Covid-19: Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 9 Aout 2022    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    L'endettement financier des ENF à près de 821 MMDH en 2021    PLF 2023. Quel impact de la mise en œuvre de la loi-cadre sur la fiscalité ?    La circulation fiduciaire progresse de 5,6% en 2021 (BAM)    Grève de Ryanair : dix vols annulés en Espagne    Accord de paix au Tchad: l'ONU salue une « étape importante » dans l'histoire du pays    Les Etats-Unis et les pays africains, des « partenaires égaux » face aux nouveaux défis    La culture autre levier de la diplomatie marocaine    Mer de Chine : Exercices militaires de Taipeh et prolongement des manœuvres chinoises    Palestine : Tel-Aviv poursuit l'élimination des cadres de la résistance    Chambre des Conseillers : la sécurité sanitaire est une priorité centrale de la souveraineté nationale    Incendie de forêt : 700 hectares partis en fumée en France    Transfert : Isco rejoint le FC Séville    Mondiaux juniors : Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    La CAF lance une nouvelle plateforme en ligne de licences de clubs    Ukraine : Au 166è jour de guerre, Moscou et Kiev échangent les accusations    Les Etats-Unis mettent fin à des mesures migratoires de Donald Trump    Eaux contestées : le Hezbollah libanais hausse le ton contre Israël    Le «Pavillon Bleu» hissé pour la 11è fois consécutive sur la plage d'Aglou à Tiznit    Insolite : une compagnie de matelas recrute des dormeurs professionnels    5èmes jeux de la Solidarité islamique : une forte participation marocaine pour faire briller le sport national    Clôture à Ain Leuh du 21ème Festival national d'Ahidous    Jidar Rabat Street-Art Festival: Neuf nouvelles oeuvres garnissent la capitale    SNRT: Journées portes ouvertes au profit des Marocains du monde    Beyonce au sommet des ventes aux Etats-Unis, une première depuis près de 15 ans    Le mercato international du Raja : Un Libérien pour faire oublier Ben Malango !    Enseignement supérieur: Pourquoi nos Universités peinent-elles à monter en gamme ?    Sports urbains : Le Marocain Bilal Sahli remporte la médaille d'argent au Mondial    Région TTA : 206 projets approuvés pour 8,4 MMDH    Maroc : Manifestations de solidarité avec le peuple palestinien    Mercato de L'AS FAR : Derrag, Naji, Assout et Jouini et prolongement de Neffati    Botola Pro D1 et D2 : La feuille d'arbitrage digitalisée dès le début de la saison    Eté 2022, une opération Marhaba qui tranche avec les précédentes    Najat Aâtabou danse et chante à l'occasion d'Achoura (VIDEO)    Coupure temporaire de la circulation ce mercredi sur cette route    Le Groupe arabe à l'ONU salue les efforts du Roi en faveur de la Palestine    Bourse de Casablanca: l'essentiel de la séance du lundi 08 août    Le «Parlement itinérant» fait escale à Tanger    ONU : Le Groupe arabe salue les efforts soutenus du Roi en faveur de la cause palestinienne    La revue de presse du mardi 9 août    Météo. Voici le temps qu'il fera ce mardi 09 août au Maroc    Rabat: le patrimoine culturel populaire valorisé par la célébration de Baba Achour    La politique actuelle des visas «abîme» les relations de la France avec le Maghreb    Les faucons de Lekouassem d'Oulad Frej sont lâchés    L'apostille de "Dbibina" : quand les Soros-suceurs se mélangent les pinceaux et en paient le prix fort !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Crise Maroc-Espagne : Après un long silence, les pourparlers reprennent discrètement
Publié dans L'opinion le 28 - 07 - 2021

Alors que Madrid tente de regagner les faveurs de Rabat après la tempête du « Ghaligate », les autorités marocaines exigent plus de clarté sur le Sahara. Le gouvernement espagnol multiplie discrètement les pourparlers, en proposant une révision des relations bilatérales. Détails.
« Nous devons renforcer nos relations avec la Méditerranée et en particulier avec le Maroc, notre grand ami », c'est dans ces termes élogieux que le nouveau ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Albares a tenu à rassurer les autorités marocaines que l'époque de sa prédécesseure Arancha Gonzales Laya est révolue.
Plus de deux semaines après sa nomination, le nouveau chef de la diplomatie espagnole, qui s'est déjà rendu à Londres et s'apprête à visiter le Pérou au début de la semaine prochaine, n'a pas encore mis les pieds à Rabat, sachant que le Maroc était censé être sa première sortie officielle à l'internationale.
Une situation qui laisse croire que la crise de confiance, entre les deux pays voisins, est loin d'être réglée après le scandale de l'affaire Brahim Ghali. Toutefois, El Païs indique que les autorités diplomatiques des deux pays multiplient discrètement les pourparlers, en vue d'éviter une rupture du dialogue. Selon le quotidien espagnol, cette tâche incombe actuellement à l'ambassadeur à Rabat, Ricardo Díez-Hochleitner, la directrice générale pour le Maghreb Eva Martínez, qui a quitté son poste mardi dernier, et l'ambassadrice marocaine Karima Benyaïch qui continue de s'occuper des relations avec l'Espagne depuis Rabat.
En effet, la reprise des contacts directs non formels est désormais en cours, après une médiation tentée par le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell, et d'autres membres de la Commission de l'UE. On a beau espérer une solution dans le court terme, cela est loin de portée, estime El Pais, dont des sources consultées précisent que l'Espagne et le Maroc voient différemment l'issue de cette crise. Madrid pense que le remplacement de Gonzales Laya est une façon de tourner la page de l'affaire Ghali tandis que le Maroc exige des excuses.
Régler d'abord les questions épineuses
De son côté, le gouvernement de Pedro Sanchez ne veut pas précipiter les choses et propose un dialogue global sur l'ensemble des sujets épineux qui obscurcissent le climat entre Rabat et Madrid. Le but, selon El Pais, est de clarifier les positions de chaque pays, sachant que la dégradation des relations bilatérales durant ces deux dernières années remonte à plusieurs épisodes, dont la fermeture des frontières de Sebta et Mellilia et la question migratoire.
Le statut des deux enclaves ne cesse d'opposer les deux pays et suscite les plus vifs débats au Maroc, où l'on revendique de plus en plus leur rétrocession. Chose qui ne plaît gère aux Espagnols... Selon El Païs, l'Espagne compte mettre sur la table un plan aboutissant à une « zone de prospérité partagée » pour plus d'interdépendance entre les deux pays.
La question du Sahara : la pomme de discorde
S'ajoute à cela un dossier plus sensible qui, selon plusieurs observateurs, a été à l'origine des tensions. l s'agit de la délimitation des frontières maritimes au Sahara qui semble contrarier Madrid, qui a grimacé lors de la publication de la loi de traçage des frontières. Celui-ci devrait également faire un effort supplémentaire pour clarifier sa position sur la question du Sahara, une condition sine qua non qu'exige le Maroc pour toute reprise de la confiance.
Madrid, rappelons le, bien qu'il se déclare aligné au processus des Nations Unies, ses agissements trahissent une certaine complicité dissimulée avec les ennemis de l'intégrité territoriale du Royaume. Il convient de rappeler à cet égard que la diplomatie espagnole a ostensiblement contesté, aux côtés de l'Allemagne, la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara.
Même si la ministre limogée avait fait part de la prédisposition de son pays à écouter le Maroc sur ce conflit régional, le Royaume n'a pas réagi officiellement jusque-là et pense que c'est au voisin ibérique de faire un pas en avant.
En gros, d'après les sources citées par El Pais, un accord entre les deux pays est une course de longue haleine, et les négociations prendront du temps, tant les désaccords sont nombreux. Même si les marques d'amitié envoyées récemment par le nouveau ministre Albares dévoilent de bonnes intentions, la crise de confiance n'en est pas moins trop profonde pour quelle soit résolue par des déclarations, aussi bienveillantes soient-elles.

Anass MACHLOUKH


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.