cosumar: Mohammed Fikrat quitte le groupe, Amine Louali nouveau DG et Hicham Belmrah prend la présidence    Sahara: Le Conseil de sécurité fait confiance à Staffan de mistura pour relancer le processus politique    Energie : une chercheuse marocaine remporte le prix ENI Award 2020 en Italie    Prix de la culture amazighe 2020: Consécration de Brahim El Mazned    ALD Automotive Maroc fait son bilan et dévoile ses ambitions futures    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Allemagne : Restrictions de voyage allégées pour les Marocains    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 octobre 2021 à 16H00    IMME : les professionnels sont optimistes    Audrey Azoulay reconduite pour un nouveau mandat à la tête de l'UNESCO    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la commission de l'UA    Cumul des mandats: Nabila Rmili, un cas isolé?    La France livre au Maroc un Algérien lié à un attentat dans lequel deux touristes sont morts    Armes chimiques dans la guerre du Rif : un parti catalan appelle Madrid à dédommager le Maroc    Hausse importante des recettes douanières en 2021    Y A-T-IL UNE OPPOSITION DANS L'HEMICYCLE ?    La police espagnole démantèle un réseau terroriste algérien affilié à Daech    Afghanistan: Des explosions dans une mosquée chiite de Kandahar font au moins 32 morts et 53 blessés    Coronavirus. AstraZeneca met au point un traitement contre le Covid-19    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 15 Octobre 2021    Israël: Le déplacement des ministres de la Défense et de l'Economie au Maroc confirmé    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    DHJ-JSS au sommet de la 6ème journée    Mohamed Tazi: « Nous espérons drainer 1 milliard de plus de chiffre d'affaires en 2 ans »    Déconfinement culturel : WeCasablanca réveille son festival    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    L'Algérie a-t-elle tué ses propres soldats pour un casus belli avec le Maroc ?    Hitachi ABB Power Grids devient Hitachi Energy    L'eurodéputé danois Søren Gade souligne la nécessité de préserver les bonnes relations entre l'UE et le Maroc    Créée par l'association EMA : «Al Yarmouk», une nouvelle école de la deuxième chance à Nouaceur    L'ancien président américain Bill Clinton hospitalisé pour une septicémie    Prévisions météorologiques de ce vendredi    Joe Biden annonce de nouveaux dons de vaccins pour l'Afrique    Edito : Feu vert    Maroc: le pass sanitaire bientôt obligatoire dans les lieux publics ?    Football / IRT : En attendant l'élection d'un nouveau président, une commission provisoire pour combler le vide    Football : Hors jeu automatisé au Mondial Qatar 2022    L'Agence marocaine antidopage tient son 3ème Conseil d'administration    Pseudo-révélations sur un projet d'attaques en Algérie : pour Anouar Malek, «les services de Tebboune ont sombré dans le ridicule»    Fathallah Sijilmassi devient le premier directeur général de la Commission de l'UA    TIBU lance 3 initiatives à fort impact social    Halilhodzic tacle sèchement un journaliste marocain    Leeds, Naples et l'AS Rome sur Mazraoui    «Il faut résister à l'uniformisation de la musique de film»    Festival : le court métrage se dévoile à Kelaâ des Sraghna    «Sur les pas d'Ibnou Arabi» : Exposition de Loubaba Laalej à Dar Chrifa    «Ana Maghribi.a»: Lancement de la 8ème édition    Elim. Mondial 2022: les Lions de l'Atlas montent en puissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Opinion : Algérie ou pas, ça gaze pour le Maroc
Publié dans L'opinion le 14 - 09 - 2021

Le 31 octobre prochain, le contrat de transit liant le Maroc, l'Espagne et l'Algérie concernant le Gazoduc Maghreb-Europe (GME) arrive à expiration. Au vu de la situation actuelle des relations maroco-algériennes, rompues unilatéralement par le régime des généraux, tout indique que ce contrat ne sera pas renouvelé. En attendant, les responsables algériens présentent cette résiliation comme une punition contre le Maroc et commencent d'ores et déjà à bomber le torse, comme à leur habitude, prédisant même au Royaume misère, damnation et retour à l'âge de pierre et du feu de bois.
En coupant l'ultime canal de coopération et de partenariat entre le Maroc et l'Algérie qui avait pourtant continué à fonctionner même aux heures les plus sombres des relations entre les deux pays, du milieu jusqu'à la fin des années 1990, les généraux algériens croient saborder l'élan économique et industriel du Maroc et espèrent freiner sa domination naissante et grandissante sur les marchés de l'automobile et de l'aéronautique, entre autres.
Ensuite et après avoir condamné les frontières, 27 années durant, ils veulent sectionner avec cette rupture du contrat du GME l'ultime veine de communication entre deux pays jumeaux et rompre tout échange entre leurs deux peuples. Evidemment, de ces sombres desseins, il n'en sera rien. Non seulement les échanges entre les peuples persisteront et se développeront, car il s'agit de relations quasi-filiales et familiales, mais l'élan du Maroc ne sera nullement contrarié par cet ultime acte d'hostilité qu'est l'arrêt du GME.
L'Algérie, elle, en revanche, a beaucoup de soucis à se faire. En plus de la dévaluation continue du dinar face à l'euro et au dollar, dévaluation qui a creusé le déficit de sa balance commerciale grevée par la faiblesse de sa production nationale en denrées de première nécessité et par l'inflation des importations, l'Algérie voit de surcroît ses réserves en gaz et en hydrocarbures décliner année après année. Ce qui augure de lendemains sombres qui aiguisent déjà l'appétit de certaines puissances rompues au colonialisme économique.
Pour sa part, le Royaume et en attendant la finalisation du projet de Gazoduc Maroc-Nigeria, ne manque pas d'options pour se ravitailler sur le marché désormais très concurrentiel du Gaz Naturel Liquéfié (GNL) dont l'allié américain est l'un des plus grands producteurs mondiaux. Et ça tombe bien, puisqu'il semblerait qu'Aziz Akhannouch, le nouveau chef du gouvernement récemment nommé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, soit un as du ravitaillement en gaz et en hydrocarbures.

Majd EL ATOUABI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.