Reconfinement: la France s'attend à une récession de 11% en 2020 (ministre)    Radical. Les menaces à peine voilées de Benkirane    Dernière plongée pour Sindika Dokolo    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    PSG: Neymar forfait jusqu'à la trêve internationale    Relance économique : les associations de microcrédit bénéficieront aussi des garanties de la CCG    Casablanca: mini-tsunami à Ain Diab    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Attentat de Nice: nouveau rebondissement    En 9 mois, les tribunaux du Royaume ont enregistré plus d'un million d'affaires    Mais où est donc Charlemagne ?    Casablanca : 12 ans de prison ferme pour avoir abusé d'une mineure    Covid-19: la mort rôde partout, surtout à Casablanca    1ère édition de «Talents Africains» : Attijariwafa bank allie les jeunes et compétences pour l'avenir du continent    Algérie : Une économie au bord de la banqueroute    Météo: temps brumeux ce vendredi au Maroc    Casablanca-Settat : les détails du plan stratégique 2020-2022 du CRI    Vaccin grippal : le Ministère de la Santé rationne les quantités et met les pharmaciens en difficulté    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Et revoilà Benkirane, le retour!    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Condoléances du Roi Mohammed VI à la famille de feu Mohamed Melehi    BAM: hausse du crédit bancaire en septembre    Le Maroc dénonce l'attaque perpétrée à Nice    Air Arabia. une liaison Casablanca – Rennes pour la première fois    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Procès à distance: 8.775 audiences du 27 avril au 23 octobre    Mort de Driss Ouhab: les journalistes lui rendent hommage (PHOTOS)    Attaque dans une église à Nice: plusieurs morts et blessés (VIDEO)    Ahmed Amsrouy Belhassane, un grand capitaine de l'industrie s'en va    CRI de Casablanca-Settat : 37 MMDH d'investissements approuvés à fin septembre    Vers la création de la Chambre de commerce maroco-kényane    Botola Pro / D1 : Youssef Fertout s'engage avec le Rapide Club Oued Zem    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    Coronavirus: nouvelles guérisons au Raja    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    a Zambie se dote d'un consulat général à Laâyoune    Sahara marocain: quand les médias « algésariens » inventent de toute pièce une fake news    Abderrahman Ziani: La vivacité colorée    Que la paix soit sur l'ensemble de l'humanité    Ligue des champions : les résultats de la soirée    Laftit: une série de compétences propres seront transférées aux régions    Atteinte aux religions et prophètes : Le Conseil supérieur des ouléma dénonce    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aziz El Fekkaki : « J'encourage les jeunes à intégrer les partis politiques »
Publié dans L'opinion le 01 - 10 - 2020

"Si les jeunes étaient plus présents dans la scène politique, la crise sanitaire aurait été mieux gérée", c'est ce qu'estime Aziz El Fekkaki
- Durant les premiers mois de la crise sanitaire, des jeunes ont fait preuve de citoyenneté et de solidarité. Comment évaluez-vous les actions qu'ils ont pu mener ?
- Depuis le déclenchement de la pandémie, les jeunes ont joué un grand rôle de sensibilisation, sur les réseaux sociaux et sur le terrain. Ils ont pu organiser des campagnes de sensibilisation et se sont déplacés dans les zones reculées pour aider les familles dans le besoin. Si ces jeunes étaient encadrés politiquement, en leur permettant de faire partie des institutions partisanes et des communes, leurs activités auraient été plus fructueuses. Ils auraient pu aider les administrations centrales à mieux gérer la situation épidémiologique. Malheureusement, le ministère de l'Intérieur avait remarqué que des politiciens exploitaient des aides accordées aux communes, au profit de leur campagne électorale. D'où est venue la décision d'arrêter toutes les activités des communes.
Si on a investi l'esprit associatif des jeunes dans les décisions politiques, on aurait pu mieux gérer cette crise. D'autres idées auraient pu voir le jour. En général, aucune attention n'a été accordée aux jeunes dans les plans des politiciens.
- Que reprochez-vous aux jeunes acteurs publics à cet égard ?
- Aucune jeunesse partisane ou jeune responsable, n'a pris la peine de parler des jeunes. Aucun communiqué ou alerte n'a été publié (e) pour faire étalage du calvaire de la jeunesse, notamment ceux qui n'ont pas pu bénéficier de l'aide financière de l'Etat. On aurait pu proposer d'intégrer, dans chaque ville et région, des volontaires, qu'on forme au préalable, qu'on placera dans les hôpitaux de campagne, sous surveillance des infirmiers et des médecins. Ainsi, on aurait pu soulager ces médecins. Ce sont des idées que les personnes qui géraient la crise n'ont pas pu entrevoir.
- Que recommandez-vous pour mieux intégrer les jeunes dans la prise de décisions, au niveau régional et national ?
- A mon sens, la seule solution est que les jeunes intègrent les partis politiques, dont les bras sont ouverts à tout le monde. Avec tout le respect que nous devons aux politiciens, la majorité d'entre eux ne peuvent pas comprendre les besoins des jeunes. Nous devons tirer des leçons de l'expérience de ces personnes. Je suis membre d'un parti politique depuis 2010, et un peu moins actif depuis 2017, faute de temps, que j'ai complètement consacré à l'Association. Mon adhésion au parti politique m'a permis d'acquérir un savoir et un savoir-faire. J'encourage les jeunes à intégrer des partis politiques, pour en profiter moralement, et développer leur culture générale.
- Vous avez programmé une tournée dans les douze régions du royaume, sous le thème "Les jeunes et la régionalisation avancée, quel modèle de développement pour demain" ? Les débats des jeunes ont été interrompus par la pandémie. Où en êtes-vous actuellement ?
- Au-delà de renforcer la participation des jeunes citoyens au développement de leurs régions, de valoriser la place de la régionalisation et de renforcer le rôle de la démocratie participative dans le développement des régions, l'Association apportera une valeur ajoutée, concrète. Nous comptons remonter les recommandations et les visions des jeunes de toutes les régions, à la Commission Spéciale sur le Modèle de Développement (CSMD) avant qu'elle ne présente son rapport final à Sa Majesté le Roi Mohammed VI, à la fin de l'année.
Recueillis par Safaa KSAANI
Portrait
Il défend les droits des jeunes
Aziz El Fekkaki, né en 1992 à Témara, est issu d'une famille « pauvre », déclare-t-il avec fierté. Il s'est trouvé obligé de travailler très jeune, pour subvenir à ses besoins et aider ses petites sœurs à finir leurs études.
Ses conditions de vie ne l'encourageaient pas à briller à l'école, mais lui ont permis de briller dans le domaine associatif.
Durant ses années passées au lycée "Les Orangers" à Rabat, Aziz a organisé, volontairement, plusieurs évènements, notamment dans le développement personnel et le don du sang. Ce n'est qu'au 15 décembre 2012 qu'Aziz a décidé de créer une association, baptisée "Jeunes du 21ème siècle". Depuis ce tempslà, l'association s'est engagée dans le développement personnel des jeunes. Son engagement émane de la conscience qu'il a acquise en auto-apprentissage. La faible participation des jeunes sur la scène politique, qui est la cause principalement défendue par Aziz, a des raisons.
"Le facteur majeur est le manque de confiance vis-à-vis des acteurs politiques, qui sont absents sur le terrain et dans la vie quotidienne des Marocains. C'est un fait et un sentiment ressenti par toute la population et pas uniquement par les jeunes", nous explique-t-il.
Quant à la régionalisation avancée, qui fait partie des stratégies politiques, " elle n'est pas encore maîtrisée par les politiciens. C'est encore plus difficile pour les jeunes de l'assimiler. Notre rôle en tant qu'association est de vulgariser ce concept aux jeunes", tient-il à souligner.
S. K.
Repères
Une tournée interrompue par la pandémie
Entre le 6 mars et jusqu'au 13 juin, les membres de l'Association « Jeunes du 21ème siècle » comptaient organiser une tournée dans les douze régions du Royaume pour débattre de la régionalisation, sous le thème « Les jeunes et la régionalisation avancée, quel modèle de développement pour demain ? ». Point de départ : la région Souss-Massa. Un choix qui n'était pas fortuit. « Le choix de cette région intervient suite au discours prononcé par SM le Roi Mohammed VI, à l'occasion du 44ème anniversaire de la Marche Verte, le 6 novembre dernier, où SM a appelé au développement de la région Souss-Massa, qui peut faire office de hub économique pour le Royaume, en devenant le point de liaison entre le Nord et le Sud du Royaume », nous affirme M. Aziz El Fekkaki, président de l'Association « Jeunes du 21ème siècle ».
Le rapport de la CSMD n'échappe pas à la pandémie
Prévue a la fin du mois de juin dernier, la remise du rapport de la Commission Spéciale pour le Modèle de Développement (CSMD) a été reportée à la fin de l'année en cours. Un report qui s'explique par la crise générée par le Coronavirus, qui a bousculé l'agenda de la Commission. Le rapport doit, pour rappel, être soumis à SM le Roi Mohammed VI.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.