Agence africaine du médicament. Bataille fratricide entre le Maroc, l'Algérie et la Tunisie    Change: Le dirham s'apprécie face à l'euro    Opération Marhaba. Les navires, les compagnies, le pavillon marocain, les réservations, la hausse des prix,... tout sur la traversée maritime    Mbappé: « La déception du Real est à la hauteur de mes hésitations »    Monkeypox: Quel plan de riposte pour le MSPS?    A Beni Mellal, un policier tire sur ses voisins trop bruyants    Coronavirus au Maroc: 98 contaminations ce dimanche, aucun décès à déplorer    Education. Voici les nouvelles dates des examens scolaires    Journée de l'Afrique. Lahcen Mahraoui en première ligne à Dublin    Football / Match amical Etats Unis-Maroc : Le sélectionneur américain dévoile sa liste de joueurs    UPA: Le président du parlement émirati salue le rôle du Roi Mohammed VI dans le soutien des Maqdissis    Le PPS exprime appelle à la libération immédiate des dirigeants du PC soudanais    Blé: la menace de pénurie guette les pays importateurs    SM le Roi félicite le club de la renaissance sportive de Berkane    Boutasaa s'offre une masterclass pour ses débuts    «Je suis fier de gagner ce titre»    Foot. Mbappé préfère le PSG au Real Madrid et se fait attaquer par les Espagnols    Epargne: les OPCVM, levier de financement au sortir de la crise    SM le Roi fait de la sécurité alimentaire une priorité stratégique pour le Royaume    Wall Street ne parvient pas à stopper sa baisse    Colombie: Ingrid Betancourt jette l'éponge    Moudhaffar Al Nawab, voix du peuple irakien, n'est plus    Créances douteuses liées aux moratoires : quel risque sur la solvabilité du secteur public ?    Québec réduit les frais de scolarité pour les étudiants étrangers en région    Africités 9: le Maroc a choisi une ligne claire de coopération avec les pays africains    Bilan de la COP15: restaurer un milliard d'hectares de terres dégradées d'ici 2030    Instafood : Le restaurant 2.0 de Rabat    Le Maroc participe à la foire internationale de l'agriculture de Novi en Serbie    Maroc - Algérie : Lamamra dément une médiation saoudienne    L'Algérie agacée par une lettre de députés marocains au Parlement européen sur les violations à Tindouf    Grand Prix d'Afrique : Mission accomplie avec succès pour Marrakech (vidéo)    Semi-marathon de Brooklyn à New York: A peine à la ligne d'arrivée, un athlète rend l'âme    Canada/Intempéries: Quatre morts et 900.000 foyers privés d'électricité    Tornade à Michigan: deux morts et 23 blessés    Le président du Conseil national des EAU salue le rôle pionnier de SM le Roi dans le soutien des Maqdissis    Migrations: aux portes des Etats-Unis, des drames et des enfers    Amélioration de l'école publique : un formulaire pour recueillir les avis des citoyens    L'Humeur : Des collègues de la scène du crime    Nesting : Quand rester chez soi devient la tendance    USA: Joe Biden qualifie les cas de Monkeypox dans le monde de "préoccupants"    Interview avec Neila Tazi : « Nous ne quittons pas Essaouira, elle est la capitale de la tagnaouite »    Festival : Jazzablanca, le fond et la forme    UNESCO / Cannes : Audrey Azoulay veut que le cinéma africain se réalise    Météo au Maroc: les prévisions du dimanche 22 mai    Diaspo #240 : Youssef Anegay, guitariste à Strasbourg indissociable de Lazywall    Le Maroc récolte les fruits d'une riche expérience institutionnelle des Rois de la Dynastie Alaouite    Yasmina Sbihi : «Les figures féminines de la sainteté sont des modèles de leadership» [Interview]    Gnaoua Festival Tour dévoile sa programmation    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France/Algérie : Rente électorale VS Rente mémorielle
Publié dans L'opinion le 03 - 10 - 2021

La France, en sa qualité d'ancienne puissance coloniale qui a sévi au Maroc comme en Algérie et qui, du fait d'une décolonisation mal négociée et non dénuée d'arrière-pensées, a semé entre ces deux pays les graines d'une bellicosité permanente (ne serait-ce qu'au niveau du tracé frontalier), a une responsabilité historique et directe dans les soubresauts qui secouent actuellement le Maghreb. Elle est de ce fait tenue de faire preuve d'apaisement, voire de contrition, à l'égard des peuples de cette région en proie aujourd'hui à toutes sortes de frustrations, de risques et de menaces. Or, les propos que vient de tenir le Président Français, Emmanuel Macron, à l'égard de l'Algérie, sont loin d'apporter l'apaisement nécessaire.

En reniant à l'Algérie sa qualité d'Etat-Nation et en l'amputant de toute profondeur historique, le Président Français froisse le sentiment nationaliste de millions d'algériens. Et en mitraillant à juste titre le régime politico-militaire « fatigué et fragilisé » qui les gouverne d'une main de fer, il ne fait que renforcer ce même régime outrageusement porté sur les théories complotistes pour se maintenir en place en tant que bouclier contre d'hypothétiques ennemis extérieurs, dont et principalement le Maroc.

Quelques jours à peine après le discours enflammé du Président Algérien Abdelmajid Tebboune sur la « puissance de frappe de l'Algérie » et à la veille de la reprise des manifestations du Hirak algérien, le mardi 5 octobre, la sortie de Macron résonne comme un lâchage total du régime des généraux. Il est à ce propos intéressant de voir comment le discours de Macron à l'égard des dirigeants algériens a évolué en l'espace d'un quinquennat. Très conciliant à la veille des élections présidentielles de 2017 lorsqu'il avait qualifié la colonisation française de l'Algérie de « crime contre l'humanité », le Président Français qui s'adressait à l'époque aussi bien à l'électorat franco-algérien qu'au régime mourant du président destitué, Abdelaziz Bouteflika, a aujourd'hui complétement changé de posture.

Sans doute emporté par l'actuelle dérive électoraliste raciste, Lepeniste et surtout Zemmourienne, Emmanuel Macron a multiplié durant les dernières semaines les indélicatesses à l'égard de l'Algérie. D'abord en réhabilitant le passif Harki, puis en réduisant de moitié le quota des visas français octroyés, et maintenant en dépossédant le peuple algérien de son aspiration nationaliste légitime d'Etat-Nation. En dépit des tensions actuelles avec le régime agonisant des généraux, on ne peut que déplorer ces positions imprudentes qui ne feront qu'envenimer davantage une situation régionale déjà suffisamment compliquée.

Majd El Atouabi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.