Conseil des ministres: Examen des Orientations générales du Projet de Loi de Finances 2022 ainsi que des nominations aux fonctions supérieures    Conseil des ministres: Les Orientations générales du projet de loi de finances pour l'année 2022    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Mohamed Benchaâboun nommé ambassadeur du Maroc en France    Ligue des champions : Le Raja au vert, le Wydad au rouge    Pétrole et gaz : Une compagnie israélienne s'apprête à explorer au large de Dakhla    Egalité de genre : La participation des femmes à la vie politique progresse, les inégalités persistent    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    L'Opinion : Le défi malien    Compteur coronavirus : 269 nouveaux cas positifs, 7 décès enregistrés en 24H    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Un responsable UE salue «l'engagement fort» de la société civile marocaine    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Cybersécurité : Telegram, nouveau Dark Web pour les cybercriminels
Publié dans L'opinion le 23 - 09 - 2021

Telegram a explosé en tant que plaque tournante pour les cybercriminels cherchant à acheter, vendre et partager des données volées et des outils de piratage, selon une enquête menée par le Financial Times et les chercheurs en sécurité informatique de Cyberint.
Une étude du groupe de Cyberint, en collaboration avec le Financial Times, a révélé un réseau croissant de pirates informatiques partageant des fuites de données sur la plateforme de messagerie populaire, Telegram, parfois dans des canaux comptant des dizaines de milliers d'abonnés, attirés par sa facilité d'utilisation et sa modération.
Dans de nombreux cas, le contenu est similaire à celui des marchés sur le Dark Web, un groupe de sites Web cachés populaires auprès des pirates informatiques et auxquels on accède avec un logiciel d'anonymisation spécial. Sur cette messagerie instantanée qui offre du chiffrement de bout en bout, les cybercriminels vendent des données personnelles.
« Son service de messagerie chiffrée est de plus en plus populaire parmi les acteurs de la menace qui mènent des activités frauduleuses et vendent des données volées... Car il est plus pratique à utiliser que le Dark Web. En outre, Telegram est moins susceptible d'être surveillé par les autorités », affirme Tal Samra, analyste des cybermenaces chez Cyberint.
Le pic d'activités néfastes est dû, selon l'enquête, au fait que les utilisateurs ont afflué vers l'application de chat cryptée plus tôt cette année, après les modifications apportées à la politique de confidentialité de WhatsApp, incitant les cybercriminels à rechercher des alternatives.
Lancé en 2013, Telegram permet aux utilisateurs d'envoyer des messages à un public via des « canaux » ou de créer des groupes publics et privés auxquels d'autres peuvent facilement accéder. Les utilisateurs peuvent également envoyer et recevoir des fichiers de données volumineux, y compris des fichiers ZIP, directement depuis l'application.
Selon Cyberint, le nombre de mentions dans Telegram de « Email : pass » et « Combo », un langage de piratage qui indique que les listes de courriels et de mots de passe volés sont partagées, a quadruplé pour atteindre près de 3400 au cours de la dernière année.
En effet, les fuites de mots de passe par e-mail ne représentent qu'une fraction de l'activité inquiétante sur Telegram. D'autres types de données échangées incluent des données financières telles que des informations de carte de crédit, des copies de passeports et des informations d'identification pour les comptes bancaires et les sites Web comme Netflix. Les criminels en ligne partagent également des logiciels malveillants, des exploits et des guides de piratage via l'application, a déclaré Cyberint.
Alors qu'il planifie une future introduction en bourse et examine l'introduction de la publicité sur son service, l'utilisation de Telegram par la pègre cybercriminelle pourrait faire pression sur la plateforme basée à Dubaï pour qu'elle intensifie sa modération de contenu.
Kawtar CHAAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.