El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Le Comité européen pour le soutien du plan d'autonomie au Sahara appelle l'UE à encourager la solution politique    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Cinq orientations pour concrétiser les ambitions    Bourita: La traduction d'une «ferme volonté du Maroc de résoudre la crise libyenne»    Violence contre les femmes : la campagne de sensibilisation démarre    Commerçants et hôteliers broient du noir    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Engrais : OCP réagit à la décision du Département américain de Commerce    Plus que l'avidité du profit, le scandale du non-respect de la loi    Volvo Cars Maroc dévoile ses offres    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Bus à Casablanca : Les personnes en situation de handicap protestent    Toni Pérez, nouveau directeur général de Glovo Maroc    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Le monde du Rugby en deuil après le décès de Christophe Dominici    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Vaccin anti Covid-19 : nous sommes prêts !    Epidémie : Y a-t-il vraiment une décrue du Covid ?    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    La DGSN innove : Le parc automobile renouvelé    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Espagne. Chef Moha roi des tapas    Ligue des champions: les 4 clubs déjà en huitièmes    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Du 25 au 27 novembre au Complexe Mohammed VI de football: La FRMF et la LNFP organisent un séminaire médical sous le thème : "La cheville du footballeur"    Ziyate toujours démissionnaire : L'Assemblée Générale élective déplacée au 10 décembre    Edito : Plus qu'un fonds...    Haïti va ouvrir un Consulat Général à Dakhla    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président mauritanien    [Vidéo] C.I.N. comme garantie : ce que dit la loi [MFM Radio]    Présidence de la CAF: L'intérim d'Omari prolongé    Fuyant la guerre, des Ethiopiens accueillis dans des maisons soudanaises    La loi pour l'exclusion de Huawei des futurs réseaux 5G présentée au parlement    Météo: au Maroc, pluie et rafales de vent dans ces villes à partir de mercredi    Les hommes d'Ammouta disposent facilement du MCO    Pourquoi les cas de covid-19 ont baissé au Maroc, selon un expert    Covid-19 : 2.880 stations de vaccination à travers le Royaume    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





2021 l'année de tous les télescopages
Publié dans L'opinion le 19 - 10 - 2020

Il est pratiquement acquis, après le discours de SM le Roi lors de l'ouverture de l'année législative, que les élections (municipales, législatives, Régionales, ......) auront bien lieu au cours de l'année 2021 comme prévu avant la pandémie du Covid-19.
L'arbitrage "légaliste" a été de privilégier le calendrier constitutionnaliste malgré la persistance probable de l'état d'urgence sanitaire avec ses conséquences économiques et sociales.
Dont Acte.
Si les discussions entre les partis politiques et le ministre de l'intérieur continuent pour trouver un consensus sur les modalités et les règles pour le bon déroulement de ses échéances démocratiques, les bruits de couloirs murmurent aussi bien :
Des convergences :
On votera le même jour pour toutes les élections
On votera en juillet
On votera un jour de semaine
La représentativité des MRE par une liste de 30 parlementaires
Des ballotages :
Le scrutin de liste serait appliqué dans les communes dont le nombre d'habitants dépasse 50.000 et non à 30.000 comme auparavant
La création, via une loi, d'une commission nationale des élections
Vote par la carte d'identité nationale
Et des divergences :
Le calcul du fameux quotient électoral (valides, exprimés ou inscrits) ou la valeur d'un siège! voir l'étude de l'association Tafra sur le sujet
Le seuil des suffrages à partir duquel ne participent pas à l'opération de répartition des sièges.
Aujourd'hui, ces débats peuvent sembler inintelligibles au commun des mortels mais cela demeure normal et banal à la veille de chaque échéance électorale car Il n'est pas étonnant que chaque parti défende les règles qui lui assurent un maximum d'impacts ou un minimum de désavantages.

Un consensus, à la Marocaine, sera trouvé et les lois électorales (mode de scrutin) seront votées et le découpage électoral sera adopté avant la fin de l'année.
Aussitôt après nous aurons rendez-vous, début Janvier 2021, pour découvrir le nouveau modèle de développement de la commission spéciale de Ssi Benmoussa !
Le projet sera présenté à SM le Roi et sera salué par tout le monde !
A partir donc de février jusqu'à la nomination du nouveau gouvernement, on assistera à un télescopage inédit :
Gestion d'une crise sanitaire avec probablement avec des "Stop and Go"
Gestion éventuelle d'une politique de vaccination
Gestion d'une crise économique
Gestion d'une crise sociale (Chômage)
Gestion d'une augmentation significative de la pauvreté
Anticiper une autre année agricole difficile
Gestion du Plan de relance
Exécuter la loi de finances 2021
Campagne électorale avec de la distanciation
Organisation d'une journée de vote avec un protocole sanitaire renforcé
Convaincre les citoyens de se déplacer pour aller voter
Et en même temps :
Préparer les programmes électoraux pour les municipales, les législatives et les régionales, les plus crédibles possibles, en tenant compte aussi bien des contraintes économiques et sociales que du nouveau modèle de développement.
Il est probable que le noyau dur de tous les programmes politiques sera le nouveau "Contrat Social" de la commande Royale (Assurer couverture sociale universelle, généraliser les allocations familiales, élargir la base d'adhérents au système de retraite, généraliser l'accès à l'indemnité pour perte d'emploi) , il ne demeure pas moins intéressant de découvrir les propositions de chaque acteur politique sur son financement.
Pour cela ils leurs faudra principalement préciser :

Quelle gouvernance (Politique, régionale, réformes, ruptures, ....)
Quelle planification stratégique pour la création de plus de richesse économique
Quelle fiscalité pour une meilleure répartition de richesse et le financement des transferts sociaux (Education, Santé et transfert monétaire ciblé)
Quel capital humain pour demain
A cette occasion, on verra certainement fleurir des mémorandums relatant la vision des syndicats, des acteurs de la société civile (jeunes, femmes, ONG spécialisées...), du patronat, des think tank, des universitaires ... pour essayer de peser sur le débat et les programmes.
Quoi de plus sain sinon le débat des idées, des réflexions qui se croisent, se complètent ou s'opposent à cette occasion mais malheureusement on ne pourra pas éviter le réductionnisme des réseaux sociaux et l'entrisme de ses influenceurs.
Les influenceurs seront les vedettes des prochaines campagnes électorales comme dans le monde des affaires ils seront les concurrents fantômes sans être candidats à rien sinon à augmenter leurs Likes et Abonnés.
Il ne s'agit nullement d'interdire ou de censurer quiconque , mais juste d'alerter et d'avertir sur le prochain challenge entre influenceurs : Un tournoi de dégagisme et de candidats battus à afficher sur leurs mur.
Le nouveau monde est bien là, aux partis politiques de s'y adapter ou de continuer à l'ignorer.

Adnane Benchakroun


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.