Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rupture Maroc-Algérie : le gazoduc Maghreb-Europe (GME), victime collatérale ?
Publié dans Barlamane le 26 - 08 - 2021

L'Algérie est le premier fournisseur de gaz naturel de l'Espagne. Les deux pays sont reliés depuis 1996, via le Maroc, par le gazoduc Maghreb Europe (GME), dont la construction a été entamée en 1994, et qui alimente également le Portugal.
La récente décision de l'Algérie de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc a accru l'incertitude et l'inquiétude quant à l'avenir stratégique du gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui, depuis sa mise en service en octobre 1996, a acheminé des millions de mètres cubes de gaz du désert algérien vers l'Espagne. Ce gazoduc qui traverse le territoire marocain est vital pour les trois pays et pour l'Europe.
Le Maroc s'est engagé à poursuivre sa collaboration avec l'Algérie, et a donné son accord au maintien sur son territoire du gazoduc reliant les gisements de son voisin à l'Europe. Bien que le flux n'ait pas été interrompu, la possibilité d'un changement significatif de ses conditions actuelles et même d'une fermeture se profile désormais plus fortement, car le contrat signé expire le 31 octobre sans que les négociations pour le prolonger ne semblent progresser, écrit l'agence EFE.
Il y a quelques jours, la directrice générale de l'Office marocain des hydrocarbures et des mines, Amina Benkhadra, a assuré que Rabat était favorable au renouvellement du contrat de la dite l'autoroute du gaz, «un pipeline de plus de 1 400 kilomètres de long par lequel transitent près de 9 000 millions de mètres cubes de gaz chaque année.» «La volonté du Maroc de maintenir cette voie d'exportation a été clairement affirmée de manière constante, à tous les niveaux, depuis plus de trois ans», a déclaré Amina Benkhadra à l'Agence marocaine de presse (MAP).
Un enthousiasme que l'Algérie ne semble pas partager, selon les déclarations d'analystes locaux cités par des médias d'Etat, comme l'agence de presse locale APS qui, dans une dépêche publiée le 21 août, a qualifié l'intérêt du Maroc de «factice». La Sonatrach, pour rappel, est propriétaire et opérateur de la section algérienne du gazoduc (environ 520 km) qui va de Hassi R'Mel à la frontière avec le Maroc ; la section marocaine (environ 522 km) est propriété du Royaume chérifien, la section andalouse (San Roque) fait environ 270 km de long tout comme celle de la section portugaise, sans compter la section de 270 km en territoire de la communauté autonome d'Estremadure.
Considérée comme clé de la politique énergétique méditerranéenne, l'exploitation du GMC, fruit du partenariat entre la société espagnole Enagas et la société nationale algérienne des hydrocarbures Sonatrach, nécessite une collaboration étendue et constante entre Alger, Rabat et Madrid dans les quatre tronçons du gazoduc.
Le passage par son territoire rapporte au Maroc avec environ 800 millions de mètres cubes de gaz naturel pour couvrir une partie de ses besoins énergétiques, plus un montant de commissions qui avoisine les 7 % et représente environ 200 millions d'euros par an.
Conscient de cette situation, et bien que le gazoduc ne soit pas aussi vital pour sa stratégie énergétique qu'il n'y paraît pour l'Algérie et l'Europe, «le Maroc a pris des mesures ces dernières années pour étayer ses propres besoins de sécurité énergétique», a-t-on annoncé.
«Le Maroc a donné un coup d'accélérateur à des projets en faveur des énergies renouvelables locales par exemple, et travaille également sur un éventuel plan d'importation de GNL, via une unité flottante de stockage et de regazéification (FSRU)», explique l'analyste énergétique Ed Reed, expert de la Région.
Outre le GME, géré par la société «Europe-Magreb Pipeline (EMPL)» – à laquelle participent le groupe espagnol Naturgy et l'énergéticien portugais Transgas, ainsi que la SNPP marocaine et la Sonatrach elle-même -, l'Algérie fournit du gaz à l'Espagne et vers l'Europe par un autre gazoduc qui part du même désert et traverse la Méditerranée pour se terminer à Almería.
Gérées par Sonatrach et Naturgy, les deux sociétés travaillent ensemble pour augmenter leur capacité de 2 milliards de mètres cubes par an d'ici fin 2021, un montant qui ne compenserait en aucun cas une éventuelle fermeture du gazoduc Maghreb Europe.
L'Algérie perdrait ainsi la possibilité d'envoyer près de 6 000 millions de mètres cubes de gaz par an vers l'Europe, ce qui causerait de graves dommages à son économie fragilisée, totalement dépendante des énergies fossiles : le pétrole et le gaz représentent 95% de ses exportations annuelles.
«Derrière les positions diplomatiques belliqueuses algériennes, les négociations se poursuivent. Alger ne peut pas se passer des services de son voisin, du moins pour le moment», assurent des sources diplomatiques à EFE.
Le Maroc est enclin à ouvrir le gazoduc à d'autres partenaires afin de bénéficier de l'impulsion des entreprises européennes, tandis que l'Algérie trouve peu d'alternatives, puisque son engagement auprès des méthaniers à travers Hyproc, la filiale de transport maritime de Sonatrach, ne suffit pas non plus à compenser le trou économique qu'entraînerait la possible fermeture du GME.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.