Sahara marocain : ARTE dévoile les Fake news du polisario    Déclarations irresponsables: l'Intérieur se réserve le droit de recourir à la justice    Dakhla: le tourisme balnéaire au cœur du plan de relance (ONMT)    5ème Convention annuelle des zones économiques : le modèle de Tanger Med Zones dévoilé    Mort de VGE: Macron décrète un jour de deuil national mercredi    Le Hassania d'Agadir tient ses AG le 15 décembre    France: la stratégie vaccinale contre le Covid-19 présentée    Le déficit commercial se réduit à fin octobre    Alerte Météo: chutes de neige, temps froid, rafales de vent et fortes pluies ce week-end    Evolution du coronavirus au Maroc : 4334 nouveaux cas, 368.624 au total, jeudi 3 décembre à 18 heures    Le Sénat donne son feu vert à la convention maroco-espagnole de lutte contre la criminalité    Décès de VGE: le roi Mohammed VI présente ses condoléances à Emmanuel Macron    L'IF de Meknès lance une galerie à l' air libre    Décès de Mohammed Abarhoune    Ligue des champions : Paris revient, Chelsea déroule    Les prémices d' une saison prometteuse pour le CAYB    Hydrogène vert, le Maroc à l'affût des opportunités    Sociétés cotées: décélération de la baisse de l'activité à fin septembre    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, jeudi 3 décembre    Le Wydad fin prêt pour la reprise de la Botola    Festival international Cinéma et migrations d'Agadir. Une édition 100% digitale    Le régime algérien prend en otage les séquestrés de Tindouf pour un « choix politique fallacieux »    Le Royaume Uni signe un Mémorandum d'Entente avec le Maroc    Conseil du gouvernement : Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au Maroc jusqu'au 10 janvier    Abondantes chutes de neige, vague de froid et fortes averses de vent    CAM au chevet des Fédérations interprofessionnelles de l'Agriculture    Une délégation de la Commission des AE à la Chambre des représentants en visite aux consulats accrédités    CNSS : « le test PCR n'est pas encore remboursable, mais… »    Nouveau consulat des Etats-Unis à Casablanca    2M rénove ses journaux télévisés    Le Groupe arabe salue les efforts inlassables de SM le Roi pour la défense d'Al-Qods    La communauté internationale attendent toujours le gouvernement    Le sport national en deuil : Saïd Bouhajeb n'est plus de ce monde !    Le pire défi de l'Etat-nation    Messaoud Bouhcine: «Les arts vivants sont en crise»    «Qendil», nouveau single de Ayoub Hattab    LOI DE FINANCES 2021 : UN BUDGET DE CONVALESCENCE    L'Université Mohammed VI des Sciences de la Santé lance un diplôme inédit    La guerre du Tigré va-t-elle basculer vers la guérilla ?    Jamel Debbouze provoque Booba pour le buzz (Vidéo)    Anesthésistes réanimateurs : Pénurie, flou légal et burn out    Gad El Maleh endeuillé (PHOTO)    Le film polémique « Much Loved » proposé sur Netflix    Election du Maroc au CA du PAM : une reconnaissance de l'action humanitaire du Royaume    16 cas testés positifs au sein du MAS à la veille de la nouvelle saison : "Jouer football mais penser Covid-19 " !    Covid-19. Un désastre pour les salaires    Cancel Culture : Le bûcher des réseaux sociaux brûle de bon feu    L'ancien président français Giscard d'Estaing est mort du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Education : 66 % des enfants marocains sont incapables de lire un texte simple selon la Banque mondiale
Publié dans L'opinion le 30 - 10 - 2020

La débâcle du système éducatif marocain se fait de plus en plus palpable, en témoigne le récent rapport de la Banque mondiale qui a dressé un bilan inquiétant de la qualité de l'enseignement au Maroc. 66 % des enfants marocains âgés de dix ans seraient incapables de lire et comprendre un texte simple. Détails
Dans un rapport intitulé « Maroc : pour un système éducatif performant au sortir de la Covid-19′′, la Banque mondiale a souligné les multiples défaillances qui torpillent notre système éducatif et notamment sur les plans de la qualité de la transmission du savoir, de l'équité et de la gestion globale du secteur.
Le rapport fait ressortir une réalité qui doit interpeller tous les responsables éducatifs, 66 % des enfants marocains âgés de 10 ans sont dans l'incapacité de lire et comprendre un texte simple, soit une proportion inférieure de 2,5 points à la moyenne régionale du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord et de 10,7 points à la moyenne des pays à revenu intermédiaire de la tranche inférieure.
Un apprentissage dérisoire
Le rapport fait savoir que les élèves marocains ne bénéficient pas d'une transmission de connaissances de façon continue et durable. La durée effective de la scolarité au Maroc a été en moyenne inférieure de 4,4 ans au nombre d'années réelles, en 2019.
À la lumière de ces chiffres, la Banque mondiale fait clairement état d'une crise d'apprentissage que traverse le Maroc depuis des décennies et qui s'aggrave de plus en plus, tout comme plusieurs autres pays dans le monde. Toutefois, le rapport indique que le gouvernement a fait des efforts pour remédier à la crise actuelle à travers la réforme du système éducatif par la loi-cadre 51.17. Il a également rappelé que le prêt de 500 millions de dollars accordé par la Banque mondiale dans le cadre du programme d'appui au secteur de l'éducation au Maroc, vise principalement à améliorer les acquis scolaires et la gouvernance du secteur.

La Covid-19 exacerbe la crise de l'éducation
La Banque mondiale n'a pas manqué de souligner les effets de la crise liée à la pandémie de la Covid-19 sur l'accès à l'éducation. « La crise du coronavirus menace aujourd'hui de fragiliser les avancées du Maroc en matière d'éducation », indique le rapport, qui précise que le confinement a été préjudiciable à la scolarisation des enfants marocains. La fermeture des écoles a privé environ 900 000 enfants d'âge préscolaire, huit millions d'élèves du primaire et du secondaire, et un million d'étudiants du supérieur, d'au moins trois mois d'apprentissage.
Le rapport a souligné également les inégalités qui ravagent l'éducation au Maroc. Pendant le confinement, la fermeture des écoles a impacté de manière disproportionnée les élèves les plus vulnérables, en particulier ceux dépourvus du matériel numérique ou de la connexion internet nécessaire pour bénéficier d'un enseignement à distance. Ceci est d'autant plus évident que le département de Said Amzazi avait refusé d'allouer une enveloppe financière pour pourvoir les enfants du monde rural des tablettes et des autres outils technologiques pour qu'ils puissent suivre les cours à distance.
En attente d'une recette miracle qui puisse sortir le pays de ce marasme éducatif, le Maroc continue de récolter les fruits des politiques éducatives ambivalentes qui manquent de clairvoyance. L'abondance des plan d'urgence pour sauver l'éducation n'a en effet servi qu'à entraîner l'école marocaine dans une agonie interminable.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.