Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]    Etats-Unis : Joe Biden a prêté serment    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Accord sur l'organisation de la 24ème assemblée générale de l'OMT à Marrakech : La signature est prévue début février    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    Le RNI convoque son «parlement»    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Le Roi Mohammed VI reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Le poison de « la vérité alternative »    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    L'Italie prendra des actions en justice contre Pfizer    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Une démocratie, comme les auatres...    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    CHAN : La Zambie et la Guinée vainqueurs de la Tanzanie et de la Namibie    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Travail des enfants et droits de la femme: Quatorze associations bénéficient de la subvention de l'Etat
Publié dans L'opinion le 24 - 11 - 2020

Le ministère du Travail et de l'insertion professionnelle a procédé, mardi à Rabat, à la signature de conventions de partenariat avec quatorze associations, dont sept œuvrant dans le domaine de la lutte contre le travail des enfants et sept autres opérant dans le domaine de la protection des droits de la femme au travail, et ce, pour bénéficier de la subvention au titre de l'année 2020.
Ces conventions, dont la cérémonie de signature a été présidée par le ministre du Travail et de l'insertion professionnelle, Mohamed Amekraz, s'inscrit dans le cadre des efforts déployés par le département de tutelle dans le domaine de lutte contre le travail des enfants et de la protection des droits de la femme au travail, conformément à la législation nationale et aux conventions internationales ratifiées par le Royaume.

La première catégorie de ces conventions s'inscrit dans le cadre des opérations du retrait des enfants âgés de moins de 15 ans du travail, notamment du travail domestique, l'amélioration des conditions de travail des enfants âgés de 16 à 18 ans et leur retrait des travaux dangereux et la sensibilisation sur les dangers du travail des enfants.

La seconde catégorie vise la contribution à l'ancrage de la culture de l'égalité professionnelle au sein de l'entreprise et l'organisation de campagnes de sensibilisation auprès des femmes travailleuses et leurs employeurs pour faciliter l'accès des femmes au marché du travail, améliorer leurs conditions du travail et leur permettre de concilier entre la vie familiale et les obligations professionnelles, ainsi que le renforcement des compétences de la femme au travail.

Intervenant à cette occasion, le ministre a indiqué que l'opération de sélection de ces associations a été effectuée sur la base de critères déterminés par une commission interministérielle instituée à cet effet et après étude et évaluation des projets présentés par les associations. Elle s'est, ainsi, focalisée cette année sur les projets priorisant les catégories travaillant dans des régions enclavées.

Amekraz a souligné la nécessité de conjuguer davantage les efforts pour lutter contre ce phénomène, devenu un obstacle au développement et ce, à travers la promotion du partenariat dans ce domaine avec les associations de la société civile visant à réaliser une série d'objectifs relatifs, notamment, au retrait des enfants de moins de 15 ans du travail pour les intégrer dans le système éducatif et dans les établissements de formation professionnelle, qui correspondent à leur situation et leur compétence.

Ce partenariat s'assigne, également, pour buts de lutter contre le travail des enfants âgés de 16 à 18 ans et leur retrait des travaux dangereux qui nuisent à leur santé et empêchent leur croissance normale, outre le retrait des filles mineures employées comme domestiques et leur trouver des alternatives, a-t-il indiqué.
Les avancées réalisées par le Royaume
Le ministre a aussi mis en avant les avancées réalisées par le Royaume sur les plans législatif et institutionnel, ainsi que les efforts consentis par les départements gouvernementaux concernés par l'enfance, la société civile et les instances des droits de l'Homme, durant les dernières années pour lutter contre ce phénomène, notant qu'en dépit de ces actions, des défis dans ce domaine sont encore à relever, en particulier avec l'impact de la pandémie de la Covid-19 sur l'économie nationale et ses répercussions sur le mode de vie des familles marocaines.

Et de préciser que la crise sanitaire pourrait conduire à la hausse du nombre des enfants au travail, selon une étude conjointe de l'Organisation internationale du travail (OIT) et de l'UNICEF, publiée à l'occasion de la Journée mondiale contre le travail des enfants, sous le thème "Covid-19 et travail des enfants: un temps de crise, un temps pour agir".

Cette étude, a poursuivi le ministre, a démontré que la Covid-19 pourrait entraîner une hausse de la pauvreté, ainsi qu'une augmentation du travail des enfants au fur et à mesure que les familles se retrouvent obligées d'avoir recours à tous les moyens pour survivre.

De son côté, Mohammed Tabyaoui, président de l'Organisation de scoutisme Mohammedia marocaine, a souligné, dans une déclaration à la presse, l'importance de ces conventions étant donné qu'elles visent l'enfance, en particulier en milieu rural, ajoutant que l'Organisation œuvre pour l'application de la loi n° 19-12 fixant les conditions de travail et d'emploi des travailleuses et travailleurs domestiques, à travers la sensibilisation de tous les employeurs et l'accompagnement et la formation des enfants.

La présidente de l'Institution nationale de solidarité avec les femmes en détresse (INSAF), Meriem Othmani a, quant à elle, indiqué qu'en 20 ans, l'association a pu autonomiser 10.000 mères en détresse et s'occuper de 550 filles domestiques qu'elle a arrachées du travail et les a rendues à leurs parents.

"Nous luttons pour que plus jamais les petites filles et les garçons ne sacrifient leur enfance", a-t-elle déclaré, relevant que l'association assure un suivi social et scolaire régulier des enfants réinsérés et sensibilise sur les risques du travail des filles mineures ou "petites bonnes" et sur les droits de l'enfant.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.