ONU : Plus de 60 jeunes marocains participent à New York à l'initiative "Future we Want"    Compteur Coronavirus : 121 nouveaux cas positif, un seul décès en 24H    Premier League : Haaland ouvre son compteur pour City, United déjà dans le dur    Météo Maroc: les températures en baisse ce lundi    Renault met le paquet sur l'électrique en France, quid du Maroc ? (VIDEO)    Baignade dans les fontaines à Fès: ce qu'a décidé le conseil communal    À Rabat, un mouvement de contestation contre les «défaillances» du CCME le 11 août    Ammouta de retour au Wydad?    Marocains, il est temps d'économiser l'eau !    Visas Schengen: les Marocains dépités    Motsepe se félicite de la belle réussite de la WAFCON    Date limite de consommation: les autorités sanitaires redoublent de vigilance    Oualidia : pourquoi c'est une destination incontournable pour les vacances    Côte d'Ivoire : Alassane Ouattara signe un décret accordant la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo    Mer de Chine : Pékin annonce des manoeuvres près des Corées    El Jadida : Coup d'envoi du Moussem Moulay Abdellah Amghar    Rabat : La 1ère édition du « Rab'Africa Summer Festival » continue jusqu'au 14 août    Halte aux actes de vandalisme!    Amallah vois double    Mondiaux juniors: Le Marocain Benyazide remporte le bronze du 3000 m steeple    Réunion constitutive du Congrès scientifique universitaire sur les droits de l'Homme    Ukraine. Amnesty international épinglée en Ukraine    Maroc : Partis et ONG dénoncent l'agression israélienne à Gaza    Tunisie : Mise en échec de trois tentatives de migration clandestine    Covid-19 au Maroc : 121 nouvelles infections et 1 décès ce dimanche    Cyberattaque : le site web de la FSDM piraté par un hacker algérien    Festival Al Fida National de théâtre, un souffle de renouveau pour le théâtre    Hommage appuyé à cinq grandes figures du 7ème art marocain    Ligue 1 / Clermont vs PSG (0-5) : Achraf Hakimi buteur    Des plages de poésie à la Cité des Alizés...    Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation dans la bande de Gaza    Gaza: le bilan passe à 31 morts dont six enfants    Lasaad Dridi, nouvel entraîneur de l'Olympique Khouribga    Ain Leuh: Ouverture du 21è Festival national d'Ahidous    Vidéo. Eliminatoires CAN beach-soccer (Maroc-Côte d'Ivoire): La sélection ivoirienne se retire    Températures prévues pour le lundi 08 août 2022    Rabat: Le nouveau parking souterrain Bab Chellah ouvre ses portes au public    Regain de tension entre Israël et le Jihad islamique à Gaza : le Maroc préoccupé    Le chanteur français Daniel Lévi n'est plus    L'Humeur : Deux feux, deux mesures    Eté : Le bronzage, une obsession mauvaise pour la santé    Le Sénégal accuse la police canadienne d'avoir «sauvagement tabassé» une de ses diplomates    12C de l'OMC : Quels intérêts économiques pour le Maroc et l'Afrique ?    Céréales: cinq nouveaux cargos quitteront l'Ukraine dimanche    Magazine : Les Frères Jackfruit, Atlas attitude et Souss system    Gaza : Le Maroc suit avec une vive inquiétude la grave détérioration de la situation et appelle à éviter davantage d'escalade    Elon Musk accuse Twitter de "fraude"    La revue de presse du samedi 6 août    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Guerre d'Algérie : quelques mois avant la présidentielle, le geste peu désintéressé d'Emmanuel Macron
Publié dans Barlamane le 20 - 09 - 2021

Des rendez-vous sensibles relatifs à la réconciliation mémorielle sont programmés à l'approche de la présidentielle d'avril 2022 alors que les Harkis représentent un électorat courtisé par le Rassemblement national (extrême droite) et la droite.
Le président français Emmanuel Macron préside lundi une réception consacrée aux Harkis, pour «franchir un nouveau pas» vers la reconnaissance de la responsabilité de l'Etat dans les souffrances de ces anciens combattants aux côtés de l'armée française durant la Guerre d'Algérie (1954-1962).
Ont été invitées à l'Elysée, siège de la présidence, quelque 300 personnes: des Harkis, qui sont désormais très âgés, soixante ans après la fin du conflit, mais aussi leurs descendants, des responsables d'associations et des personnalités.
Cette réception se tient cinq jours avant la journée nationale d'hommage aux Harkis, qui est célébrée tous les 25 septembre depuis 2003, notamment dans le sud de la France où ils sont très présents.
Le temps fort lundi matin sera le discours d'Emmanuel Macron dans lequel il va «ouvrir le chantier de la réparation», en allant plus loin que son prédécesseur François Hollande qui, en 2016, avait reconnu «les responsabilités des gouvernements français dans l'abandon des Harkis».
«Le président considère que le travail accompli depuis soixante ans est important mais qu'il faut franchir un nouveau pas dans la reconnaissance au manquement qui a été fait aux Harkis mais aussi au manquement de la République française à ses propres valeurs», explique l'Elysée.
«L'histoire des Harkis, c'est une histoire de Français et c'est l'histoire des Français; c'est dans cet état d'esprit qu'il faut aborder ce nouveau chapitre», selon la présidence.
Les Harkis sont ces anciens combattants – jusqu'à 200 000 hommes – recrutés comme auxiliaires de l'armée française pendant le conflit qui opposa de 1954 à 1962 des nationalistes algériens à la France.
A l'issue de cette guerre, une partie d'entre eux, abandonnés par Paris, ont été victimes de représailles en Algérie. Plusieurs dizaines de milliers d'autres, souvent accompagnés de femmes et d'enfants, ont été transférés en France, où ils ont été placés dans des «camps de transit et de reclassement» aux conditions de vie indignes et durablement traumatisantes.
Une loi réclamée
Depuis, «il y a eu diverses procédures d'indemnisation installées au fil du temps», rappelle un conseiller de la présidence. Autant de gestes jugés insuffisants par les associations de Harkis, qui réclament, dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, qu'une «loi de reconnaissance de l'abandon des Harkis» soit votée d'ici «la fin de l'année».
«On vous a vu avoir le courage de reconnaître des pages sombres de notre histoire, sur la guerre d'Algérie, le Rwanda ou les essais nucléaires en Polynésie. Nous avons espoir que vous serez celui qui mettra fin à soixante ans d'une certaine hypocrisie consistant à reconnaître l'abandon des Harkis dans les discours mais à la refuser dans une loi», écrit Ajir, l'Association Justice Information Réparation pour les Harkis.
Les associations, qui disent représenter une communauté d'environ 400 000 personnes (Harkis et descendants), réclament également une revalorisation des indemnisations existantes.
En septembre 2018, la secrétaire d'Etat aux Armées Geneviève Darrieussecq avait présenté un « plan Harkis » comprenant le déblocage de 40 millions d'euros sur quatre ans pour revaloriser les pensions des anciens combattants et venir en aide à ceux de leurs enfants qui vivent dans la précarité.
Emmanuel Macron avait annoncé qu'il s'adresserait aux Harkis en recevant en janvier le rapport de l'historien Benjamin Stora visant à promouvoir «l'apaisement des mémoires» autour de la guerre d'Algérie, qui reste «une plaie ouverte» entre les deux rives de la Méditerranée.
Au cours de la réception, le président doit décorer Salah Abdelkrim, un représentant Harki blessé au combat, un officier français, le général François Meyer, qui a organisé le rapatriement «de plusieurs centaines de Harkis en désobéissant aux ordres», et une fille de Harki, Bornia Tarall, «militante de l'égalité des chances et de la diversité».
Le président français entend participer à deux journées mémorielles d'ici la fin du quinquennat: la répression par la police française d'une manifestation d'Algériens à Paris le 17 octobre 1961, et la signature des accords d'Evian le 18 mars 1962 qui ont consacré la défaite française en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.