Soutien renouvelé et élargi en faveur de l'intégrité territoriale du Maroc    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    La CSMD consulte les partis pour développer une vision commune    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Affaires Radi-Raissouni : devant un parterre de personnalités diplomatiques, Aïcha Guellaa dénonce les pressions et les interférences    Libye: Washington exige le retrait des forces étrangères, avant un sommet international    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    Audi Q2 . La version restylée débute sa carrière au Maroc    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Managem/Guinée: Démarrage de la mine d'or de tri-K    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Publication de l'arrêté portant organisation de l'année scolaire 2021/2022    Lancement des célébrations du centenaire de la présence diplomatique suisse au Maroc    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Production de sacs en plastique: Saisie de plus de 18 tonnes dans une usine clandestine à Nouaceur    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Un vol de Ryanair decolle sans ses passagers marocains    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    Mali: six ans plus tard, les accords d'Alger en échec    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    Handisport / Championnat national d'athlétisme : Attahadi et Amis de Fès remportent le titre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En marge du webinaire de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens: Faire de l'acte culturel et créatif, un acte économique
Publié dans L'opinion le 16 - 05 - 2021

L'AEI vient d'organiser un webinaire autour de la culture, comme patrimoine et industrie culturelle à la fois. Pourquoi un tel webinaire par une alliance d'économistes, de surcroit affiliée au Parti de l'Istiqlal, un parti qui n'a plus été aux commandes du ministère de la Culture depuis une quarantaine d'années ?
L'AEI est une force de proposition et ses interventions ne se comptent plus et touchent de nombreux secteurs tels que le tourisme, la restauration, le transport, l'artisanat, le logement... Quelles suggestions proposent l'AEI pour la culture, non seulement pour soutenir un secteur en crise mais surtout enclencher le cercle vertueux de la rentabilité, aussi bien dans sa dimension patrimoniale, avec le tourisme comme point d'appui, que dans son versant industriel à travers les produits de la presse, de l'édition du livre, musicale et cinématographique, sans oublier l'industrie des jeux qui ne semble pas connaître un début de frémissement ?
Le webinaire organisé à cet effet a amorcé le débat par une alliance d'économistes, de surcroit affiliée au Parti de l'Istiqlal, un parti qui n'a plus été aux commandes du ministère de la Culture depuis une quarantaine d'années. En somme qui posséderait le recul nécessaire pour réfléchir sur la politique culturelle qui semble tant faire défaut.
Une unanimité a semblé, en effet, se dégager des échanges, à savoir les discontinuités qui se remarquent dans l'action publique. Une politique culturelle qui souffre de ruptures d'un ministre à l'autre, généralement partisan, la koutla ayant pourtant régné durant de longues années sur ce département, à travers l'Usfp et « incidemment », pourrait-on dire, le PPS. Réservoir de l'élite intellectuelle du pays, la Koutla aurait pu enclencher une dynamique de politique culturelle qui s'inscrit dans la durée et au-delà des mandats ministériels, mais le fait est là : la culture est prise dans la continuité administrative mais guère dans l'action créatrice de richesse et d'emploi.
La culture en attente d'un plan de développement global et structuré à l'instar de l'agriculture (Maroc Vert) et de l'industrie (Plan Emergence) a bien eu sa vision 2020, mais une année après quel bilan, à part le silence qui entoure ses résultats, positifs ou négatifs, là n'est pas la question.
Durant la pandémie, des chiffres ont été avancés par la Fédération des Industries Culturelles et Créatives, affiliée à la CGEM et dont les 1ères Assises se tinrent à Rabat en 2019:1100 entreprises (le n° de registre du commerce ne fait pas l'entreprise !) et 100.000 emplois à sauver. Au-delà des subventions de survie accordées ici et là, aussi bien pour la presse que pour le livre, le cinéma ou le théâtre, le temps semble venu pour réfléchir et asseoir une politique culturelle nationale, qui transcende les mandats ministériels et s'inscrit dans la pérennité. Une politique culturelle qui fait de l'acte culturel et créatif, un acte économique, un acte non plus en quête de subvention mais de rentabilité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.