Africa Investment Conference : Le Royaume-Uni post-Brexit cible des marchés clés en Afrique    Orange Maroc se prépare à la 5G    Précisions sur les conditions de détention de Maâti Mounjib    Compteur coronavirus : 925 cas testés positifs et 23 décès en 24 heures    MOROCCO MALL: Les soldes d'hiver de retour    Allal Amraoui : «L'attitude schizophrène de l'Espagne envers le Maroc interroge à plusieurs égards»    ICESCO : Technologies intelligentes et agriculture en Afrique    Hamid Bouchikhi classé parmi les théoriciens du management les plus influents    C'est parti pour la campagne de vaccination    BAM: Le dirham se déprécie de 0,67% face à l'euro    Le Crédit Agricole du Maroc à l'écoute des professionnels de la filière céréalière    Origine du Covid-19: l'OMS estime qu'il est trop tôt pour tirer des conclusions    COVID-19 : La Grèce prolonge le confinement jusqu'au 1er février    CHAN2021 : le Maroc cherche un schéma offensif plus efficace    Bouznika : De nouveaux résultats concrets font avancer le dialogue inter-libyen    Coronavirus : le Maroc autorise le vaccin de Sinopharm    Vaccins Astrazeneca et SinoPharm au Maroc: ce que l'on sait    Message de condoléances et de compassion du Souverain à la famille de feu Moulay M'Hamed Iraki    Jean-Marie Heydt dévoile son livre « Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions »    Des experts internationaux plaident pour une approche coordonnée de la lutte contre la corruption    Vaccin AstraZeneca : les précisions de l'ambassade de l'Inde à Rabat    Quand l'Espagne nourrit l'ambiguïté envers le Maroc !    La contribution du Maroc au désarmement mise en exergue à Genève    L'inexorable décrépitude de "La Comédie " La mémoire théâtrale de Fès compte ses jours !    Bouznika abrite un nouveau round du dialogue inter-libyen    Pantins et commanditaires obnubilés par une guerre imaginaire    La RDC s ' en tire à bon compte face à la Libye    Les dirigeants algériens isolés de la dynamique de l'histoire    Fusion Danse Morocco, un nouveau rendez-vous artistique pluriculturel    Sonia Bennis expose ses récentes œuvres à Marrakech    LF 2021 : voici les principales mesures fiscales [Document]    Entraînement en mer: Deux stagiaires commandos de la Marine Royale portés disparus    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    «Le secret de la lettre», nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Soudan-Israël : La proposition de normalisation est un «chantage»
Publié dans L'opinion le 05 - 10 - 2020

Pour le Parti soudanais Umma, la question de la normalisation de Khartoum des relations avec Tel-Aviv est un «chantage» qui ne passera pas.
Le Parti soudanais, dirigé par Al-Sadiq Al-Mahdi, a confirmé samedi dans une déclaration que la question de la normalisation avait été soulevée dans l'arène politique sans justification objective et d'une manière inacceptable et extorquée.
Il a indiqué que la proposition se présentait sous la forme d'une «négociation pour un prix, et son statut ne sera pas atteint», soulignant que sa position sur la normalisation est «fondée sur des principes et non sur la position arabe».
Les autorités soudanaises se disent soumises à de fortes pressions afin d'accepter la normalisation avec Israël, mais Khartoum résiste, et oppose ses raisons. Le Soudan n'a pas obtenu l'aide urgente réclamée de 2 milliards de dollars pour sauver le pays de l'effondrement économique. Les discussions ont donc subi un coup de frein.
Le Soudan mis devant le fait accompli
Le pouvoir soudanais a aussi le sentiment d'être mis devant le fait accompli. La normalisation avec Israël ne faisait pas partie des conditions réclamées au Soudan pour rayer son nom de la liste noire. Elle y a été rajoutée une fois que Khartoum a accepté toutes les demandes américaines, comme les réformes politiques et des compensations de plusieurs millions de dollars pour les victimes des attentats de Nairobi et de Dar es Salaam en 1998, ainsi que celui de l'USS Cole au large du Yémen en 2000.
Si le Conseil souverain soudanais apparaît divisé sur la question, et les militaires au sein de ce Conseil semblent, eux, favorables à Israël, les plus importantes formations politiques, rejettent, elles, cette normalisation.
Sadek al Mahdi, le chef du parti Oumma, a indiqué refuser « cette soumission et cette injustice qui n'a rien à voir avec la paix ».
Il a expliqué que le rejet de la normalisation est conforme à la position du parti rejetant l'apartheid en Afrique du Sud, dans la poursuite du principe de justice.
Il a exprimé sa surprise de «relier cette question (normalisation) à la question de la réforme économique».
Il a souligné que les expériences des pays de normalisation montrent le contraire de ce qui a été revendiqué, et n'ont récolté que «un petit nombre de promesses et de nombreux problèmes».
La plus haute autorité religieuse du pays a interdit dans une fatwa la normalisation avec Tel Aviv. Seules trois petites formations y sont favorables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.