Le Bahreïn réaffirme son soutien à la souveraineté et l'intégrité territoriale du Maroc    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Sommet de l'Otan: Quand Sanchez s'humilie et humilie son pays    Opération Marhaba 2021: Forte baisse des prix pour la liaison maritime    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Régionales de l'investissement: les étapes Laayoune et Dakhla font carton plein    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Euro 2020 : La Slovaquie prend le dessus sur la Pologne de Lewandowski    Vacances au Maroc: les premiers MRE débarquent à l'aéroport de Fès (PHOTOS)    Compteur coronavirus : 476 nouveaux cas, 9.368.046 personnes vaccinées    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    L'anesthésie après la vaccination anti-covid peut-elle causer la mort ?    Soulaiman Raissouni et Omar Radi confrontés à de charges concrètes, dit le ministère public    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    Réforme de l'administration : pénalisant ''bug'' législatif !    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Usage licite du cannabis : Vers l'adoption définitive de la loi    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Agriculture : un nouveau dispositif de soutien aux petits agriculteurs    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Mohamed Bouldini évoluera en Liga NOS avec Santa Clara    L'ONDA fortement mobilisé pour la sécurité sanitaire des voyageurs    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Afrique du Sud : M. Youssef Amrani présente dans un panel la perspective marocaine d'une diplomatie post-covid
Publié dans 2M le 06 - 05 - 2021

La perspective marocaine d'une diplomatie post-covid reconfigurée a été présentée par l'ambassadeur de SM le Roi en Afrique du Sud, Youssef Amrani qui est intervenu, mardi, en tant que paneliste de l'émission-débat d'Al Jazeera «Inside Story», tenue sous la thématique «La diplomatie digitale est-elle une alternative d' avenir ?».
Intervenant aux côtés d'experts internationaux de renom, à savoir M. Tom Fletcher, Directeur de Hertford Collège Oxford et conseiller de trois Premiers Ministres britanniques, Mme Theresa Fallon, présidente du Centre d'études sur la Russie, l'Europe et l'Asie, le diplomate marocain a apporté des éclaircissements sur ce qu'il a qualifié «d'un paradigme changeant dans l'exercice d'une action de la diplomatie qui ne saurait faire l'économie d'une nécessaire adaptation dans ses démarches comme dans ses outils de travail».
Partant du postulat que la pandémie mondiale de la Covid-19 a imposé une nouvelle réalité dans les relations et l'interaction internationales, M. Amrani a souligné que le diplomate a été confronté à un exercice de remise en question structurel et profond sur la façon même dont il conçoit la pratique de son métier et plus globalement les schémas de coopération d'une diplomatie qui ne peut se permettre d'avancer à reculons.
La principale conséquence du coronavirus est celle d'avoir mis en évidence la nécessité de garantir et de renforcer la résilience d'un ordre international fondé sur des règles, des principes et des cohérences organisées, a-t-il fait constater.
M. Amrani a, dans ce sens, souligné que le combat contre la pandémie relève éminemment de la responsabilité d'une diplomatie internationale, plus que jamais, appelée à investir l'ensemble des leviers en sa disposition pour assurer la continuité du dialogue, de l'échange et donc d'une décision internationale concertée et en phase avec les enjeux d'aujourd'hui et de demain.
A ce titre, l'ambassadeur a loué les mérites d'une diplomatie digitale qui a permis, dans une certaine mesure, « de contourner» les restrictions sanitaires d'un virus qui a drastiquement limité les possibilités d'interactions humaines, pourtant tellement fondamentales dans l'exercice d'une diplomatie d'action.
Reconnaissant l'apport indéniable des nouvelles technologies de communication, il a soutenu que «la diplomatie c'est d'abord et avant tout le contact, le verbe et la confiance qui ne se retrouvent qu'autour d'une table de négociation où l'humain, le diplomate interagit avec tous ses sens pour convaincre, influencer et débattre».
«Rien ne remplace le contact direct, les salles de réunions de New York, Addis, Vienne ou Genève où l'on peut à travers la négociation trouver le meilleur compromis possible. Le numérique ne peut remplacer l'humain. Il doit être un vecteur de rapprochement et pas de remplacement», a plaidé l'ambassadeur.
Se prévalant de l'exemple des négociations inter-libyennes menées à Skhirat par l'envoyé personnel de l'ONU Bernardino Leon, l'ambassadeur a mis en lumière les limites du numérique, arguant que ces réunions n'auraient pas pu aboutir ou même se tenir virtuellement au vu de la complexité de la négociation, de la sensibilité des thématiques traitées et de la fragilité de la confiance existante entre les parties au conflit.
Il a à ce propos souligné que le numérique ne doit pas être un instrument de superficialité qui privilégie l'instantané sur le futur, estimant nécessaire d'utiliser le numérique mais avec maitrise et précaution, sinon on risque de perdre en profondeur en cherchant à gagner en efficacité.
Pour le diplomate, la gestion de ce risque va de pair avec la maitrise de ce nouvel espace digital qui, s'il ne peut remplacer les formes plus classiques de la diplomatie, constitue toutefois un terrain privilégié qui permet au diplomate de sortir des carcans et des sentiers battus pour s'ouvrir au monde extérieur.
Face à un spectre élargi d'acteurs de la société internationale, le diplomate doit s'imposer comme un pivot et un interlocuteur qui transmet l'information, négocie et influe la décision, note-t-il.
M. Amrani a poursuivi dans ce sens en soulignant que le Ministère marocain des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger est d'ores et déjà dans une démarche d'anticipation formant ses jeunes diplomates à la maitrise et à la compréhension de ce nouvel espace de l'action diplomatique.
La formation est la passerelle prioritaire et la voie privilégiée d'une diplomatie qui souhaite gagner en compétence et en efficience, a-t-il dit.
Et d'ajouter que la diplomatie et le diplomate doivent s'adapter à cette nouvelle configuration et que l'exigence est de ne pas enregistrer de retard dans cette transformation digitale de l'action diplomatique que tout le monde sait inéluctable.
Dans le même élan, l'ambassadeur n'a pas manqué de souligner que les pays qui sont aujourd'hui dans l'anticipation seront vraisemblablement ceux qui donneront demain les tempos de l'action diplomatique.
Il a, enfin, conclu ses propos en soulignant que le continent a été à l'avant-garde de cette diplomatie, qui s'organise autour des valeurs cardinales que sont le partage et la solidarité. Toutefois, a-t-il estimé, la diplomatie virtuelle à l'échelle continentale ne doit pas être un prétexte à l'instrumentalisation politique comme il a malheureusement parfois été observé lors de récentes réunions de l'UA, où l'outil informatique n'a pas été maitrisé et a été utilisé pour contourner les procédures et les réglementations.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.