الحكومة تقرر إلغاء إلزامية اختبار PCR للدخول إلى المغرب    A Buffalo, Biden dénonce « le poison » du suprémacisme blanc    Le roi félicite le nouveau président somalien    Covid-19: Annulation de la condition du test PCR pour accéder au territoire national    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca    Après 2 ans d'absence, le festival Jazzablanca fait peau neuve à Anfa Park    Alerte météo: il va faire chaud dans plusieurs villes du Maroc    Dacia Maroc dévoile la Sandero Streetway Artway    Officialisation de l'amazigh: l'IRCAM et la Chambre des conseillers s'associent    Toyota affiche un bénéfice record de 36% en 2021    Les Palestiniens attachés à l'espoir légitime d'instaurer un Etat indépendant    Le Hassania d'Agadir et l'Olympic de Safi se neutralisent    L'équipe nationale marocaine B remporte 9 médailles, dont une en or    L'Espagnole Nuria Parrizas Diaz en huitièmes de finale    Tournée de DYnamic et DJ Snoop au Maroc    Jihane Bougrine chante « Rahat El Bal »    Cinéma d'animation : quels rôles pour les pouvoirs publics ?    Zapatero soutient Pedro Sachez et appuie la position de son pays sur le Sahara marocain    Le ministre gambien des Affaires étrangères réaffirme le soutien ferme de son pays à la marocanité du Sahara    Les relations avec le Maroc sont « absolument importantes et stratégiques », affirme Grande-Marlaska    France : Elisabeth Borne à la tête de Matignon    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 mai 2022 à 15H00    L'hypertension artérielle, une maladie mortelle et silencieuse    Police efficace et citoyenne    Le legs abrahamique au cœur de l'unité et de la modernité de notre société    Les retenues des barrages à usage agricole enregistrent un déficit de 2 milliards de m3    New-York : le Maroc prend part au Forum d'examen des migrations internationales    Les députés européens interpellés sur les violations systématiques des droits humains dans les camps de Tindouf    Réouverture des frontières de Ceuta et Melilla dans la joie après plus de 2 ans de fermeture    L'Académie du Maroc lance officiellement sa Chaire des littératures et des arts africains    Marrakech / "Reg'Art Surréel" : Une invitation à réfléchir sur la complexité de la réalité    Rabat : Hommage à feue Haja Hamdaouia le 28 mai, au Théâtre National Mohammed V    Les recettes touristiques en hausse de 80% à fin mars    Environ 800.000 agriculteurs inscrits à la sécurité sociale (M. Sadiki)    Finales de la CAF et de la Ligue des Champions : La Confédération confirme officiellement les dates, les horaires et les stades d'accueil    Meeting international Mohammed VI: Rendez-vous du gotha mondial de l'athlétisme    Manchester United : Marco Van Basten suggère à Erik Ten Hag de signer Hakim Ziyech    17e anniversaire de l'INDH : la phase III vise l'inclusion des jeunes    Défense nationale : Nouvelles orientations pour relever les défis du 21ème siècle    Les dirigeants du Raja jettent l'éponge    L'OCP affiche une performance solide à T1 2022    Fez Smart Factory: Son rôle débattu à l'Université Euromed    On connaît (déjà) la date de l'Aïd al-Adha 2022 au Maroc    Justice pénale : Le Maroc à la première vice-présidence de la 31ème session de la CCPCJ    La météo pour ce mardi 17 mai 2022    Lions de l'Atlas : Hakim Ziyech aurait refusé de rencontrer Vahid Halilhodzic    Irak: plus de 2 000 personnes hospitalisées à la suite d'une tempête de poussière    Washington rétablit une présence militaire en Somalie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une diplomatie post Covid reconfigurée : analyse de Youssef Amrani, Ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud
Publié dans L'opinion le 06 - 05 - 2021

La perspective marocaine d'une diplomatie post-covid reconfigurée a été présentée par l'ambassadeur en Afrique du Sud, Youssef Amrani, qui est intervenu, mardi, en tant que paneliste de l'émission-débat de la chaîne anglophone Al Jazeera « Inside Story », tenue sous la thématique « La diplomatie digitale est-elle une alternative d'avenir ? ».
Intervenant aux côtés d'experts internationaux de renom, à savoir Tom Fletcher, Directeur de Hertford Collège Oxford et conseiller de trois Premiers Ministres britanniques et Theresa Fallon, présidente du Centre d'études sur la Russie, l'Europe et l'Asie, le diplomate marocain a apporté des éclaircissements sur ce qu'il a qualifié de « paradigme changeant dans l'exercice d'une action de la diplomatie qui ne saurait faire l'économie d'une nécessaire adaptation dans ses démarches comme dans ses outils de travail ».
Partant du postulat que la pandémie mondiale de la Covid-19 a imposé une nouvelle réalité dans les relations et l'interaction internationales, Amrani a souligné que le diplomate a été confronté à un exercice de remise en question structurel et profond sur la façon même dont il conçoit la pratique de son métier et plus globalement les schémas de coopération d'une diplomatie qui ne peut se permettre d'avancer à reculons.
La principale conséquence du coronavirus est celle d'avoir mis en évidence la nécessité de garantir et de renforcer la résilience d'un ordre international fondé sur des règles, des principes et des cohérences organisées, a-t-il fait constater. Amrani a, dans ce sens, souligné que le combat contre la pandémie relève éminemment de la responsabilité d'une diplomatie internationale, plus que jamais, appelée à investir l'ensemble des leviers en sa disposition pour assurer la continuité du dialogue, de l'échange et donc d'une décision internationale concertée et en phase avec les enjeux d'aujourd'hui et de demain.
La diplomatie digitale : « un vecteur de rapprochement et pas de remplacement »
A ce titre, l'ambassadeur a loué les mérites d'une diplomatie digitale qui a permis, dans une certaine mesure, « de contourner » les restrictions sanitaires d'un virus qui a drastiquement limité les possibilités d'interactions humaines, pourtant tellement fondamentales dans l'exercice d'une diplomatie d'action. Reconnaissant l'apport indéniable des nouvelles technologies de communication, il a soutenu que «la diplomatie c'est d'abord et avant tout le contact, le verbe et la confiance qui ne se retrouvent qu'autour d'une table de négociation où l'humain, le diplomate interagit avec tous ses sens pour convaincre, influencer et débattre ».
« Rien ne remplace le contact direct, les salles de réunions de New York, Addis-Abeba, Vienne ou Genève où l'on peut à travers la négociation trouver le meilleur compromis possible. Le numérique ne peut remplacer l'humain. Il doit être un vecteur de rapprochement et pas de remplacement », a plaidé l'ambassadeur.
Se prévalant de l'exemple des négociations inter-libyennes menées à Skhirat par l'envoyé personnel de l'ONU Bernardino Leon, l'ambassadeur a mis en lumière les limites du numérique, arguant que ces réunions n'auraient pas pu aboutir ou même se tenir virtuellement au vu de la complexité de la négociation, de la sensibilité des thématiques traitées et de la fragilité de la confiance existante entre les parties au conflit.
Il a à ce propos souligné que le numérique ne doit pas être un instrument de superficialité qui privilégie l'instantané sur le futur, estimant nécessaire d'utiliser le numérique mais avec maitrise et précaution, sinon on risque de perdre en profondeur en cherchant à gagner en efficacité.
Pour le diplomate, la gestion de ce risque va de pair avec la maitrise de ce nouvel espace digital qui, s'il ne peut remplacer les formes plus classiques de la diplomatie, constitue toutefois un terrain privilégié qui permet au diplomate de sortir des carcans et des sentiers battus pour s'ouvrir au monde extérieur. Face à un spectre élargi d'acteurs de la société internationale, le diplomate doit s'imposer comme un pivot et un interlocuteur qui transmet l'information, négocie et influe la décision, note-t-il.
Amrani a souligné, dans ce sens, que le Ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger est d'ores et déjà dans une démarche d'anticipation formant ses jeunes diplomates à la maitrise et à la compréhension de ce nouvel espace de l'action diplomatique. La formation est la passerelle prioritaire et la voie privilégiée d'une diplomatie qui souhaite gagner en compétence et en efficience, a-t-il dit.
Et d'ajouter que la diplomatie et le diplomate doivent s'adapter à cette nouvelle configuration et que l'exigence est de ne pas enregistrer de retard dans cette transformation digitale de l'action diplomatique que tout le monde sait inéluctable.
Dans le même élan, l'ambassadeur n'a pas manqué de souligner que les pays qui sont aujourd'hui dans l'anticipation seront vraisemblablement ceux qui donneront demain les tempos de l'action diplomatique.
Le continent a été à l'avant-garde de cette diplomatie, qui s'organise autour des valeurs cardinales que sont le partage et la solidarité. Toutefois, a-t-il estimé, la diplomatie virtuelle à l'échelle continentale ne doit pas être un prétexte à l'instrumentalisation politique comme il a malheureusement été observé parfois lors de récentes réunions de l'UA, où l'outil informatique n'a pas été maitrisé et a été utilisé pour contourner les procédures et les réglementations, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.