tendance baissière    La TVA, principale composante qui influence le secteur informel    Mémorandum d'entente entre la CGEM et l'UM6P: Un rapprochement au service de la recherche appliquée    Automobile: Hausse des ventes de 6,23% à fin février    Le taux de reproduction du Coronavirus se stabilise à 0,98    Les projets de mise en œuvre de la loi cadre relative au système d'éducation présentés à Rabat    Salé: ouverture d'une enquête suite au décès d'une fille    Incapable d'apaiser le Hirak, Tebboune s'en prend au Maroc !    Casablanca: nouvelles coupures d'eau prévues par la Lydec    Averses orageuses localement fortes le 3 mars dans plusieurs provinces marocaines    L'Allemagne réagit à la décision du Maroc    L'Iran n'est plus suspendu pour refus d'affronter Israël    Grèce : un séisme de magnitude 6,3 au centre du pays    Badiâa Bouya, référence avérée de l'art culinaire marocain au Rwanda    Musique: le refrain classique des fins de mois !     Bartomeu relâché mais l'enquête se poursuit    Message du roi Mohammed VI au président bulgare    Signature de 12 contrats-objectifs et lancement du projet du géo-portail national des documents de l'urbanisme    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    «La création et l'art face à l'extrémisme et au discours de la haine»    Décès de la légende du reggae Bunny Wailer    Ligue des Champions : Le Horoya sera bel et bien à Casablanca !    Le Maroc, puissance diplomatique émergente, se dote d'une voix audible en Afrique    Le coach limogé de la journée : Madihi (RBM) partant, Jrindou arrivant !    Participation du Maroc à la 155ème session du Conseil de la Ligue arabe    Une plainte visant les attaques chimiques attribuées au régime syrien déposée à Paris    Johnson soutient une éventuelle candidature Royaume-Uni/ Irlande au Mondial 2030    Election à la présidence de la CAF : Le candidat ivoirien se révolte contre la FIFA !    Pays-Bas : explosion près d'un centre de dépistage Covid-19    L'Association d'amitié maroco-israélienne voit le jour aux Etats-Unis    15.754 audiences à distance et 300.000 affaires mises au rôle en 10 mois    Une ONG alerte sur l'ampleur de la répression en Algérie    Contribution financière du Maroc au Plan d'intervention humanitaire au Yémen    Concerts live et sessions digitales au menu de la nouvelle édition de Visa For Music    Spike Lee prépare une série documentaire pour le 20ème anniversaire des attentats du 11 septembre    Baie de Cocody: Les ouvrages maritimes achevés    Sahara marocain: des personnalités canadiennes lancent un appel à Joe Biden    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 à la loupe
Publié dans L'opinion le 05 - 10 - 2020

C'est officiel. La date limite des dépôts de candidatures pour le colloque sur les défaillances d'entreprises en Afrique est prorogée au 31 octobre. Organisée par la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Hassan II (FSJES) d'Aïn Chock-Casablanca et le Laboratoire de recherche en finance, banque et gestion de risque (FIBAGER), cette conférence sera axée essentiellement sur la Covid-19.
La deuxième édition du Colloque International sur les Défaillances d'Entreprises en Afrique (CIDEA), prévue pour le 4 février 2021, se tiendra dans un contexte particulier après une année chaotique, marquée par la Covid-19.
Organisée par le laboratoire Finance, Banques et Gestion des Risques, cette rencontre se tient sous le thème « Crise sanitaire du Covid-19 et défaillances d'entreprises en Afrique : les enjeux économiques, financiers et sociaux ».
Selon les organisateurs, ce colloque a trois objectifs fondamentaux. Il s'agit de mettre en lumière les caractéristiques des entreprises les plus touchées par la crise du Covid-19 en Afrique, identifier l'impact de la crise à la fois sur la performance et le risque de défaillance des entreprises concernées, et sur l'économie africaine dans son ensemble. Mais il sera aussi question de proposer un plan d'action permettant le redressement de la situation des entreprises en question.
Concernant les principaux thèmes de la conférence, ils porteront, entre autres, sur la pandémie et la défaillance des entreprises, les caractéristiques des entreprises les plus touchées par la crise, les plans de sauvetage des entreprises impactées, ainsi que le redressement de l'entreprise défaillante.
Les leçons à tirer
Les participants tableront également sur la prévention et le traitement de la défaillance, le rôle de l'Etat, la structure financière de l'entreprise défaillante, la relation gouvernance-défaillance, sans oublier les coûts et conséquences des défaillances, la gestion de l'entreprise déficiente, la gestion des entreprises en période de crise. Il sera question aussi des théories de la défaillance et les leçons à tirer de la crise.
Cette maladie infectieuse qui est une zoonose dont l'origine n'est pas encore déterminée, est apparue en décembre 2019 dans la ville de Wuhan, dans la province du Hubei en Chine. Elle s'est rapidement propagée, d'abord dans toute la Chine, ensuite à l'étranger provoquant ainsi une épidémie mondiale.
Dans un document rendu public, la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Hassan II (FSJES) d''Aïn Chock-Casablanca, constate que le Maroc n'a pas été épargné par cette pandémie dont les effets ont touché tous les secteurs économiques du pays : fermetures d'entreprises, baisse d'activité, pertes d'emplois, augmentation du taux de chômage, dégradation du commerce extérieur... Ces différents problèmes vont certainement se traduire par l'augmentation des défaillances d'entreprises dans le pays.
Tous les secteurs sont concernés mais à différents degrés. Les premières estimations des conséquences de cette pandémie sur l'économie mondiale prévoient un taux de plus de 25% de défaillances d'entreprises dans le monde, selon COFACE, un des leaders mondiaux de l'assurance crédit, ce qui préjuge d'un impact social considérable.
Maladie infectieuse
Le rapport de l'Organisation Internationale du Travail, dans le même contexte, souligne qu'en 2020, « la crise de la Covid-19 devrait faire disparaître 6,7 pour cent des heures de travail dans le monde au cours du deuxième trimestre de 2020, soit 195 millions d'équivalents temps plein». Pour comprendre la portée de cette conférence, il faut rappeler que les secteurs les plus à risque sont les services d'hôtellerie et de restauration, l'industrie manufacturière, le commerce de détail et les activités commerciales et administratives. Dans le cas du Maroc, ce sont effectivement les secteurs qui concentrent les taux les plus élevés d'emplois et qui sont ainsi directement impactés par la crise.
La défaillance des entreprises dans ces secteurs, inéluctable pour un bon nombre de PME et TPE, posent donc avec acuité la question des ressources humaines de ces entreprises durant cette période de crise et de post-crise. Si la situation actuelle appelle à des mesures d'appui financier aux entreprises, elle nécessite aussi de se pencher sur la situation des salariés des entreprises impactées et des conditions de retour en emploi.
Wolondouka SIDIBE


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.