Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Société : Les femmes du moukef de l'Agdal, ces oubliées de la crise
Publié dans L'opinion le 23 - 11 - 2020

Cette crise sanitaire aura au moins permis de rappeler à la société l'existence de ces métiers, souvent méprisés et oubliés, et pourtant d'une importance majeure.
Parmi les victimes de la crise liée due à la Covid-19, on retrouve en première ligne les femmes de ménage, et pas n'importe lesquelles, celles des moukef qui ne survivent que grâce à un travail journalier et incertain.
Elles se réveillent très tôt pour se rendre, dans la brume des premières lueurs du jour, à leur place habituelle, au moukef de l'Agdal, où elles attendent, pendant de longues heures qu'un client se manifeste.
Vêtues généralement de leurs jellabas et foulards négligés, ces femmes accourent aux vitres des voitures, pour tenter leur chance auprès du premier client. N'ayant que leur force physique comme qualité et moyen de se faire recruter, ce sont généralement les femmes les plus fortes qui l'emportent.
Ces femmes, qui, subviennent aux besoins de leurs familles, se sont retrouvées depuis plusieurs mois sans travail, si ce n'est un très maigre revenu. Elles étaient une dizaine à pointer au même endroit, à la même heure, attendant un éventuel ‘'employeur''. Depuis l'arrivée de la pandémie, on ne retrouve que trois ou quatre au maximum, attendant désespérément que l'on fasse appel à elles. « Les étudiants ou jeunes fonctionnaires qui avaient besoin de nous pour le ménage ne nous réclament plus depuis la Covid-19 », témoigne Khadija, 33 ans.
Les jeunes ne sont pas les seuls clients qu'elles ont perdus, mais aussi les familles pour qui elles travaillaient pour les grands ménages.
« Avec la Covid-19, les gens ont peur et préfèrent rester prudents et se passent de nous. Mais pour nous, la peur de la maladie n'est pas aussi présente et inquiétante que celle de se retrouver sans travail », déplore Fatima, une veuve, qui doit s'occuper de ses deux enfants.
Ces femmes sortent et prennent des risques considérables tous les jours, pour chercher leur gagnepain, et c'est le cas de toutes personnes qui exercent dans le secteur informel. Dévastés par la précarité de la paralysie financière qui dure depuis des mois, cette crise pousse plusieurs Marocains à la mendicité.
Entre crise et désespoir
Les femmes du moukef gagnent généralement entre 150 et 200 dirhams, d'après elles, c'est rare où on se montre plus généreux. Après 17h, il ya très peu de chance qu'un client se manifeste, alors elles ont recours à la mendicité. « Je ne suis pas fière, mais qu'est-ce que je peux faire d'autre ? Ce n'est pas un choix mais une nécessité, si je veux survivre », s'indigne une des femmes.
Ces femmes au regard attristé par la situation, sont fatiguées de devoir se rendre chaque matin chercher du travail, sans aucune visibilité. Une instabilité qui dure et qui ne laisse voir aucune lueur d'espoir.
Kenza AZIOUZI
Encadré
CESE : gestion de la crise sanitaire
Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) a publié une étude sur « les leviers d'actions envisageables ». Le débat tourne autour de l'impact de l'actuelle crise sanitaire et ses enjeux économiques et sociaux. En ce qui concerne le secteur informel, le rapport atteste que l'actuelle crise a mis à nu le niveau élevé de vulnérabilité des populations exerçant dans des métiers faiblement organisés ou dans l'informel. Le système de protection sociale s'avère inadapté et ne dispose pas des atouts nécessaires pour atténuer notamment les effets des licenciements massifs et de la hausse du travail dans l'informel. Le CESE insiste sur l'urgence de la mise en place d'un système de couverture sociale généralisée et de stratégies innovantes pour intégrer le secteur informel et relancer l'économie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.