Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une diplomatie post Covid reconfigurée : analyse de Youssef Amrani, Ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud
Publié dans L'opinion le 06 - 05 - 2021

La perspective marocaine d'une diplomatie post-covid reconfigurée a été présentée par l'ambassadeur en Afrique du Sud, Youssef Amrani, qui est intervenu, mardi, en tant que paneliste de l'émission-débat de la chaîne anglophone Al Jazeera « Inside Story », tenue sous la thématique « La diplomatie digitale est-elle une alternative d'avenir ? ».
Intervenant aux côtés d'experts internationaux de renom, à savoir Tom Fletcher, Directeur de Hertford Collège Oxford et conseiller de trois Premiers Ministres britanniques et Theresa Fallon, présidente du Centre d'études sur la Russie, l'Europe et l'Asie, le diplomate marocain a apporté des éclaircissements sur ce qu'il a qualifié de « paradigme changeant dans l'exercice d'une action de la diplomatie qui ne saurait faire l'économie d'une nécessaire adaptation dans ses démarches comme dans ses outils de travail ».
Partant du postulat que la pandémie mondiale de la Covid-19 a imposé une nouvelle réalité dans les relations et l'interaction internationales, Amrani a souligné que le diplomate a été confronté à un exercice de remise en question structurel et profond sur la façon même dont il conçoit la pratique de son métier et plus globalement les schémas de coopération d'une diplomatie qui ne peut se permettre d'avancer à reculons.
La principale conséquence du coronavirus est celle d'avoir mis en évidence la nécessité de garantir et de renforcer la résilience d'un ordre international fondé sur des règles, des principes et des cohérences organisées, a-t-il fait constater. Amrani a, dans ce sens, souligné que le combat contre la pandémie relève éminemment de la responsabilité d'une diplomatie internationale, plus que jamais, appelée à investir l'ensemble des leviers en sa disposition pour assurer la continuité du dialogue, de l'échange et donc d'une décision internationale concertée et en phase avec les enjeux d'aujourd'hui et de demain.
La diplomatie digitale : « un vecteur de rapprochement et pas de remplacement »
A ce titre, l'ambassadeur a loué les mérites d'une diplomatie digitale qui a permis, dans une certaine mesure, « de contourner » les restrictions sanitaires d'un virus qui a drastiquement limité les possibilités d'interactions humaines, pourtant tellement fondamentales dans l'exercice d'une diplomatie d'action. Reconnaissant l'apport indéniable des nouvelles technologies de communication, il a soutenu que «la diplomatie c'est d'abord et avant tout le contact, le verbe et la confiance qui ne se retrouvent qu'autour d'une table de négociation où l'humain, le diplomate interagit avec tous ses sens pour convaincre, influencer et débattre ».
« Rien ne remplace le contact direct, les salles de réunions de New York, Addis-Abeba, Vienne ou Genève où l'on peut à travers la négociation trouver le meilleur compromis possible. Le numérique ne peut remplacer l'humain. Il doit être un vecteur de rapprochement et pas de remplacement », a plaidé l'ambassadeur.
Se prévalant de l'exemple des négociations inter-libyennes menées à Skhirat par l'envoyé personnel de l'ONU Bernardino Leon, l'ambassadeur a mis en lumière les limites du numérique, arguant que ces réunions n'auraient pas pu aboutir ou même se tenir virtuellement au vu de la complexité de la négociation, de la sensibilité des thématiques traitées et de la fragilité de la confiance existante entre les parties au conflit.
Il a à ce propos souligné que le numérique ne doit pas être un instrument de superficialité qui privilégie l'instantané sur le futur, estimant nécessaire d'utiliser le numérique mais avec maitrise et précaution, sinon on risque de perdre en profondeur en cherchant à gagner en efficacité.
Pour le diplomate, la gestion de ce risque va de pair avec la maitrise de ce nouvel espace digital qui, s'il ne peut remplacer les formes plus classiques de la diplomatie, constitue toutefois un terrain privilégié qui permet au diplomate de sortir des carcans et des sentiers battus pour s'ouvrir au monde extérieur. Face à un spectre élargi d'acteurs de la société internationale, le diplomate doit s'imposer comme un pivot et un interlocuteur qui transmet l'information, négocie et influe la décision, note-t-il.
Amrani a souligné, dans ce sens, que le Ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger est d'ores et déjà dans une démarche d'anticipation formant ses jeunes diplomates à la maitrise et à la compréhension de ce nouvel espace de l'action diplomatique. La formation est la passerelle prioritaire et la voie privilégiée d'une diplomatie qui souhaite gagner en compétence et en efficience, a-t-il dit.
Et d'ajouter que la diplomatie et le diplomate doivent s'adapter à cette nouvelle configuration et que l'exigence est de ne pas enregistrer de retard dans cette transformation digitale de l'action diplomatique que tout le monde sait inéluctable.
Dans le même élan, l'ambassadeur n'a pas manqué de souligner que les pays qui sont aujourd'hui dans l'anticipation seront vraisemblablement ceux qui donneront demain les tempos de l'action diplomatique.
Le continent a été à l'avant-garde de cette diplomatie, qui s'organise autour des valeurs cardinales que sont le partage et la solidarité. Toutefois, a-t-il estimé, la diplomatie virtuelle à l'échelle continentale ne doit pas être un prétexte à l'instrumentalisation politique comme il a malheureusement été observé parfois lors de récentes réunions de l'UA, où l'outil informatique n'a pas été maitrisé et a été utilisé pour contourner les procédures et les réglementations, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.