Participation au gouvernement. Le Conseil National de l'Istiqlal donne son feu vert    Mohamed Benhammou désigné président de la Fédération africaine de cybersécurité    La CDG adhère au programme    La haine dans l'âme...que Dieu lui pardonne!    L'Opinion : L'Istiqlal, valeur sûre pour le prochain gouvernement    Casablanca : L'Eglise de Saint John fin prête pour accueillir les fidèles    Le gouvernement espagnol saisit le parquet après une manifestation raciste    Conseil national du PJD : les islamistes entre le déni et le refus de toute autocritique    OCP et l'Ethiopie signent un accord de 3,7 milliards de dollars pour une usine d'engrais    CIH Bank: forte hausse des bénéfices semestriels    Le réseau EF&F lance un concours international de projets innovants    Hapag-Lloyd s'implante au Maroc    Les produits agricoles et halieutiques marocains à la conquête du marché américains    La production laitière, fer de lance du développement régional    Olives noires : Le Maroc augmente ses exportations et détrône l'Espagne    Mort d'Abdelaziz Bouteflika : l'ultime humiliation du pouvoir algérien au président défunt    Le Maroc réitère son engagement inébranlable en faveur de la paix régionale    Succès complet pour la première mission privée de SpaceX    Migration : Washington actionne les charters des expulsions    Afghanistan / Téhéran : la présence de Daech constitue un danger    La sélection marocaine sacrée avec 5 médailles dont 3 en or    Le Maroc se qualifie pour les huitièmes de finale    L'AS FAR et les Buffles FC se neutralisent    Covid-19 au Maroc: le bilan de ce dimanche 19 septembre    Etudes en Chine: Plus de 500 dossiers de bourses remis à des jeunes marocains (FUSAAA)    Qui sabote l'école publique à Essaouira?    Un acte scandaleux qui ne doit plus se répéter    Le « relooking » de l'Education nationale à l'ère du Covid    Kénitra : soupçonnés de corruption et d'extorsion, des policiers renvoyés devant le tribunal    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 19 septembre 2021 à 16H00    Festival de Fès de la culture soufie. Une 14ème édition à la fois en présentiel et en digital    L'IMA et la FNM renforcent leur partenariat par une nouvelle convention    Dionysos contre le Crucifié    Nouvelle secousse de magnitude 3,9 ressentie à Driouch    Afrique du Sud : le nouveau maire de Johannesburg mort dans un accident de la route    Le porte drapeau du Hip Hop psychédélique Marocain    Apiculture: une niche au chevet des petits exploitants    Décès de Bouteflika : SM le Roi Mohammed VI fait part de ses condoléances et de sa compassion    Hallyday, le blues d'une âme rock au Maroc    Meeting de Kip Keino d'athlétisme: Soufiane El Bakkali remporte le 3.000m steeple    Coupe de la CAF : Les FAR se qualifient au 2ème tour    Botola Pro D1 / DHJ-HUSA (2-1) : Démarrage sur les chapeaux de roue !    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 septembre 2021 à 16H00    La Juventus annonce des pertes de 210 millions d'euros    Exposition: horticulteur attentionné    Coupe du monde de futsal: le Maroc qualifié pour les huitièmes de finale    USA: un multimillionnaire reconnu coupable du meurtre de son amie    Archéologie : Découverte des plus anciens outils de confection de vêtements au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



[ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables
Publié dans L'opinion le 05 - 08 - 2021

Les jeunes ont été placés au coeur du Nouveau Modèle de Développement (NMD). Le président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle nous livre sa lecture de ce chantier d'envergure.
- En tant que jeune marocain, quelle est votre perception du Nouveau Modèle de Développement ?

- Le rapport du Nouveau Modèle de Développement (NMD) donne de la motivation et donc une nouvelle énergie qui permettra aux jeunes d'en faire plus. Dans ce rapport, nous avons trouvé les recommandations faites par l'Association des Jeunes du 21ème siècle à la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD), présentées lors d'une réunion tenue en novembre 2019 avec les membres de la Commission. Au milieu de la crise sanitaire, la reconnaissance de la marocanité du Sahara et le rapport de la CSMD nous ont mis du baume au coeur. Il convient de rappeler que le NMD est fait par et pour les jeunes et répond à toutes nos attentes dans tous les domaines.
- A l'issue de la réunion tenue avec la CSMD, qu'avez-vous proposé à la Commission pour cristalliser un nouveau modèle de développement pour le Maroc de demain ?
- Je tiens d'abord à souligner que la CSMD a pris en considération les attentes des Jeunes du 21ème siècle, que ce soit au niveau de l'éducation, de la santé, de l'entrepreneuriat, etc. Le NMD a donné espoir aux jeunes qui n'étaient pas formés, en leur proposant de suivre des formations pour accéder au milieu professionnel.
La plupart de nos propositions étaient centrées sur les aspects économique, social et politique en faisant de l'Homme le noyau du Nouveau Modèle de Développement. Dans ce cadre, nous avons proposé quatre axes fondamentaux pour cristalliser un nouveau modèle de développement pour le Maroc de demain, à savoir la régionalisation avancée, l'éducation et la formation, la réforme de l'administration et la participation politique des jeunes.
Au niveau de la régionalisation avancée, considérée comme un point clé essentiel pour le développement économique et social du Royaume et l'un des mécanismes d'atténuation des disparités territoriales, nous avons proposé de restructurer la gestion des Conseils régionaux, en créant une Direction ou un Département de coordination et de communication dans chaque région.
Quant au deuxième axe concernant l'éducation et la formation, nous pensons qu''il faut normaliser et unifier les programmes d'enseignement dans les écoles publiques et privées, travailler à l'adoption de programmes éducatifs compatibles avec les exigences du marché du travail, encourager et soutenir la recherche scientifique au niveau régional. Sur le plan de la réforme de l'administration, qui est la base de la concrétisation de la politique de l'Etat et des projets économiques et sociaux, les membres de notre association ont constaté qu'elle est malheureusement devenue l'obstacle de la mise en oeuvre de ces politiques.
Pour y remédier, nous devons mettre fin au favoritisme et au clientélisme, faciliter les démarches administratives et décentraliser cette administration.
- Les paroles sont belles mais les actes sont révélateurs. Selon vous, comment peut-on assurer une bonne mise en application des recommandations de la CSMD ?
- En général, le NMD est ambitieux et encourageant. Mais il n'est pas possible d'appliquer les recommandations de la CSMD dans la 2ème décennie du 21ème siècle sans changer les mentalités des responsables et des acteurs institutionnels. Des mentalités qui pourraient freiner l'avancement de ce projet, notamment au niveau local et régional. C'est la raison pour laquelle nous avons proposé que des Directions ou des Départements gèrent les régions, et qu'ils soient sous la directivité des cadres du contrat de projets au lieu des hommes politiques.
Recueillis par Safaa KSAANI
Portrait
Les droits des jeunes, pilier de son action

Aziz El Fekkaki, né en 1992 à Témara, s'est trouvé obligé de travailler très jeune, pour subvenir à ses besoins et aider ses petites soeurs à finir leurs études. Ses conditions de vie ne l'encourageaient pas à briller à l'école, mais lui ont permis néanmoins de briller dans le domaine associatif.
Durant ses années passées au lycée « Les Orangers » à Rabat, Aziz a organisé, volontairement, plusieurs évènements, notamment dans le développement personnel et le don du sang. Ce n'est qu'au 15 décembre 2012 qu'Aziz a décidé de créer une association, baptisée « Jeunes du 21ème siècle ». Depuis ce temps-là, l'association s'est engagée dans le développement personnel des jeunes. Son engagement émane de la conscience qu'il a acquise en autodidactisme.
La faible participation des jeunes sur la scène politique a bien des raisons, selon Aziz El Fekkaki. « Le facteur majeur est le manque de confiance vis-à-vis des acteurs politiques, qui sont absents sur le terrain et dans la vie quotidienne des Marocains. C'est un fait et un sentiment ressenti par toute la population et pas uniquement par les jeunes », nous explique-t-il.
Quant à la régionalisation avancée, qui fait partie des stratégies politiques, « elle n'est pas encore maîtrisée par les politiciens. C'est encore plus difficile pour les jeunes de l'assimiler. Notre rôle en tant qu'association est de vulgariser ce concept aux jeunes », tient-il à souligner.

S. K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.