Washington et Téhéran envisagent des négociations directes sur le nucléaire    « Espèce de connard »: Joe Biden insulte un journaliste    Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri ne se présentera pas aux prochaines législatives    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    Selim Amallah : « On devra être à 100% pour faire la différence »    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



IPSE : Le Maroc est maillon fort dans la lutte contre le terrorisme pour l'Europe
Publié dans L'opinion le 31 - 12 - 2020

Le Maroc, qui a payé un lourd tribut et su redimensionner sa stratégie sécuritaire pour faire face à la menace terroriste, constitue «un maillon fort» de la coopération internationale en matière de lutte contre le terrorisme et un partenaire de premier plan pour l'Europe, a affirmé, jeudi, Emmanuel Dupuy, président de l'Institut Prospective et Sécurité en Europe (IPSE), un Think tank spécialisé dans les questions de défense, géopolitique, géoéconomie et géostratégie.
«Le Maroc a réussi à mettre en place un maillage à l'intérieur de son propre territoire. Celui-là même qui lui a permis d'apporter une réponse coordonnée d'action et de coopération régionale, continentale, et plus spécifiquement euro-méditerranéen en matière d'anti-terrorisme. C'est sur cela que réside la «martingale» qui fait du Maroc, le maillon fort de la lutte contre le terrorisme entre l'Europe, l'Afrique et par-delà, la Méditerranée», a souligné le Président de l'IPSE, qui a analysé pour le site d'information AtlasInfo, les éléments constitutifs de la singularité du modèle sécuritaire marocain en matière de lutte contre le terrorisme et les grands principes de sa stratégie en matière de coopération internationale.
Selon ce spécialiste des questions de sécurité et de défense, «le modèle marocain d'un Islam du « juste milieux », « serein, équilibré et pondéré (...) est également un des outils prégnants dans la lutte contre le terrorisme ». A cela s'ajoute, la référence «structurante » que constitue le statut de SM le Roi Mohammed VI, Commandeur des croyants, et président du Comité Al-Qods , qui a « toute son importance et rayonne bien au-delà des frontières du Royaume marocain », ainsi que la forte résilience sociale et une détermination sans faille dans le domaine cultuel à travers la restructuration du champ religieux par l'Etat.
Tous ces éléments, affirme le président de l'IPSE, contribuent à expliquer cette espèce d'engouement au niveau international pour l'exemplarité marocaine.
Selon Emmanuel Dupuy, le modèle marocain de lutte contre la radicalisation et l'extrémisme violent suscite l'intérêt de la France et d'autres pays européens, tels que l'Espagne. «L'exemple de l'Institut Mohammed VI de formation des Imams en est une illustration que Paris regarde avec beaucoup d'intérêt, justifiant les visites ministérielles répétées des dernières semaines».
Une coopération plus large
Toutefois, a-t-il considéré, «la sécurité entre les deux rives de la Méditerranée ne se résume pas à une excellente coopération bilatérale, mais se construit plutôt dans une coopération plus large».
Et de souligner, dans ce cadre, que le Maroc devrait être amené, «incontestablement», à jouer un rôle beaucoup plus prépondérant que ce soit dans le cadre de l'initiative dite du « G4 terrorisme», proposée par les ministres de la justice de France, de Belgique, d'Espagne et du Maroc et qui va être consolidée lors de la prochaine présidence semestrielle de l'Union européenne, assurée par le Portugal à partir du 1er janvier prochain, ou par le truchement de l'initiative dite du 5+5, ou dans d'autres cadres qu' «il faudrait peut-être réinventer pour contrer la menace terroriste au niveau méditerranéen, africain ou européen».
Le Maroc informe, alerte et partage les informations dont il dispose, ce qui a permis d'anticiper sur des opérations terroristes en Europe et de neutraliser leurs organisateurs, a-t-il fait observer.
Mais, «il y a d'autres éléments qui entrent en jeu dans la place du Maroc et son rôle dans la sécurité de toute la région: ses avancées diplomatiques, son leadership sur le continent africain et toute la dynamique d'intégration économique qu'il imprime en Afrique». «Tous ces éléments contribuent à faire du Royaume un partenaire de tout premier plan pour l'Europe», a assuré le président de l'IPSE.
«Sur le plan militaire, le Maroc est un partenaire incontournable. C'est aussi pour cette raison qu'il a été longtemps présenté comme un «allié majeur hors OTAN» et qu'il est depuis 2016, qualifié de «partenaire stratégique» de l'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord », a-t-il souligné.
De même, les avancées récentes sur le plan diplomatique (reconnaissance accélérée et élargie de la « marocanité du Sahara), alliées au retour du Maroc au sein de l'Union Africaine ainsi que les prémices de l'intégration du Maroc au sein de la Communauté des Etats d'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), et la mise en place, «sûrement mais lentement», de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAF) à partir de 2021... tout cela participe à «une nouvelle dynamique d'intégration régionale» dans laquelle «les apports du Maroc doivent être pris en compte dans des formats qui permettent de faire face aux groupes armés et organisations terroristes dans la région», a estimé Emmanuel Dupuy.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.