Chambre des Conseillers: La Charte des services publics adoptée à l'unanimité    Botola Pro : WAC et RCAZ se neutralisent    CAN 2021 : Les Ecureuils du Bénin éliminés par les Leone Stars    Euro 2020 : L'Italie se qualifie pour les 8èmes de finale    Bourita attire l'attention sur l'impact des nouvelles technologies    OCP et l'américain BCG proposent une offre unique dans le domaine de la maintenance et de la numérisation industrielle    France. M'jid El Guerrab interpelle le ministre de la Santé sur la non-reconnaissance du vaccin de Sinopharm [Vidéo]    La 2è manche du championnat des circuits de vitesse à Marrakech    Le monde de Julie Guégan    Avec un système audio de pointe sur sa nouvelle gamme : Ford séduit les mélomanes    Ismail Sqarou : «La Dekka est l'enfant légitime de Taroudant en termes de patrimoine»    Trois astronautes chinois dans la station spatiale    L'Algérie face à ses démons    Diplomatie : le NMD présenté aux ambassadeurs    Energies renouvelables : le Maroc se relance dans l'hydrogène vert    Fnideq : la nouvelle zone d'activités économiques "recrute" ses investisseurs    Le nouveau modèle de développement ne fait pas l'unanimité    Euro 2020 : La Hongrie craque en fin du match face au Portugal    Botola / WAC-RCAZ (0-0) : Un Wydad faiblard et épuisé à quelques jours de sa demi-finale africaine !    Adoption finale du projet de loi sur l'usage légal du cannabis    Lancement d'une campagne contre la privatisation de la plage d'Aïn Diab    Quand la polygamie séduit les Marocains    Le roi Mohammed VI félicite le premier ministre israélien    Invité par le PJD, le Chef du Hamas Ismaïl Haniyeh en visite au Maroc    Profonds désaccords et faibles attentes    Quand on aime la vie, on va au musée    Edition: Lever l'hypothèque sur l'université    Sahara : Large soutien au Maroc à l'ONU    Le Congrès péruvien refuse l'interférence de l'Europe dans la crise entre Madrid et Rabat    Les Bleus s'imposent dans la douleur contre l'Allemagne    L'agent de Hakimi confirme son départ !    Le roi Mohammed VI félicite le nouveau Premier ministre isralien Naftali Bennett    L'ONMT lance l'opération Welcome Back    MRE: l'ONCF lance un plan spécial    Marocains de l'étranger : dix-sept villes annoncées pour la quarantaine obligatoire    Covid-19 au Maroc : 500 nouveaux cas et 165 000 doses dispensées en 24 heures    Covid-19 en France : plus de masque en extérieur, levée du couvre-feu dans quelques heures    Carte sanitaire au Maroc : Ces chiffres à retenir...    Privé : Akdital poursuit sa marche pour s'accaparer 20% de la capacité litière nationale    Législatives algériennes: 23% de participation, abstention historique et massive    Le Nigeria s'apprête à construire le gazoduc avec le Maroc    Agrégation agricole: un nouveau dispositif réglementaire pour des projets d'agrégation de nouvelle génération    Les hôtels Accor se mobilisent pour favoriser l'accueil des Marocains résidant à l'étranger    "African Lion 2021": une délégation militaire maroco-américaine visite l'hôpital de campagne près de Tafraout    «Méditations et médisances»    «Soufi, mon amour» en tournée au Maroc    Action citoyenne : des livres pour les écoles primaires, les collèges et les lycées les plus défavorisés au Maroc    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





D'un patrimoine immatériel à un écosystème générateur d'emplois et de richesse
Publié dans L'opinion le 12 - 05 - 2021

L'Alliance des Economistes Istiqlaliens (AEI) vient de consacrer un webinaire à la culture dans sa dimension économique, en tant que secteur créateur de richesse et d'emploi. Président de l'Alliance des Economistes Istiqlaliens, Abdelattif Mazouz a présenté dans cette introduction le périmètre du débat, modéré par Kacem Bouanani, auquel ont participé des acteurs de l'action culturelle (Hicham Abkari, Brahim Mazned),
des créateurs (Nabila Maan, Hicham Lahlou), l'ancien ministre de la Culture, Amine Sbihi, et Abdallah Bensmaïn, journaliste et auteur.
Dans sa tradition, L'AEI traite, depuis des années, de questions économiques et s'investit pleinement, depuis le début de la pandémie, dans des sujets variés pouvant aider le pays à sortir avec les moindres dégâts de la crise et à saisir les opportunités qui en découleraient. C'est ainsi que l'AEI a été la première organisation politique à proposer les premières mesures, aussi bien au profit des personnes touchées par la crise qu'au bénéfice des entreprises impactées ; mesures qui ont été en partie adoptées par le Gouvernement.
L'AEI a également suggéré des actions spécifiques à certains secteurs fortement touchés par la crise tels que le tourisme, la restauration, le transport, l'artisanat, le logement... De même qu'elle a attiré l'attention sur l'importance et l'accélération de la transition technologique, notamment dans ses dimensions digitale et écologique, et a souligné les opportunités qu'elle offre et l'intérêt pour notre Pays de les saisir, en recommandant des mesures opérationnelles dans cette perspective.
C'est dans ce sens, et avec le même esprit, que l'AEI s'intéresse cette fois à la culture et à l'art, que nous considérons comme un secteur à part entière, devant être traité dans ses dimensions, aussi bien patrimoniale, sociale qu'économique.
En France, à titre d'exemple, et avant la crise actuelle, les différentes filières des activités artistiques et culturelles sont à l'origine de plus de 600.000 emplois directs et contribuent pour près de 2 ,5% du PIB français, ce qui dépasse très largement la contribution de l'industrie automobile.
La culture doit donc être abordée comme un secteur qui rapporte, tant en termes d'emplois, que d'attractivité et de cohésion sociale. La culture a aussi un impact direct sur le tourisme et un impact indirect sur d'autres secteurs, notamment l'industrie.
Au Maroc, la Constitution de 2011 souligne l'attachement du Royaume « aux valeurs d'ouverture, de modération, de tolérance et de dialogue pour la compréhension mutuelle entre toutes les cultures et les civilisations du monde ». Plus précisément, l'article 25 énonce l'engagement des pouvoirs publics à apporter « par les moyens appropriés, leur appui au développement de la création culturelle et artistique ».
Pourtant, il est pratiquement impossible de trouver des données pertinentes sur la contribution de la culture à la richesse nationale et à l'emploi au Maroc. La seule étude du HCP dans ce sens remonte à 2004. Il en ressort que la dépense culturelle au Maroc reste basse. En milieu urbain, un ménage dépensait 167 DH par an pour la culture. En milieu rural, ce chiffre ne dépasse pas 160 DH par an. Cette faiblesse de la demande explique, en partie, les difficultés rencontrées par l'offre culturelle. Le potentiel développé sur les vingt dernières années (notamment les grands investissements infrastructurels et les festivals) n'a pas encore donné d'impacts perceptibles sur l'ancrage de la culture dans le quotidien des citoyens marocains ; d'autant que l'offre culturelle est concentrée dans des pôles urbains et ne touche pas encore tout le territoire national.
Une première tentative de plan d'action en 2012 a été suivie par l'ébauche d'une stratégie, dans le cadre de la Loi de Finance 2015 avec des augmentations conséquentes du budget alloué au ministère de la Culture, y compris en 2021. Mais jusqu'à présent, aucune évaluation n'a été faite de la mise en oeuvre de cette stratégie qui devait échoir en 2020.
Il est admis que ce secteur est très attrayant pour les jeunes et les femmes. Mais l'absence de formation et de filières diplômantes aux métiers de la culture, la protection effective des droits d'auteur et l'inexistence d'un statut juridique d'entrepreneur culturel sont autant de facteurs qui freinent le développement d'une économie de la culture dans notre Pays.
La crise actuelle a révélé, de manière plus perceptible, les fragilités de ce secteur. Mis à l'arrêt complet de leurs activités, les acteurs de la grande majorité des filières du secteur ont été affectés de manière foudroyante par la crise, bien plus que beaucoup d'autres activités. Ce secteur est en train de s'effondrer et notre patrimoine immatériel avec ; il est donc nécessaire de venir au secours de ces opérateurs, particuliers et entreprises, et mettre en oeuvre des mesures urgentes de sortie de crise et un programme de relance permettant de préserver le patrimoine culturel incarné par ces femmes et hommes.
Le présent webinar espère contribuer à l'identification de solutions immédiates, et d'action à moyen terme, au profit de ce secteur fondamental de notre identité et plein d'opportunités pour notre économie et pour l'emploi de nos jeunes femmes et hommes.
Président de l'AEI

image.png (294.92 Ko)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.