Centrafrique. Premières élections municipales depuis 30 ans    CIH BANK lance CIH PAY    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Boufal et Hakimi dans l'équipe type    CAN2021- Burkina-Gabon / Redouane Jayed: le sheriff qui tire plus vite que son ombre!    Covid-19 : Les Comores sans gardien de buts face au Cameroun    La diplomatie éducative, un instrument valorisant toute impérieuse politique étrangère    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    Mehdy Mariouch expose ses «Studios. (c)» à Meknès    Spotify lance «Ghareeb Alay» d'Eliana et Balti    Transition politique en Guinée: Après nomination des membres du CNT, les scenarii du possible    Bruxelles: Débordements lors d'une manifestation contre les restrictions anti-Covid    La US Navy saisit un navire de contrebande d'armes dans le golfe d'Oman    Un parti d'opposition dénonce la « criminalisation » de l'action politique en Algérie    TotalEnergies et Chevron se retirent de Birmanie, presque un an après le coup d'Etat    Voitures électriques : la Chine choisit le marché marocain pour percer en Afrique    Conseil des Migrants Subsahariens au Maroc : Renforcer la résilience et la protection des migrants    Interview avec Abdesselam Idrissi : « Le commerçant et l'investisseur marocains préfèrent la justice classique»    Chelsea-Tottenham : Ziyech a signé l'une de ses meilleures performances chez les Blues    Coupe d'Afrique des nations : Hakimi et Boufal, plébiscités par la CAF    Cours de change des devises étrangères contre le dirham du 24 janvier 2022    Emprisonnement pour délits mineurs: des experts mettent en garde contre les coûts financiers et sociaux    Les Etats-Unis atteindront le pic d'infections au variant Omicron en février    Tunisie :Les médecins et pharmaciens de la santé publique en grève mardi    Education nationale : 196 établissements fermés à cause du Covid-19    Environnement: Marrakech se dote d'un hôtel éco-responsable    Système normatif marocain : Une production en quête d'attractivité    «Marocains d'Algérie : Rafle au Couchant», nouveau roman de Mansour Kedidir    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    Maroc : mais où sont passées les abeilles ?    Les Emirats arabes unis interceptent deux missiles lancés par les rebelles houthis    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    كأس أمم إفريقيا: مسحة فيصل فجر إيجابية ويخضع حاليا للبروتوكول الصحي المعتمد    CAN 2021 : Hakimi absent de l'entrainement collectif, Fajr seul Lion de l'Atlas confirmé positif au Covid-19    António Guterres a clairement désigné les parties concernées par le dossier du Sahara    Le Polisario et la fuite en avant    La revue de presse du lundi 24 janvier    Edito : Courage de réformer    Neuf individus interpellés dans une affaire de falsification et de trafic de drogue, dont 2 policiers    Les températures attendues ce lundi 24 janvier 2022    Le temps qu'il fera ce lundi 24 janvier 2022    Drâa-Tafilalet : l'INDH contribue à la réalisation de 978 unités du préscolaire entre 2019 et 2021    Un club de Premier League courtise Sofyan Amrabat    L'Algérie nie le report du sommet arabe, annoncé pourtant en mars par Tebboune    La femme marocaine traditionnelle à l'honneur    Invité d'Info Soir, Rachid Benzine dit tout sur son nouveau livre « Voyage au bout de l'enfance » (Vidéo)    Magazine : Saïd Afifi, âme de déconstruction massive    La ville de Casablanca s'associe à la campagne "Informer les femmes, transformer les vies"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Khartoum s'oppose à un transfert à l'ONU de la mission de l'UA au Darfour
Publié dans Agadirnet le 05 - 09 - 2006

KHARTOUM (AP) -- Le Soudan a estimé lundi que l'Union africaine n'avait aucunement le droit de transférer aux Nations unies sa mission de maintien de la paix dans la région du Darfour. Il a cependant annoncé que ces soldats pouvaient rester sur place à condition de refuser tout mandat de l'ONU et d'accepter un financement de la Ligue arabe et du gouvernement soudanais.
Le ministère soudanais des Affaires étrangères a donné une semaine à l'UA pour répondre à cette proposition. En cas de réponse négative, les soldats de la paix africains seraient priés de se retirer.
Cette prise de position, qui intervient alors que Khartoum poursuit l'offensive lancée voilà une semaine contre des fiefs rebelles du Nord-Darfour, semble indiquer que le gouvernement soudanais a opté pour une solution militaire au conflit.
Jamal Ibrahim, porte-parole du ministère soudanais des Affaires étrangères, a précisé que l'UA avait d'ores et déjà averti qu'elle ne pourrait poursuivre sa mission actuelle au-delà du 30 septembre.
"S'ils (l'Union africaine) sont incapables de poursuivre leur mission au Darfour après le 30 septembre, alors ils doivent être partis à cette date. Dans le même temps, ils n'ont aucun droit de transférer cette mission à l'ONU ou à tout autre instance internationale. Ce droit est du seul ressort du gouvernement du Soudan", a-t-il dit.
Le gouvernement a rejeté jeudi la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU qui ouvre la voie au déploiement dans la région d'une force onusienne de 20.000 hommes, soldats et policiers, en remplacement des contingents de l'UA.
Plutôt que d'accepter cette option, Khartoum mène une vaste offensive qui impliquerait des milliers d'hommes ainsi que de nombreux miliciens janjawid. La zone est contrôlée par un mouvement rebelle non-signataire de l'accord de paix de mai dernier, le Front de rédemption nationale. L'accord visait à mettre un terme à trois années d'une guerre sanglante, qui a fait plus de 200.000 morts et chassé sur les routes 2,5 millions de personnes. Seule la principale faction rebelle a signé.
La force d'interposition de l'Union africaine, 7.000 hommes mal équipés, n'a pu faire cesser la catastrophe humanitaire que vit le Darfour, où l'accord de paix n'a que peu d'effet. Elle a donc demandé à l'ONU de prendre le relais, après l'expiration de son mandat au 30 septembre. Mais le régime militaro-islamiste du président soudanais Omar al-Bachir n'a cessé de manifester son opposition à un déploiement de l'ONU, proposant en revanche de dépêcher 10.000 de ses propres hommes au Darfour.
Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a indiqué que le gouvernement soudanais avait toujours l'intention de pacifier la région. "Le Soudan va mettre en oeuvre l'accord de paix au Darfour selon son propre plan afin de rétablir la sécurité et la stabilité dans la région", a-t-il expliqué.
Face aux Nations unies et aux ONG humanitaires, qui font état d'une aggravation de la crise au Darfour, avec une augmentation du nombre de viols et d'attaques en tous genres, Khartoum reste inflexible. Le président Al-Bachir, cité par l'agence officielle SUNA, a accusé dimanche la communauté internationale de vouloir prendre le contrôle de son pays. "Notre décision est un rejet catégorique (de la résolution de l'ONU) et nous nous tenons prêts à la confrontation (avec les forces onusiennes)", a-t-il déclaré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.