La terre a tremblé dans la région de Ouarzazate    Le Maroc dans le Groupe B    Concours «Street Art Casablanca»    LA BAD APPUIE LE MAROC AVEC PRÈS D'UN MILLION DE DOLLARS    Mahrez envoie Manchester City en finale    Le plaidoyer du Maroc pour une OMC plus efficace    Le Djibouti réitère son attachement «résolu et constant» à l'intégrité territoriale du Maroc    Nizar Baraka : "Il est temps de revoir la répartition des richesses"    L'accueil par l'Espagne du chef du "polisario" est contraire aux règles de partenariat avec le Maroc (El Khalfi)    AGROALIMENTAIRE/Agropoles: des plateformes intégrées avec des incitations pour les investisseurs    Coupe du Trône : Ce soir, deux belles parties en perspective !    Le bus du Raja vandalisé dans le parking de l'hôtel du rassemblement à Rabat !?    Nordin Amrabat vers un retour en Europe    Covid-19/Maroc : 5 décès et 371 nouvelles contaminations ces dernières 24 heures    Madrid: Manifestation massive devant l'Audience Nationale pour réclamer l'arrestation du dénommé Brahim Ghali    USA: Facebook maintient l'interdiction du compte de Donald Trump    Ce qu'il faut retenir des études relatives au développement du cannabis    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Chloroquine-hydroxychloroquine : les pharmacies bientôt réapprovisionnées    Le 11ème Festival International de Meknès du Cinéma des Jeunes se déroulera du 25 au 28 mai    Entre livre et lecture: La réalité numérique transforme le livre en mythe    Quand la pandémie pérennise son lexique dans la langue française    Hôtellerie : l'Israélien Fattal lorgne le Maroc    « Mon histoire avec les médicaments », une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 1]    Le dirham devrait s'apprécier face au dollar de 0,1%    Affaire Brahim Ghali : Madrid tente une opération "damage control"    Ramadan/Tanger: un restaurant sert un Ftour express, couvre-feu oblige (reportage)    Larbi Tourak expose ses œuvres à Fès    Nuits ramadanesques : Le groupe Tarwa N-Tiniri se produira le 6 mai    Selon l'UAFA : Le Maroc organisera la Coupe Arabe des Nations U17 juillet prochain !    Hakimi dans le viseur du Bayern Munich    Covid-19: deux cas du variant indien détectés en Espagne    Coupe du Trône: voici le premier qualifié au dernier carré (VIDEO)    230 pompiers algériens lourdement sanctionnés pour avoir manifesté    Le Premier secrétaire de l'USFP s'entretient avec l'ambassadeur du Pakistan au Maroc    Brahim Ghali et cinq de ses complices dans les mailles de la justice espagnole    La BVC démarre en territoire positif    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 5 mai    Au Musée Reina Sofia à Madrid : «Trilogie marocaine : 1950-2020»    Jazz au Maroc: vivement le live !    Santé : Des médecins cubains au Maroc ?    Simplification des procédures administratives : La CMR se conforme à la nouvelle loi    Covid-19 : Deux cas du variant indien détectés en Espagne    Ministère: Près de 4 millions d'Espagnols au chômage    Météo: le temps prévu ce mercredi 5 mai au Maroc    Bill et Melinda Gates continueront à gérer ensemble leur fondation après leur divorce    Le leader de Podemos, Pablo Iglesias, se retire de la vie politique    Critiqué, Biden augmente finalement le nombre des admis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19 : Un an après, les médecins au point de rupture
Publié dans L'opinion le 12 - 04 - 2021

Délaissés et épuisés d'une année accablante, les médecins du secteur public ont poussé un nouveau cri de colère contre la procrastination du ministère de la Santé qui n'a pas encore répondu à leurs revendications. Détails.
« Nous n'en pouvons plus », un nouveau cri de colère et de désarroi que les médecins ont lancé à l'encontre de l'inaction du ministère de la Santé, jugé « insouciant » vis-à-vis de leur souffrance. Ça fait plus d'un an que les médecins sont pris dans le calvaire de la pandémie, meurtris d'une année de labeur
sans répit et sans une rétribution compensatoire digne de ce nom. La colère est ressentie davantage dans les services de réanimation, mis sous pression de l'afflux des cas de covid-19, qui nécessitent un suivi permanent. Outre cela, avec la campagne de vaccination, le personnel de Santé a dû faire des efforts supplémentaires dans les centres d'injection, dans des conditions de travail parfois pénibles. « L'hôpital est devenu repoussant et ne plaît plus à personne », nous confient trois médecins, syndiqués, dont un cardiologue au CHU de Rabat. Un sentiment partagé par nombre de leurs collègues, guère satisfaits de l'état de la Santé publique, dont la vulnérabilité a été clairement trahie par la covid-19.
Toute cette situation n'est plus supportable pour le Syndicat national de la Santé publique, d'autant que les membres du personnel de Santé sont en proie au Burn-out et à un épuisement imminent, à cause des heures de travail intensives, la suspension des congés, le manque d'effectifs et le sous-équipement dont souffre l'hôpital public. Dans un communiqué, le Syndicat a tiré la sonnette d'alarme à propos de la détresse des médecins, infirmiers et des aides-soignants, faisant état d'une montée de la colère parmi leurs rangs à cause de leur délaissement et de l'insouciance des autorités qui ne les récompensent pas à hauteur de leurs efforts.
Une prime Covid-19 suffit-elle ?
En dépit des promesses du ministre de la Santé Khalid Ait Taleb, la prime exceptionnelle du « Covid-19 » ne semble ni satisfaire ni remonter le moral des médecins. Le syndicat a indiqué que les montants proposés sont dérisoires et ne récompensent pas équitablement leurs sacrifices. Ils sont nombreux à avoir été sidérés de l'offre du ministère de l'Economie et des Finances qui a proposé, selon des médecins que nous avons contactés, près de 15 dirhams pour chaque journée de travail dans les services dédiés au Covid-19. En effet, cette rétribution est loin de respecter les standards internationaux. En France, le personnel soignant comme les médecins peuvent toucher jusqu'à 1500 euros avec une majoration des heures supplémentaires. « C'est loin d'être une prime », nous confient des membres du Syndicat national des médecins du secteur public qui nous ont indiqué que la prime exceptionnelle ne vaut rien par rapport à leurs revendications.
Dialogue social suspendu
Le syndicat a noté également le silence du ministère de la Santé en tant que département de tutelle, critiquant le « double-discours » du gouvernement qui prétend que la Santé est une priorité pour lui, alors qu'il s'évertue à tourner le dos aux revendications des professionnels du secteur. En réalité, plusieurs corporations de médecins comme d'infirmiers attendent toujours la réponse du gouvernement à leur cahier revendicatif, sachant qu'ils se sont déjà mis en grève en novembre dernier, en réaction à la suspension du dialogue social.
En plus de l'indemnité de risque, les médecins demandent une amélioration de leur rémunération par une révision de leur statut afin qu'ils soient rémunérés autant que les docteurs dans la Fonction publique. Ils revendiquent également l'amélioration de leurs conditions de travail par l'investissement dans les équipements et l'augmentation des effectifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.