Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Aérien. Le Canada rouvre les vols directs en provenance du Maroc    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Témoignage : «Monkachi, un homme politique»
Publié dans L'opinion le 26 - 09 - 2021

Abdellah El Amrani, journaliste et écrivain, patron du magazine La Vérité, nous livre un récit où il dresse un portrait succinct et conséquent de son ami de plusieurs décennies. Des noms sismiques s'y glissent.
Avant d'être journaliste, Boubker Monkachi était un politique. Il est tombé très jeune dans la marmite politique concoctée par Mehdi Ben Barka en personne. Puisque le célébrissime homme de gauche marocain n'était autre que le correspondant à Rabat du petit Boubker venu en 1956 de son Ouazzane natal poursuivre ses études en élève interne au collège Moulay Youssef.
Son frère aîné Ssi Thami, un lauréat d'Al Karawiyine et militant visible de l'Istiqlal, sollicitant assistance à son ami Mehdi Ben Barka pour satisfaire à cette exigence administrative, va être surpris de voir le président du conseil consultatif de l'époque se porter volontaire en personne à cette mission familiale.
C'est à partir de cet épisode que vont se tisser des liens indéfectibles entre les deux hommes. C'est pourquoi l'assiduité d'une relation avec Mahjoub Ben Seddik ne commencera qu'après la disparition en octobre 65 à Paris de l'illustre Mehdi. Et ce fut par le truchement de My Abdallah Ibrahim de l'UNFP que Boubker fréquentait le siège de l'UMT où l'illustre marrakchi occupa un bureau après avoir quitté la présidence du conseil des ministres.
Mohamed Fechtali, un des fondateurs de l'UMT m'avait confié en 1974, lorsque j'étais chargé de la traduction de l'éditorial d'Abdallah Ibrahim dans l'hebdomadaire arabophone Al Ittihad Al Watani Lil 9ouwat Acha3biya, que My Abdallah demandait régulièrement après Boubker pour lui tenir compagnie dans son bureau à la bourse travailliste. «Il apprécie de converser avec le jeune Boubker», concluait-il.
Lettre ouverte à Sartre
Lycéen, je suivais déjà Boubker dans l'hebdomadaire Libération que dirigeait un certain Professeur Mohamed Lahbabi. Son article publié en 1965 dans ce journal et intitulé «Lettre ouverte à Jean-Paul Sartre» était devenu pour moi un texte que je conservais comme une relique et lisais religieusement.
Je n'oublie pas que c'est dans sa bibliothèque familiale, c'est à dire la mienne, que j'ai découvert Sartre, Camus, Simone de Beauvoir, Hemingway et tant d'autres. Boubker Monkachi était lecteur et collectionneur. Il a cherché, fouiné, déniché dans les archives, les marchés aux puces ou plus récemment sur Internet des documents consacrés à l'histoire des pensées et des civilisations. C'est lui qui me fit lire en 84 «Le livre des morts Tibétains».
En 2010 alors que je recevais en sa présence un journaliste algérien dans la rédaction de mon hebdomadaire La Vérité, qui avait élu domicile dans la villa lui appartenant et jouxtant la sienne, la discussion s'anima au sujet de l'avenir du Maghreb. Le journaliste algérien évoqua soudainement le nom du leader kabyle Aït Ahmed. Du coup, Boubker se leva et s'éclipsa quelques minutes pour revenir avec quelques livres d'Aït Ahmed tous dédicacés élogieusement à l'attention de Boubker.
Membre fondateur du SNPM
Monkachi aimait répéter la fameuse phrase du général de Gaulle, à qui l'on attribue la remontrance lancée aux personnels du CNRS qui réclamaient des subventions : «Des chercheurs qui cherchent, j'en trouve. Mais des chercheurs qui trouvent, j'en cherche.»
Boubker, lui, cherchait et trouvait ! Ses mémoires sont sûrement entreposées dans différents endroits de son domicile. Il m'en parlait rarement mais sa quête à en savoir davantage sur certains détails trahissait ses intentions éditoriales. Malheureusement, je n'ai jamais osé lui parler ouvertement de la question pour avoir le coeur net.
Aujourd'hui, ma contribution à l'hommage rendu à notre cher disparu est bien modeste. Son parcours professionnel a été suffisamment évoqué et je souhaite davantage d'occasions pour parler de ses apports stratégiques à l'institutionnalisation de notre métier par la cofondation du Syndicat national de la presse marocaine (SNPM) aux côtés d'Abdelkrim Ghallab, Ali Yata et Omar Benjelloun.
De même qu'il importe de jeter un éclairage sur ses fidélités en amitié notamment celle qui l'a lié au grand dramaturge Abdessamad El Kenfaoui et pour lequel il s'est débattu aux côtés de son épouse pour assurer au créateur le rayonnement qu'il mérite. 24 heures avant sa dernière hospitalisation, Boubker se plaignait à moi au téléphone de la solitude qui est devenue la sienne depuis le départ, il y a moins d'un an, de Ninette, la femme de sa vie.
Abdallah EL AMRANI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.