Les ménages marocains vivent avec près de 3 sources de revenu    Paix et stabilité au Proche-Orient : Blinken salue le « rôle clé » joué par le Maroc    Les démêlés judiciaires de Brahim Ghali se poursuivent en Espagne, Santiago Pedraz Gómez enfonce le clou    Algérie : le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie et le mouvement Rachad classés «organisations terroristes» par le régime    Aménagement de 250 centres pour accueillir les mineurs migrants en Espagne    Bab Sebta: les autorités espagnoles utilisent des grenades lacrymogènes pour disperser les migrants (VIDEO)    Crise de Sebta: le Maroc rappelle son ambassadrice en Espagne    Déficit budgétaire de 21,4 MMDH à fin avril    Collectivités territoriales: le Maroc obtient un prêt du Japon    Hausse de 3,3% des primes émises à fin mars    FinanceCom devient O Capital Group    Réunion du Conseil de gouvernement: ce qui est prévu    Solidarité totale avec le peuple palestinien pour la défense de ses droits légitimes    Bayt Mal Al-Qods, un engagement indéfectible au service de la résilience de la ville sainte    France : Karim Benzema dans la sélection de Deschamps pour l'Euro    Le Real Madrid a trouvé un successeur pour Zidane    Le cavalier marocain Abdelkebir Ouaddar se classe 3ème    Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce mardi 18 mai (Maroc/Covid-19)    Alerte météo: il va faire très chaud dans ces régions du Maroc    Direction des prisons: bonne nouvelle pour les familles des détenus    Création de 342 salles d'enseignement préscolaire au titre de 2020-2021    MAScIR conçoit un dispositif pour le dépistage en temps réel et sans réactifs    Le Festival du Cinéma Méditerranéen de Tétouan en format digital    Lancement du concours d'art vidéo «Eye on the Street»    L'œuvre de Michel Ocelot à l'honneur    Deux migrants blessés à la frontière entre le Maroc et Sebta hospitalisés à Tétouan    Clientélisme, surenchère idéologique et démagogie : la recette d'El Habib Choubani pour les législatives de 2021    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 18 mai    Le sang des Palestiniens continue de couler    Le département d'Etat américain publie la déclaration tripartite Maroc-Etats-Unis-Israël sur son site    Un chef militaire kurde tué lors d'une opération turque en Irak    Nouvelle édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d' estivage    "C'est mieux là-bas" de Zouhair Chebbale projeté à Strasbourg    «Miroir de l'âme» : Voyage au cœur de l'univers sensuel de Rajae Lahlou    Younès Belhanda rejoint le championnat saoudien    Les Forces Royales Air renforcent leurs drones    La France efface la dette du Soudan    Dessalement : le marocain Hyrenco propose une technologie à faible coût    Trafic international de drogue : saisie de 1,2 tonne de chira à Boucraa et Gueltat Zemmour    Achraf Hakimi : "Je ne peux pas savoir ce que l'avenir nous réserve"    Destinée aux MRE : L'application de transfert d'argent «Taptap Send» lancée au Maroc    Les sanctions urgentes à prendre par la FRMF    Covid-19 : Le Maroc bien parti pour contenir la pandémie    L'AS Salé représente le Maroc à la 1ère Basketball Africa League    Casablanca : Des policiers usent de leurs armes pour interpeller des individus agressifs    Abdelaziz Bouteflika enfin convoqué par la justice    Jack Lang: Puisse l'exemple Royal entraîner d'autres pays à faire preuve de vraie solidarité    Rabat: Le Café des Oudayas rouvre ses portes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview avec Me Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni: "Le projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la Constitution"
Publié dans L'opinion le 11 - 04 - 2021

L'arbitrage au Maroc connaît une certaine effervescence. Après son adoption par le Conseil de gouvernement, jeudi 5 mars dernier, le projet de loi n°95.17 relatif à l'arbitrage et la médiation conventionnelle, modifiant et complétant la loi n° 08/05, régissant actuellement l'arbitrage, est en train d'être examiné par le Parlement. Le Maroc connaît aussi la naissance de plusieurs centres d'arbitrage. Maître Mohammed Mehdi Salmouni-Zerhouni, Conseiller en Propriété Industrielle agréé près de l'OMPIC, Expert judiciaire et Arbitre-Expert auprès du Centre d'Arbitrage et de Médiation de l'OMPI à Genève, nous éclaire sur l'état actuel de l'arbitrage au Maroc et de la compétence du Parlement à voter ledit projet de loi.
Maître Mohammed Mehdi Salmouni Zerhouni, Conseiller en Propriété Industrielle agréé près de l'OMPIC, fustige le Parlement qui, selon lui, est incompétent pour voter le projet de loi N°95/17 sur l'arbitrage"
L'Opinion: Que pensez-vous du projet de loi n° 95-17 relatif à l'arbitrage et la médiation conventionnelle au Maroc, modifiant et complétant la loi n° 08/05, régissant actuellement l'arbitrage, adopté le 5 mars dernier par le Conseil de gouvernement ?
Ce projet sur l'arbitrage au Maroc est excellent. Il répond aux attentes des investisseurs nationaux et étrangers lassés par la lenteur des procédures judiciaires et administratives. Or, le commerce national et international exige une rapidité dans le traitement des affaires, contentieuses. Je ne vais pas aborder les différents volets du projet de loi 95/17 qui est soumis à l'heure actuelle au Parlement marocain. Toutefois, ce projet de la loi n°95/17 me semble être contraire à la
Constitution.
L'Opinion: Ce projet de la loi n° 95/17 violerait-il la Constitution du Royaume ?
- L'article 71 de la Constitution de 2011 détermine avec précision le domaine de la loi c'est-à-dire du Parlement. En lisant cet article, vous allez vous rendre compte que l'arbitrage n'y figure pas. Par contre, sont du domaine du parlement l'organisation judiciaire, la création de nouvelles catégories de juridictions, la procédure civile et la procédure pénale. En droit comparé, on constate que l'article 34 de la constitution française n'inclut pas l'arbitrage dans la compétence de la loi. L'arbitrage en France est régi par le décret n° 2011-48 du 13 janvier 2011 portant réforme de l'arbitrage, ce qui prouve que l'arbitrage relève du pouvoir réglementaire. L'article 72 de notre nouvelle constitution dispose que "Les matières autres que celles qui sont du domaine de la loi appartiennent au domaine réglementaire". La même disposition existe dans la constitution française et notamment l'article 37 qui précise que "Les matières autres que celles qui sont du domaine de la loi ont un caractère réglementaire".
L'Opinion: Si j'ai bien compris le Parlement est incompétent pour voter ce projet de loi N°95/17 sur l'arbitrage.
- En effet, ce texte aurait dû être un projet de décret soumis au Chef du Gouvernement et non un projet de loi soumis au Parlement.
L'Opinion: Cette situation va-t-elle créer un contentieux important sur la constitutionnalité de la loi n° 95/17 ?
- Bien sûr, le Gouvernement a deux solutions : soit il retire le projet de loi n° 95/17 et le soumet au Chef du Gouvernement, soit il laisse voter ce projet et dans ce cas faire application de l'article 73 de la constitution qui prévoit que les textes pris sous forme législative peuvent être modifiés par décret après avis conforme de la Cour Constitutionnelle, lorsqu'ils seront intervenus dans un domaine dévolu à l'exercice du pouvoir réglementaire. Il appartient aux initiateurs de ce projet de trouver une solution rapidement pour rassurer les opérateurs économiques et les investisseurs étrangers.
L'Opinion: Que pensez-vous de la lettre de Monsieur le Wali, Directeur Général des collectivités territoriales du 25 mars dernier optant pour l'arbitrage ?
- Cette lettre appelle de ma part deux remarques. Premièrement, Monsieur le Directeur Général et Wali a raison d'inciter les collectivités territoriales et les institutions rattachées à elles à faire appel à l'arbitrage. La loi 08/05 actuellement en vigueur permet de soumettre à l'arbitrage des contestations pécuniaires résultant d'une relation avec l'Etat et les collectivités locales. Par contre, sont exclus de l'arbitrage, les actes unilatéraux de l'Etat, les collectivités locales ou autres organismes dotés de prérogatives de puissance publique. Le recours à l'arbitrage va soulager les juridictions judiciaires et administratives d'une
partie du contentieux qui sera soumis à des arbitres compétents. Deuxièmement, Monsieur le Directeur Général et Wali coiffant les collectivités territoriales a également raison de les inciter à faire appel au Centre International de Médiation et d'Arbitrage de Casablanca. Le CIMAC a été créé en 2016 pour devenir un centre à vocation nationale,
internationale, africaine et maghrébine en matière d'arbitrage. Le problème qui va se poser est le manque de spécialistes. Nous avons au Maroc plusieurs centres prestigieux d'arbitrage, mais ce qui manque :
ce sont des arbitres maîtrisant les langues telles que le français, l'anglais, le russe, le chinois ou le japonais par exemple; ce sont des spécialistes en propriété industrielle, en droit maritime, en droit aérien, en droit nucléaire, en droit des obtentions végétale par exemple ;
Ce sont des juristes maîtrisant le droit africain, le droit chinois, le droit allemand, le droit européen, le droit français, le droit américain, le droit canadien. A l'heure actuelle, à travers le monde il existe la Cour d'arbitrage de la CCI de Paris France dont le comité marocain avec son siège à Casablanca, est très actif au Maroc capable de rassembler de
nombreuses compétences internationales et nationales. Le Centre International d'Arbitrage et de Médiation de Casablanca est un centre qui jouera un rôle important en arbitrage et le ministère de l'Intérieur est libre de le choisir pour régler les contentieux.
L'Opinion: Qu'en est-il de l'arbitrage en matière de propriété industrielle ?
- Le Centre d'Arbitrage et de Médiation de l'Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle (OMPI) est une institution mondiale dédiée à la résolution des litiges en matière de la propriété intellectuelle d'une façon générale. Il faut que les opérateurs économiques marocains et les investisseurs indiquent dans leurs contrats internationaux de transfert de technologie la désignation de ce centre comme tribunal arbitral. Ce centre dispose de compétences multiples et d'une crédibilité juridique et arbitrale reconnue sur le plan mondial. D'ailleurs, l'Office Marocain de la Propriété Industrielle et Commerciale collabore d'une façon étroite avec ce Centre d'Arbitrage et de Médiation. Madame Noufissa Belcaid, la Directrice Générale de l'OMPIC qui est une femme de grande compétence, est sensible au problème de l'arbitrage en matière de propriété industrielle et commerciale. Cet intérêt s'est concrétisé par l'organisation d'une conférence sur la médiation en matière de propriété industrielle le 23 mars dernier. Il est à souligner que les cadres supérieurs de l'OMPIC peuvent jouer un rôle important dans la résolution des litiges en matière de propriété industrielle. L'OMPIC dispose maintenant d'une expertise et d'une expérience faisant de lui l'un des plus importants Offices de propriété industrielle dans la région et en Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.