Covid-19: Les prix des vaccins flambent, les gains des labos cartonnent    L'ancien maire de Fès quitte l'Istiqlal face au «dévoiement de la ligne» du parti    Affaire Ghali : L'étau se resserre autour de l'ex-chef de cabinet de Gonzalez-Laya    Record des transactions par carte bancaire en juillet    Intelaka : 2,7 milliards de DH de crédits accordés à fin 2020    Inondations : la justice allemande enquête sur des soupçons de défaillances dans la gestion du système d'alertes    Allemagne : l'épouse d'un politologue soupçonnée d'espionnage pour Pékin    Hussein Arnous chargé de former un nouveau gouvernement syrien    JO-2020: Soufiane El Bakkali champion olympique du 3000 m steeple    Soufiane El Bakkali offre l'or olympique au Maroc    La Fédération royale marocaine de boxe dissout la Direction technique    Une réunion de hauts responsables militaires marocains et américains à Rabat    Compteur coronavirus : 4.206 nouveaux cas et 52 décès en 24h    Pr. Marhoum Filali à 2M.ma : le vaccin est l'unique parade à la Covid-19    Campagne de vaccination: le Maroc cible les jeunes de plus de 18 ans    Arts plastiques: belle initiative, noble dessein    Maroc-Algérie : "Notre conviction intime est que les frontières soient et demeurent ouvertes"    Mesures sanitaires : en Allemagne, confrontations entre manifestants et policiers    Fête du Trône: La communauté juive marocaine d'Israël réitère son attachement à la monarchie et à la Mère-patrie    BAM: hausse de la masse monétaire de 8,4% en 2020    Programmation informatique: Python dans la cour des grands    Sports équestres / Dressage : Honorable performance de Yessin Rahmouni aux JO    Marsa Maroc : l'Etat cède 35% du capital à Tanger Med    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    La Bourse de Casablanca démarre dans le vert    Protection des données : OCP et UM6P adhérent au Data-Tika    Meknès : Trois faussaires de billets de banque mis sous les verrous    Reprise: ces secteurs qui marquent à nouveau le «Stop»    Covid-19 : la vaccination fait baisser le taux de mortalité et le nombre des cas graves (Spécialiste)    La cause du décès de Abdellah Habib Bilal remise en question par sa famille et des membres du polisario    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    Demande sur le cash : Une hausse "exceptionnelle" en 2020 (BAM)    Maroc/Météo : Temps stable ce lundi 02 août    Coupe du Trône / WAC-MAT : Les relégués éliminent les champions et passent en finale    Climat: le seuil de +1,5°C risque d'être atteint d'ici 2025, avertit l'ONU    Le rabbin Abraham Joulani félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône (Vidéo)    «Enti Hayati», le duo de Saâd Lamjarred et Calema cartonne    Des millions d'Américains menacés d'expulsion    Covid-19 : L'OMC met en garde contre l'inégalité vaccinale pour la reprise économique    Abdelati El Guesse et Nabil Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800m    JO-2020 de Tokyo: Voici le programme du mardi 03 août 2021    Le Maroc remporte le titre avec 13 médailles, dont 9 en or    Famine : l'Ethiopie et Madagascar au niveau d'alerte maximum (FAO et PAM)    Le réalisateur belgo-marocain Adil El Arbi en direct sur Info Soir de 2M (VIDEO)    Boutaïna El Fekkak, l'amour de soie    Tout artiste est lui-même    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



ALE Maroc-Turquie: La nouvelle version de l'accord commercial maroco-turc entre en vigueur
Publié dans L'opinion le 19 - 05 - 2021

Une nouvelle étape s'inscrit dans les relations commerciales entre le Maroc et la Turquie, après la promulgation et l'entrée en vigueur
de la version amendée de l'Accord de libre échange (ALE), publiée dans le dernier Bulletin Officiel, jeudi 13 mai.
S uite à plusieurs réunions d'une commission technique constituée de responsables marocains et turcs, une liste de 1.200 produits, qui seront exclus de l'ALE, a été établie en août de l'année 2020. Ces produits dérivent de plusieurs secteurs, notamment le textile et l'habillement, le cuir, l'automobile, la métallurgie, le bois et l'électricité. Cette liste sera soumise à une évaluation annuelle et pourra être révisée.
Le choix de ces produits est passé par une identification des secteurs durement impactés par les échanges commerciaux déséquilibrés entre les deux pays, à cause de l'accord de libre échange dans sa version initiale, signé en 2004 et entré en vigueur en 2006.
Valable pour une durée de 5 ans renouvelable à partir de la date de sa ratification, le présent accord appliquera à ces produits un droit de douane équivalent à 90% du droit commun correspondant à leurs positions tarifaires, soit 36% de la valeur du produit.
Cette période de 5 ans n'est pas anodine. Elle est censée permettre à l'industrie et au tissu productif marocain d'augmenter sa rentabilité et sa qualité, ainsi que la capacité d'export des produits nationaux et de fournir des alternatives au marché national. Ce nouvel accord prévoit également une réunion de la commission maroco-turque afin d'étudier et d'évaluer l'effet de ces changements et déterminer la nécessité de son renouvellement, ou même pour appliquer de nouvelles conditions, et ce, afin d'établir une relation win-win entre les deux pays.
Mesure nécessaire mais insuffisante
Ces dispositions répondent à l'impératif de réequilibrer la balance commerciale entre les deux pays, donner une bouffée d'air aux industriels et protéger, jusqu'à une certaine mesure, la production nationale. Car, notons-le, depuis l'entrée en vigueur de l'accord de libre-échange en 2006, le déficit commercial vis-à-vis d'Ankara n'a fait qu'exploser, s'élevant à plus de 16 milliards de dirhams en 2018 et atteignant 19,5 milliards de dirhams en 2019, en hausse de 22% par rapport à 2018.
D'autant plus que plusieurs secteurs ont été gravement impactés et ont enregistré des pertes conséquentes en termes d'opportunités d'emploi. A titre d'exemple, le textile a connu une perte de plusieurs dizaines de milliers de postes depuis 2012, notamment à cause de l'importation de produits turcs.
Toutefois, Kamal Zine, expert en économie et conseiller financier, souligne l'insuffisance d'une telle mesure pour faire face à l'énorme déficit enregistré. « Ce n'est qu'une solution partielle », insiste-t-il. Car, il ne faut pas oublier un élément important qui donne un très grand avantage aux exportations turques et donc plus de compétitivité aux produits turcs, à savoir la baisse de la devise de ce pays : une règle économique de base. D'une perspective turque, la perte en devise est largement suffisante pour compenser ces frais douaniers additionnels. Sans compter l'intervention du gouvernement turc à travers des subventions directes ou à travers l'augmentation du capital des sociétés.
En plus des dispositions légales entreprises, « il faut donc se concentrer sur l'augmentation de la qualité du produit national afin de le rendre plus compétitif. Il est aussi important de renforcer la présence marocaine dans les marchés publics et permettre aux TPE et PME de décrocher des marchés et d'augmenter leurs chiffres d'affaires. Il est impératif d'oeuvrer pour qualifier des ressources humaines de haute qualité », suggère Kamal Zine.
Quid de l'effet de ces changements ?
Ces amendements introduits dans l'ALE permettront sans aucun doute de rééquilibrer partiellement la balance commerciale, et donc minimiser le déficit commercial, et ce, en limitant l'importation de produits disponibles sur le marché local. Il faut toutefois faire attention à ne pas tomber dans le même piège, en important ces mêmes produits de pays tierces, et risquer d'élargir ou de créer un déficit commercial avec ces pays.En outre, même si la balance commerciale ne se verra pas totalement équilibrée, nous aurons des revenus d'imposition et des revenus douaniers significatifs. « Si nous appliquons un taux moyen de 10% sur le déficit excédentaire de la balance commerciale, les revenus de la douane pourront atteindre 2 à 3 milliards de dirhams », précise l'expert en économie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.