Banques participatives: les financements augmentent de 26,7% à fin août    Ultime sondage: Lula toujours grand favori de la présidentielle au Brésil    Le Ministère de la Santé lance la campagne de sensibilisation et de dépistage des Cancers du Sein et du Col de l'Utérus    Attentat contre la mission de l'ONU en RDC: Guterres appelle à une enquête Politique    L'ouragan Ian laisse dans son sillage une Floride dévastée    Le Maroc compte présenter sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Institut Choiseul. Qui sont ces 12 dirigeants marocains dans le top 100 meilleurs Africa 2022    Le temps qu'il fera au Maroc, ce dimanche 2 octobre    L'Boulevard: les organisateurs prennent « très au sérieux » les témoignages de viols    L'Ambassade du Maroc met en place une cellule de suivi de la situation au Burkina Faso    Burkina Faso: Le chef de l'ONU condamne "toute tentative" de prise de pouvoir par la force    CHAN 2022 : Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    CHAN-2022 (tirage): Le Maroc hérite du Soudan, Madagascar et Ghana    Mondial de football pour amputés / Maroc-Irlande (6-0) : Très belle entame marocaine    Botola : Les résultats de la 4e journée    L'aéroport de Marrakech a affiché un taux de récupération de 91% en août    L'équipe du Maroc remporte le titre du All Africa Golf Championship 2022 en Egypte    SM le Roi félicite le Prince héritier d'Arabie Saoudite suite à sa nomination président du Conseil des ministres    Mohamed Joudar élu nouveau Secrétaire général de l'UC    Tanger: Un Colombien interpellé pour trafic de drogues par avions légers    Annulation des vols de la RAM vers et depuis Ouagadougou du 1er au 2 octobre    L'Boulvart souhaite l'ouverture d'une enquête sur les témoignages de viols lors du concert    Pêche : Le Maroc et la Mauritanie signent un programme exécutif 2023-2024    La Galerie Banque Populaire inaugure sa rentrée culturelle    Casablanca: La première soirée de L'Boulevard vire au chaos    Scandale. Des contrebandiers du Polisario coincés révèlent les noms de leurs complices hauts gradés de l'armée algérienne    Annulation des vols de la RAM vers/depuis Ouagadougou des 1er et 02 octobre    L'Association Nationale des Eleveurs Ovins et Caprins tient son AG à Meknès    Elections au Québec: Le chef d'un parti exclut deux candidats pour des propos antimusulmans    Vingt individus interpellés pour liens présumés avec un réseau d'immigration illégale    Covid-19/Maroc : 3.087 PCR réalisés en 24H    Plus de six tonnes de drogue incinérées à Dakhla    Burkina: déploiement de militaires à Ouagadougou après de nouveaux tirs    Le Maroc présentera sa candidature pour l'organisation de la CAN-2025 de football    Victoire historique de nos Lions équipe Amputé!    Diaspo #258 : Fattah Abbou enseigne la musique amazighe aux Américains    Délais de paiement : Détails du nouveau projet de loi adopté par le gouvernement    Carburant. Baisse des prix à la pompe, dès ce samedi 1er octobre    Opération non-notifiées : le Conseil de la Concurrence durcit le ton et enchaine les sanctions    Nouakchott: Sadiki reçu par le Premier ministre mauritanien    Les camps de Tindouf sont totalement abandonnés par l'Algérie « dans des conditions scandaleuses »    Gasoil/essence: le gouvernement travaille sur les recommandations du Conseil de la concurrence    Symphonyat 2022. « L'art n'a pas de religion »    Conseil de gouvernement : Le mandat des membres du CNP prorogé de six mois    Juan Vivas appelle au maintien de l'obligation de visa pour tous les Marocains se rendant à Ceuta    Festival du court métrage de Marrakech : «Ultimate Ink» de Yazid El Kadiri primé    Jazz au Chellah : Un concert d'ouverture inédit avec Arifa, Soukaina Fahsi et Aziz Ouzous    L'Institut français de Tanger expose ses priorités    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rupture Maroc-Algérie : le gazoduc Maghreb-Europe (GME), victime collatérale ?
Publié dans Barlamane le 26 - 08 - 2021

L'Algérie est le premier fournisseur de gaz naturel de l'Espagne. Les deux pays sont reliés depuis 1996, via le Maroc, par le gazoduc Maghreb Europe (GME), dont la construction a été entamée en 1994, et qui alimente également le Portugal.
La récente décision de l'Algérie de rompre les relations diplomatiques avec le Maroc a accru l'incertitude et l'inquiétude quant à l'avenir stratégique du gazoduc Maghreb-Europe (GME) qui, depuis sa mise en service en octobre 1996, a acheminé des millions de mètres cubes de gaz du désert algérien vers l'Espagne. Ce gazoduc qui traverse le territoire marocain est vital pour les trois pays et pour l'Europe.
Le Maroc s'est engagé à poursuivre sa collaboration avec l'Algérie, et a donné son accord au maintien sur son territoire du gazoduc reliant les gisements de son voisin à l'Europe. Bien que le flux n'ait pas été interrompu, la possibilité d'un changement significatif de ses conditions actuelles et même d'une fermeture se profile désormais plus fortement, car le contrat signé expire le 31 octobre sans que les négociations pour le prolonger ne semblent progresser, écrit l'agence EFE.
Il y a quelques jours, la directrice générale de l'Office marocain des hydrocarbures et des mines, Amina Benkhadra, a assuré que Rabat était favorable au renouvellement du contrat de la dite l'autoroute du gaz, «un pipeline de plus de 1 400 kilomètres de long par lequel transitent près de 9 000 millions de mètres cubes de gaz chaque année.» «La volonté du Maroc de maintenir cette voie d'exportation a été clairement affirmée de manière constante, à tous les niveaux, depuis plus de trois ans», a déclaré Amina Benkhadra à l'Agence marocaine de presse (MAP).
Un enthousiasme que l'Algérie ne semble pas partager, selon les déclarations d'analystes locaux cités par des médias d'Etat, comme l'agence de presse locale APS qui, dans une dépêche publiée le 21 août, a qualifié l'intérêt du Maroc de «factice». La Sonatrach, pour rappel, est propriétaire et opérateur de la section algérienne du gazoduc (environ 520 km) qui va de Hassi R'Mel à la frontière avec le Maroc ; la section marocaine (environ 522 km) est propriété du Royaume chérifien, la section andalouse (San Roque) fait environ 270 km de long tout comme celle de la section portugaise, sans compter la section de 270 km en territoire de la communauté autonome d'Estremadure.
Considérée comme clé de la politique énergétique méditerranéenne, l'exploitation du GMC, fruit du partenariat entre la société espagnole Enagas et la société nationale algérienne des hydrocarbures Sonatrach, nécessite une collaboration étendue et constante entre Alger, Rabat et Madrid dans les quatre tronçons du gazoduc.
Le passage par son territoire rapporte au Maroc avec environ 800 millions de mètres cubes de gaz naturel pour couvrir une partie de ses besoins énergétiques, plus un montant de commissions qui avoisine les 7 % et représente environ 200 millions d'euros par an.
Conscient de cette situation, et bien que le gazoduc ne soit pas aussi vital pour sa stratégie énergétique qu'il n'y paraît pour l'Algérie et l'Europe, «le Maroc a pris des mesures ces dernières années pour étayer ses propres besoins de sécurité énergétique», a-t-on annoncé.
«Le Maroc a donné un coup d'accélérateur à des projets en faveur des énergies renouvelables locales par exemple, et travaille également sur un éventuel plan d'importation de GNL, via une unité flottante de stockage et de regazéification (FSRU)», explique l'analyste énergétique Ed Reed, expert de la Région.
Outre le GME, géré par la société «Europe-Magreb Pipeline (EMPL)» – à laquelle participent le groupe espagnol Naturgy et l'énergéticien portugais Transgas, ainsi que la SNPP marocaine et la Sonatrach elle-même -, l'Algérie fournit du gaz à l'Espagne et vers l'Europe par un autre gazoduc qui part du même désert et traverse la Méditerranée pour se terminer à Almería.
Gérées par Sonatrach et Naturgy, les deux sociétés travaillent ensemble pour augmenter leur capacité de 2 milliards de mètres cubes par an d'ici fin 2021, un montant qui ne compenserait en aucun cas une éventuelle fermeture du gazoduc Maghreb Europe.
L'Algérie perdrait ainsi la possibilité d'envoyer près de 6 000 millions de mètres cubes de gaz par an vers l'Europe, ce qui causerait de graves dommages à son économie fragilisée, totalement dépendante des énergies fossiles : le pétrole et le gaz représentent 95% de ses exportations annuelles.
«Derrière les positions diplomatiques belliqueuses algériennes, les négociations se poursuivent. Alger ne peut pas se passer des services de son voisin, du moins pour le moment», assurent des sources diplomatiques à EFE.
Le Maroc est enclin à ouvrir le gazoduc à d'autres partenaires afin de bénéficier de l'impulsion des entreprises européennes, tandis que l'Algérie trouve peu d'alternatives, puisque son engagement auprès des méthaniers à travers Hyproc, la filiale de transport maritime de Sonatrach, ne suffit pas non plus à compenser le trou économique qu'entraînerait la possible fermeture du GME.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.