Une Conférence Ministérielle pour soutenir l'Initiative d'Autonomie sous la Souveraineté du Maroc    La pitoyable sortie de Podemos    Driss Lachguar reçoit le champion du monde de full-contact, Khalid El Qandili    Des investisseurs polonais veulent investir dans le Sahara marocain    Lady Gaga et Jennifer Lopez chanteront à la cérémonie d'investiture de Biden    Un dessin de Tintin adjugé au prix record de 3,2 millions d' euros    Martin Scorsese, le parrain des films de gangsters    Compteur coronavirus : 1.291 nouveaux cas confirmés 1.409 guérisons en 24 heures    Larabi Jaïdi : « Des signes de l'amorce d'un début de convalescence se manifestent »    La CGEM accueille une nouvelle fédération    MDJS: Diffusion de la Saison 2 de l'émission «3ich l'game»    Peine de mort. Le tueur de Adnane sera-t-il exécuté ?    A travers « Souss Launchpad » : Enactus accompagne 800 jeunes dans le Souss Massa    Visite du ministre chinois des Affaires étrangères : la Chine accorde une grande importance à l'Afrique    L'aubaine du Brexit pour l'Europe et les USA    Vrai ou Fake sur la Covid-19 au Maroc, vendredi 15 janvier    La Mercedes Classe E s'offre un lifting    Un webinaire pour débattre sur l'Afrique post-Covid    Sénat américain. Les émeutiers voulaient « capturer et assassiner des élus »    Casablanca : 10 ans de prison pour avoir tué son ami    Selouane : Démantèlement d'une bande de cambrioleurs    Casablanca : Remise d'équipements de projets générateurs de revenus au profit d'ex-détenus    Maroc: L'essentiel du Budget économique prévisionnel 2021 du HCP    Une édition pas comme les autres : Le Maroc à l'assaut du CHAN    Les équipes à suivre de très près    Yasmina Benabdellah : «J'intègre toujours la touche marocaine dans mes projets»    Dakhla : Lancement de la première campagne nationale de communication sur le métier de l'architecte    Perspectives après l'annonce du vaccin Covid19 : Les Marocains ont le moral    Maroc-USA: Un mémorandum d'entente pour la préservation du patrimoine culturel marocain signé    Normalisation? Il n'y a jamais eu vraiment de rupture    Casablanca : Le contrat de Lydec en ligne de mire    ONP : Digitalisation de la criée    Banque de sang : Des stocks mal exploités, périmés puis détruits !    Maroc-USA : signature d'un mémorandum d'entente pour protéger les biens culturels marocains contre le trafic illicite    La production industrielle en hausse de 2,5% dans la zone euro à fin novembre dernier    Donald Trump mis en accusation Un deuxième "impeachment" historique    Evolution du coronavirus au Maroc : 1279 nouveaux cas, 456.334 au total, jeudi 14 janvier 2021 à 18 heures    Le PSG s ' adjuge le Trophée des champions    Mondial de handball : le Maroc débute contre l'Algérie    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Tennis : L'ATP Cup...version 2021    Poutine réunit les protagonistes du conflit du Haut-Karabakh    Début d'un confinement strict    Un recueil de Zajal qui promeut la culture de l'égalité des sexes    2020 : Une présence de taille de la question amazighe malgré la pandémie    Championnat du monde de handball : Un derby maghrébin pour l'entrée en lice du Maroc    Zuckerberg vs Trump. Facebook plonge en bourse    Bientôt un musée à Laayoune    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La poésie en héritage : Abdellatif Laâbi, la mémoire et le futur de l'œuvre
Publié dans L'opinion le 02 - 12 - 2020

Dans la longue liste des ouvrages d'Abdellatif Laâbi, Presque riens, le recueil de poèmes paru en octobre 2020 au Castor Astral, a cette singularité de les contenir tous. Un livre-œuvre où l'on trouve l'essentiel de son aventure d'homme et d'écrivain. À commencer par son amour pour Jocelyne à qui le livre est dédié « pour le reste du chemin et... au-delà ». Un livre-bilan, testamentaire, même si le mot est exécrable et laisse envisager le pire. Un livre de sagesse assurément, écrit dans une langue d'une clarté remarquable par un auteur toujours inassouvi de questionnement éthique et de cette relation à l'autre, au monde et à soi qui traversent son œuvre depuis le début. C'est donc en mémorialiste de ses propres écrits que le poète en arrive à s'interroger sur leur avenir et à se demander ce qu'il en restera « disons dans cinquante ans ». Tel semble être le double enjeu de ce recueil : la mémoire et le futur de l'œuvre. Sur fond d'inventaire, pour permettre au lecteur d'aujourd'hui de retrouver les principaux marqueurs d'une expérience poétique hors du commun, essentiellement vouée à l'amour, l'amitié, la création, la lutte, ces « presque riens », ces trouées de rêves, d'illusions et d'espoirs qui font de lui et de nous des hommes et des femmes dignes. Les premières lignes vont d'emblée à l'écriture, une seconde vie, un septième ciel, qu'importe... en tout cas une voix où les mots savent plus que ce qu'ils disent et disent moins que ce qu'ils cherchent, une nécessité organique, permanente, « sinon, peut-on lire, la chair et l'esprit / vont pourrir sur pied ». S'ensuivent une série de poèmes où le poète s'affronte autant qu'il affronte. Les mots des titres en disent long, configurent un continent humain, « miroir, corps, enfance, solitude, partir, questions, abris, paix, disparitions, regrets, exil, peindre ». Des mots-monde, des mots-vie qui disent une route, un cheminement inédit, inouï, raviné par l'Histoire. En somme, une chronique de l'intime et de l'universel, un journal de l'âme où l'individuel et le collectif ne font souvent qu'un.
Et puis, pourquoi taire son émotion ?
Presque riens est un recueil fascinant. L'extrême dénuement de l'écriture, sa présence au monde, la façon du poète de solliciter le lecteur par le biais de l'ironie interrogative – « Puisqu'on parle / de « page vierge » / doit-on considérer / que l'écriture / est un viol ? » – sont inséparables d'une forme d'euphorie et d'un émerveillement obstinément intact face à la vie. En ce sens, cette poésie est indispensable. Elle réactive en nous des questions essentielles, dont la plus évidente : doit-on renoncer à un monde meilleur sous prétexte que celui où l'on vit privilégie l'infâme ? Nombreux poèmes tonnent comme un baroud d'honneur, une façon de résister, de ne pas rendre les armes : « Encore des questions », « Je ne m'en fais pas », « Va pour le miracle ! ». Avec une prédilection pour « Paix ».
Une préférence aussi pour « Disparitions » où se trouve niché le désir d'une poésie « audible, compréhensible / et transmissible / la poésie qui fait battre le cœur / comme à la vue de l'aimé se présentant / au premier rendez-vous / et que l'on vient d'avoir dix-sept ans ».
Il y aurait encore tant à dire et à apprendre de ce nouveau recueil comme de toute l'œuvre. La poésie de Laâbi est loin, très loin d'avoir dit son dernier mot.
Jacques ALESSANDRA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.