Edito: Le maire doit partir    Pedro Sanchez : Le Maroc revêt une «importance capitale» pour les intérêts de l'Espagne    Dédiée aux entreprises : inwi lance sa solution souveraine de communications unifiées    Le Groupe Dakhla Attitude primé «Meilleur opérateur de la région»    Fibre optique: Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Le Maroc rejoint l'indice obligataire Bloomberg de la BAD    Casablanca: Reprise du trafic du tramway au niveau du centre-ville    Retard de vaccination : El Othmani pointe du doigt les fournisseurs des vaccins    ONU : La Proclamation américaine sur la marocanité du Sahara distribuée aux 193 Etats membres    Le Maroc classé 53ème en 2021 dans le rapport sur les effectifs militaires    Badr Hari refait surface sur Instagram    Secousse tellurique de magnitude 3,4 dans la province d'Azilal    Evolution du coronavirus au Maroc : 1246 nouveaux cas, 461.390 au total, mardi 19 janvier 2021 à 18 heures    Arrestation d' un pharmacien pour trafic de psychotropes    L'ambassadrice de l'UE loue la stratégie marocaine en matière de lutte contre la violence à l'égard des femmes    Vaste mouvement parmi les directeurs provinciaux de l'éducation nationale    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Dakhla : «Région de Rêve 2021»    Le Maroc réussit son entrée vers la défense de son titre    Ammouta : Victoire d'une importance capitale    Le Maroc éliminé après 3 défaites successives    Nexans : nouvelle usine à Nouaceur    Un MoU pour renforcer les relations économiques et commerciales    Président à part, sera-t-il aussi un ex-président à part ?    Maroc-USA:Fischer rassure quant à la position de l'administration Biden sur le Sahara    Un Casque bleu marocain parmi les victimes en République centrafricaine    Coronavirus : le gouvernement prolonge les mesures de restriction en vigueur de 2 semaines    Visas: Le plaidoyer du député franco-marocain M'jid El Guerrab pour l'Afrique    Pays-Bas: Démission du gouvernement de Mark Rutte    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    Stud'IFO : Concert virtuel entre Cheikh Brahmi et Snitra    Ben Abdelkader pose les conditions de modernisation du système judiciaire    Coronavirus : voici les variants les plus compliqués à maîtriser par le système immunitaire [Etude]    La reconnaissance de la marocanité du Sahara est un «développement naturel» de la position des administrations US    L'envoyé US pour la lutte contre l'antisémitisme salue la «vision de paix» de SM le Roi    Profitant du nul entre la Libye et le Niger : La RDC prend seule la tête du groupe B    Le sélectionneur du Zimbabwe accuse le Cameroun de sorcellerie !    Meknès retrouve la culture à l'air libre    Une nouvelle émission rendant hommage à la diversité culturelle    «Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»    Médias-Pr. Rachid Lazrak : «Il faut être soit aveugle, soit de mauvaise foi, pour ne pas comprendre comment le Conseil de sécurité voudrait résoudre le problème du Sahara»    Virus Covid mutant: Le Maroc se ferme à l'Australie, le Brésil, l'Irlande et la Nouvelle Zelande    Eliminatoires Afrobasket (Tunisie, 17-21 février 2021) : Stage de l'équipe nationale seniors    Euromed : Quel avenir ?    CHAN / Ouganda-Rwanda (0-0) : Un nul en faveur du Maroc    Le Maroc et les Etats-Unis s'engagent contre le trafic illicite    Communication: rapprochement stratégique entre le marocain Brand & Image et l'israélien Kam Global Strategies    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les transporteurs touristiques dénoncent le non-respect du contrat programme par les banques
Publié dans L'opinion le 17 - 11 - 2020

Les professionnels du transport touristiques sont dans la tourmente, ils dénoncent le non-respect du contrat programme par les banques qui exercent sur eux de plus en plus de pression pour le remboursement de leurs créances, contrairement aux dispositions du contrat-programme pour le tourisme, et ce, sans que le gouvernement réagisse.
En pleine crise économique liée aux conditions de la crise sanitaire, les transporteurs touristiques vivent dans une léthargie insupportable, vu l'agonie que connaît le secteur du tourisme et la chute des flux de visiteurs étrangers. En plus de ça, ils vivent sous la pression des institutions bancaires qui exigent le rebroussement des créances et l'imposition des intérêt sur le report de paiement, sachant que le contrat-programme pour le tourisme, signé le 6 août, repousse le délai de remboursement jusqu'au 31 décembre avec un moratoire sur les crédits de leasing sans frais ni pénalités pour les entreprises touristiques et leurs employés.
Les transporteurs touristiques montent au créneau
La Fédération nationale du transport touristique s'est aussitôt saisie de la question en envoyant des correspondances au gouvernement et particulièrement aux ministères du Tourisme et de l'Equipement et du Transport. Dans deux lettres dont L'Opinion détient copies, la Fédération fait état du non-respect par les banques du Contrat-programme qui garantit le report de leurs dettes jusqu'au 31 décembre 2020. Elle a également appelé le gouvernement à intervenir pour mettre fin aux agissements, de quelques institutions bancaires, qui étouffent les entreprises de transport touristique.
Contacté par L'Opinion, le Secrétaire général de la Fédération, Mohammed Bamensour, a expliqué que les banques exigent des majorations d'intérêts sur toute la durée du report de remboursement des créances. « Les banques nous disent qu'elles ne sont pas concernées par les dispositions dudit contrat », nous a-t-il confié, rappelant que le secteur bancaire est partie prenante du Contrat signé avec l'Etat.
Plusieurs entreprises de transport touristique se trouvent ainsi dans une situation difficile, d'autant plus qu'elles sont à bout de leurs moyens vu la stagnation que traverse leur activité dans le contexte de la crise sanitaire. « Certaines d'entre elles sont obligées de vendre leurs véhicules pour rembourser leurs dettes », nous a affirmé M. Bamensour, ajoutant que cela va conduire à des pertes d'emplois, ce qui est contraire au but essentiel du contrat-programme qui est de les préserver.
En effet, la Fédération revendique le respect du moratoire prévu par le contrat-programme. Faute d'une solution concertée, les transporteurs touristiques ne seront plus en mesure de respecter leurs engagements en matière de persévération de leurs effectifs à 80%, rappelle M. Bamensour, qui nous a indiqué que certains professionnels du secteur seront contraints de déclarer faillite vu la baisse de leur activité et le manque de visibilité sur les mois à venir. Lesquels seront aussi austères que les mois précédents, d'autant que la deuxième vague de la pandémie sévit en Europe et va faire perdurer la rareté des touristes.
Quid du gouvernement ?
Le Secrétaire général de la Fédération a déclaré que le ministère du Tourisme est au courant des péripéties de cette affaire, ajoutant que la ministre Nadia Fettah Alaoui a pris l'engagement de jouer un rôle de médiation entre la Fédération et le Groupement Professionnel des Banques du Maroc (GPBM), représentant du secteur bancaire dans le contrat-programme. Une réunion est prévue jeudi prochain, entre les deux parties en vue d'ouvrir un dialogue afin de trouver une solution, nous a précisé M. Bamensour.
Rappelons que le Contrat-programme pour le tourisme a été signé entre les ministères du Tourisme et de l'Emploi, la Confédération Nationale du Tourisme et le GPBM, pour sauver le secteur du Tourisme, fortement meurtri par les retombées de la pandémie reflétées par la réduction drastique des arrivées touristiques.
Ce Contrat couvre toute la période 2020-2022, et l'Etat s'y est engagé à prolonger le délai de remboursement du découvert exceptionnel obtenu dans le cadre du produit « Damane Oxygène » jusqu'au 31 Décembre 2021, et à garantir à hauteur de 95% tous les crédits de relance de l'activité, accordés aux entreprises dont le chiffre d'affaires est inférieur à 10 MDH.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.