Banques participatives: les financements augmentent de 26,7% à fin août    Ultime sondage: Lula toujours grand favori de la présidentielle au Brésil    Le Ministère de la Santé lance la campagne de sensibilisation et de dépistage des Cancers du Sein et du Col de l'Utérus    Attentat contre la mission de l'ONU en RDC: Guterres appelle à une enquête Politique    L'ouragan Ian laisse dans son sillage une Floride dévastée    Le Maroc compte présenter sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Institut Choiseul. Qui sont ces 12 dirigeants marocains dans le top 100 meilleurs Africa 2022    Le temps qu'il fera au Maroc, ce dimanche 2 octobre    L'Boulevard: les organisateurs prennent « très au sérieux » les témoignages de viols    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    Burkina Faso: Le chef de l'ONU condamne "toute tentative" de prise de pouvoir par la force    CHAN 2022 : Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    Mondial de football pour amputés / Maroc-Irlande (6-0) : Très belle entame marocaine    Botola : Les résultats de la 4e journée    L'aéroport de Marrakech a affiché un taux de récupération de 91% en août    L'équipe du Maroc remporte le titre du All Africa Golf Championship 2022 en Egypte    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite suite à sa nomination président du Conseil des ministres    Mohamed Joudar élu nouveau Secrétaire général de l'UC    Tanger: Un Colombien interpellé pour trafic de drogues par avions légers    Annulation des vols de la RAM vers et depuis Ouagadougou du 1er au 2 octobre    L'Boulvart souhaite l'ouverture d'une enquête sur les témoignages de viols lors du concert    Pêche : Le Maroc et la Mauritanie signent un programme exécutif 2023-2024    La Galerie Banque Populaire inaugure sa rentrée culturelle    Casablanca: La première soirée de L'Boulevard vire au chaos    Scandale. Des contrebandiers du Polisario coincés révèlent les noms de leurs complices hauts gradés de l'armée algérienne    Annulation des vols de la RAM vers/depuis Ouagadougou des 1er et 02 octobre    L'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins tient son AG à Meknès    Elections au Québec: Le chef d'un parti exclut deux candidats pour des propos antimusulmans    Vingt individus interpellés pour liens présumés avec un réseau d'immigration illégale    Covid-19/Maroc : 3.087 PCR réalisés en 24H    Plus de six tonnes de drogue incinérées à Dakhla    Burkina: déploiement de militaires à Ouagadougou après de nouveaux tirs    Le Maroc présentera sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Victoire historique de nos Lions équipe Amputé!    Diaspo #258 : Fattah Abbou enseigne la musique amazighe aux Américains    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cachez-nous cette misère qu'on ne saurait voir !
Publié dans L'opinion le 09 - 02 - 2021

L'actualité vient de nous révéler de manière tragique l'un des aspects les plus sordides de la misère socioéconomique qui sévit dans notre pays. Le drame de l'usine présentée comme clandestine, alors même qu'elle abritait une activité industrielle soutenue depuis des années, au vu et au su des autorités, s'est produit dans l'une des villes les plus dynamiques du Royaume. Il s'agit de Tanger qui a connu durant les dernières années un développement remarquable, presque insolent, à tel point de s'imposer comme l'une des vitrines les plus clinquantes du Maroc moderne.

Mais sous ce vernis de modernisme, à quelques encablures de la nouvelle gare TGV, du quartier d'affaires avec ses buildings aux façades vitrées et à quelques kilomètres du très florissant port de Tanger Med et sa zone franche, le moyen-âge se tapissait dans les caves de maisons transformées en ateliers «semi-clandestins» tolérés par crainte des effets sociaux d'une application stricte de lois et de règlements tombés en désuétude. Tels des miroirs grossissants, ces poches de misère sociale qui subsistent dans toutes les villes marocaines nous renvoient les traits sans fard de notre tissu économique rongé par l'informel et la prédation des masses laborieuses.

Chaque jour, aux quatre coins du Maroc, dans une version contemporaine de «Germinal» d'Emile Zola, des milliers de petites mains et de «petites gens» d'une industrie locale plus que jamais aux abois, car soumise au dictat des «tueurs de coûts» aux dents rallongées par le contexte pandémique, s'affairent à longueur de journées sans fin, tels des forçats, dans ce genre d'ateliers ou d'exploitations agricoles aux allures de bagnes. Privés des moindres droits et des moindres conditions de confort, de sécurité et de dignité, ces marocaines et ces marocains d'extraction modeste, mais nobles de cœur car travailleurs honnêtes, risquent leur santé et leurs vies pour des salaires misérables.

Maintenant, au-delà de l'émotion légitime suscitée par la mort dans des conditions effroyables de 28 personnes, c'est le sort de ces centaines de milliers de survivants en sursis qui doit nous interpeller. Et dans ce sens, la faillite des politiques gouvernementales en matière d'organisation du tissu productif, doit être questionnée et les responsables défaillants sanctionnés, pour que ne se reproduisent plus de tels drames parfaitement évitables.

Majd EL ATOUABI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.