Exclusif – Premières révélations sur l'opération anti-terroriste en cours à Tétouan (vidéo)    Message du Roi Mohammed VI au Président Félix Antoine Tshisekedi    BCIJ : Démantèlement d'une nouvelle cellule terroriste à Tétouan (photos)    ONU : Le cannabis sort de la liste des drogues les plus dangereuses    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Décès de Mohammed Abarhoune    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    2M rénove ses journaux télévisés    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Casablanca : ‘'L7asla'', immersion dans la vie des jeunes du Hay Mohammadi
Publié dans L'opinion le 21 - 10 - 2020

La face cachée de la jeunesse des quartiers populaires est dévoilée dans «L'7asla», le nouveau film de Sonia Terrab.
Si aujourd'hui, certains ignorent l'histoire de ce quartier emblématique, les anciens du Hay Mohammadi en gardent la mémoire vivante.
Dans la série documentaire « Des Histoires et des Hommes » de la chaîne de Aïn Sebaâ (2M), «L7asla» est un film poignant sur le quotidien des jeunes du quartier Hay Mohammadi de Casablanca.
Ce quartier mythique où les tubes des groupes légendaires des années 70 ont aujourd'hui cédé la place aux chants des supporters du Raja. Réalisé par Sonia Terrab, «L7asla» (L'impasse) est un portrait sans fard de la jeunesse des quartiers populaires.
« Je voulais comprendre d'où vient cette colère, l'envie de fuir dans la drogue, ce besoin de violence.
Mon idée de départ était de faire un film traversé par la musique du fameux groupe marocain Lemchaheb, en particulier cette chanson, «L7sla», «L'impasse», chanson mythique des années 70 dont les paroles correspondent plus que jamais à l'actualité, un morceau prémonitoire, visionnaire », explique Sonia Terrab. Pour la réalisation de ce documentaire, il a fallu à Sonia Terrab un an d'immersion, pour pouvoir refléter leur quotidien.
Entre la drogue, le foot, les petits deals et l'Hrig (émigration clandestine), mais aussi une solidarité et un sentiment d'appartenance, la réalisatrice a beaucoup appris durant cette nouvelle expérience.
Terre fertile pour les artistes, les intellectuels et les sportifs, les habitants du quartier puisent leur force dans l'histoire du Hay Mohammadi et leur passion pour le foot.
Au fil du temps, plusieurs grands noms du monde de l'art, de la culture et du sport en sont issus: Boujmii, Omar Sayed, Larbi Batma, Mohamed Miftah, Lahcen Zinoun, Abdelhak Achik et bien d'autres.
Pour Sonia, ce film est destiné aux Marocains, cette histoire s'introduira dans les foyers des Marocains pour qu'ils voient et comprennent ces gens. « Il faut filmer le réel, être conscient de ce qui se passe, et abolir cette fracture entre les deux mondes ».
Un lien entre le passé et le présent
Le film est inspiré de «L7asla» (l'impasse), une des chansons mythiques du groupe Lemchaheb qui comme Nass El Ghiwane ont fait la gloire de ce quartier emblématique de Casablanca aux côtés du club de football TAS et la maison de jeunes.
Pour établir le lien entre le passé et le présent, la réalisatrice est allée à la rencontre des jeunes d'hier et d'aujourd'hui... Neknouki, Mouad, Achraf, Wawa, Midou, Ayoub feront office de porte-paroles de la nouvelle génération. L'engouement pour le RCA est un véritable exutoire pour les Ultras qui tentent d'oublier leurs frustrations dans les rimes acérés des chants comme faisaient leurs prédécesseurs avec les titres des Ghiwane ou Lemchaheb.
Kenza AZIOUZI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.