Agence de développement social : le syndicat met en garde El Moussali contre le retour des protestations    11ème édition des Bâtisseurs de l'Economie Africaine : Hassan Sentissi El Idrissi primé à Abidjan    Enfin, les retrouvailles!    Réunion entre Benchaâboun et le président du Groupe de la BAD    Euro 2020 : 15 pays des 16 qualifiés dans le Top 25 du classement Mondial    L'ex académicien, Abdelwahed Wahib prolonge au Havre AC    Beach-Volley (JO) : Les Lions de l'Atlas dominent les Aigles de Carthage    Pass vaccinal: les précisions de la RAM    Pacte national pour le développement : Les consultations avec les partis politiques vont bon train    Interview avec Emmanuel Dupuy: « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara est en stand-by »    Journée mondiale des Réfugiés: Le Maroc, pays référent en matière d'asile    Algérie : La liste des détenus politiques s'allonge    Cryptomonnaie. Abdellatif Jouahri s'exprime sur l'état d'avancement au Maroc [Vidéo]    Benchaâboun reçoit le trophée du "Ministre des Finances de l'année"    La fédération marocaine des professionnels du sport vient de voir le jour    Les aéroports du Maroc accueillent 195.547 passagers à travers 1.857 vols du 15 au 21 juin    Les tartarinades du président Tebboune    Sahel: Qu'essaie de manigancer la junte algérienne?    Sahara Marocain: Biden continue de doucher les espoirs d'Alger    Services publics : comment la nouvelle Charte sera appliquée    La CGEM élue membre du conseil d'administration de l'OIT    Violations des droits de l'Homme de la population sahraouie et des migrants : l'Algérie doublement coupable    Etalé sur une durée de 5 ans : Narsa scelle un partenariat avec l'Université Mohammed VI des sciences de la santé    36% des migrants au Maroc sont en situation irrégulière    Mehdia : L'afflux massif sur la plage inquiète !    LE RETOUR À LA NORMALE    Résistance aux antimicrobiens : le Maroc prépare son Plan d'action national    Maroc: Nouvelle condition pour les voyageurs en provenance d'un pays de la liste B    Philanthropie : Aawatif Hayar accueille le Lions Club Unité ENCG Casablanca    Rabat : Lancement du projet « Nouzhati »    Prix du Maroc du livre 2021 : L'appel à candidatures est lancé    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Géopolitique : La justice néozélandaise déboute le polisario, ses mentors d'Alger aux abois
Publié dans L'opinion le 02 - 04 - 2021

C'est une victoire pour le Maroc et une défaite cinglante pour le polisario et ses mentors d'Alger. En effet, comme le souligne le géo-politologue français, Aymeric Chauprade, la récente décision de la Haute Cour de justice néozélandaise déboutant une action du polisario est, à la fois, un « revers majeur » pour les séparatistes et leurs partisans et « une autre victoire pour les provinces du sud du Maroc..
Dans une chronique publiée, vendredi, dans le magazine bimensuel européen « The Parliament Magazine » M. Chauprade écrit que « l'invalidation de la demande des séparatistes par la Haute Cour de Nouvelle-Zélande est un revers majeur pour le polisario et ses partisans. L'affaire remonte au 15 mars lorsque la Haute Cour d'Auckland a rendu sa décision à la suite d'une action en justice engagée l'année dernière par deux membres du polisario contre le New Zealand Superannuation Fund (NZSF).
Ce fonds souverain a investi ces dernières années dans des activités de production d'engrais utilisant du phosphate marocain, ce que le polisario tente vainement de contester.
Notant que cet arrêt constitue « un élément important qui souligne encore une fois l'absence de tout statut juridique du polisario », l'auteur de l'article a relevé que la Haute Cour a affirmé que le différend régional sur le Sahara marocain est de nature géopolitique et ne relève pas de sa compétence.
Selon lui, la Haute Cour a conclu que les investissements du Sovereign Wealth Fund répondaient aux exigences juridiques et éthiques de « l'investissement responsable » imposées à la fois par le droit néo-zélandais et les Nations Unies.
Ainsi, a-t-il poursuivi, les représentants de la New Zealand Fertilizer Association ont fourni des preuves convaincantes que les investissements et les activités commerciales dans les provinces du sud du Maroc sont pleinement conformes au droit et aux pratiques internationales d'investissement responsable.
La Cour a rappelé que le NZSF s'était informé de la situation dans les provinces du sud du Maroc avant d'investir, a-t-il indiqué, précisant que les entreprises néo-zélandaises implantées au Sahara marocain ont toujours insisté sur la légalité des relations commerciales avec le Royaume.
« Elles se sont rendues à plusieurs reprises dans les provinces du sud et ont constaté par elles-mêmes l'impact social et économique positif de leurs activités », a-t-il relevé.
Résultat : « Une fois encore, une juridiction nationale affirme qu'il est légal d'investir dans les provinces du sud du Maroc, d'importer du phosphate produit dans ces provinces et de contribuer, par des investissements économiques, au développement de toute une région du Maroc ».
« La leçon de cet arrêt est que les entreprises du monde entier peuvent investir dans le phosphate du sud du Maroc et dans tout autre secteur économique de ces régions, comme la pêche ou le tourisme », a-t-il soutenu.
Selon lui, « non seulement ces entreprises contribueront au bien-être des populations locales, mais elles ne risqueront rien non plus légalement ».
Rappelant que le polisario tente depuis des années de nuire aux relations commerciales du Maroc avec d'autres pays, y compris avec les pays de l'UE, cet ancien eurodéputé et ancien membre de la Commission des Affaires étrangères du Parlement européen, a soutenu que chaque fois que les relations commerciales UE-Maroc ont été chahutées par les manœuvres du polisario, la raison et le droit ont toujours prévalu.
Il a fait observer que ni le système judiciaire de l'Union européenne, ni celui de la Nouvelle-Zélande ou de tout autre pays, ne sont qualifiés pour se prononcer sur le statut d'un territoire, considérant que « cette question est entre les mains des Nations Unies, et sans doute plus profondément entre les mains des dirigeants algériens que l'on voudrait être suffisamment visionnaires pour construire la paix avec le Maroc plutôt que de soutenir le séparatisme ».
Et de conclure que « année après année, échec juridique après échec juridique, le polisario révèle son triste visage : celui d'une organisation du passé reléguée dans la poubelle de l'histoire ».

Avec Map


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.