Marche de protestation contre les restrictions de déplacement dans les camps de Tindouf    Colloque sur la démocratie participative à la Chambre des représentants    Driss Lachguar préside une réunion consacrée aux préparatifs du 9ème Congrès national de la Chabiba    L'ouverture de consulats au Sahara marocain témoigne de l'intégrité territoriale du Royaume    Youssef Amrani : « l'Afrique est au cœur de l'identité marocaine »    Rencontre à Azilal pour débattre des différents moyens à mobiliser    L'année s'ouvre par un repli de l'indice des prix à la consommation    Tableaux relevés à la 33ème édition du Med Avenir    La Kechoise Marrakech    Mohamed Benabdelkader : Attribuer le blocage de l'adoption du Code pénal aux divergences sur un seul article est une tentative de diversion    Les retrouvailles tant attendues entre les étudiants rapatriés de Chine et leurs familles    Nador : le ministère de la Santé dément la contamination d'un Subsaharien au coronavirus    Celui qui vient de l'avenir : Abdelkébir Khatibi    Italie : à cause du coronavirus, des Marocains se trouvent actuellement isolés à Codogno    Un séisme meurtrier frappe la frontière irano-turque    Agadir : arrestation d'un chauffeur de camion en possession de 589 kg de chira    Le secteur de la pêche côtière et artisanale clôture l'année 2019 en évolution après une période de stagnation    Antarctique : fonte de glace record après l'arrivée de la canicule    Tighadouini a enfin trouvé un club !    Bulaid : « Mike Tyson m'a proposé de fumer un joint avec lui »    Coupe Arabe U20: Pour suivre la rencontre Maroc- Madagascar    Le PPS invité au 18e Congrès des Palestiniens d'Europe    Lafactory ouvre une base à Dakar    Marché des changes : le dirham s'apprécie de 0,53% face à l'euro    Fin de quarantaine pour les Marocains de Wuhan    Le groupe Maroc Telecom tire son épingle du jeu    L'Espagne exprime son désaccord avec l'Algérie sur la frontière maritime    Marrakech : une journée nationale sur les NTI et le développement informatique    Le Maroc propose d'accueillir les finales de la Ligue des Champions et de la Coupe de la CAF    Ligue Europa: La soirée de Ziyech, En-Nesyri, Idrissi et Saïss    La 17e journée en 4 jours    Météo Maroc: risque d'orages sur les provinces du Sud    Coronavirus: le nouveau bilan officiel    Mohamed Alami Nafakh Lazraq dépasse les 50% de participations dans Alliances développement immobilier    «Les arts plastiques connaissent une dynamique créative très importants»    Au-delà des chiffres !    Célébration de la journée internationale de la langue maternelle à Rabat    En Algérie, des milliers de manifestants pour le premier anniversaire du Hirak    Australie : le Maroc à l'honneur au Festival multiculturel de Canberra    L'autre guerre    Les Panafricaines alertent sur l'urgence climatique    L'Allemagne renforce les mesures de sécurité après l'attentat raciste de Hanau    Les Algériens bouclent dans la rue un an de contestation populaire inédite    Tout comme le patrimoine marocain en général : La judaica marocaine a souffert du pillage à travers le temps    Le Maroc, terre d'un patrimoine ancestral : Les trésors juifs de Casablanca    La Commission européenne salue les efforts du Royaume en matière de réformes fiscales    L'industrie du cinéma a été plus inclusive en 2019 que lors de la décennie précédente    Le CCM dévoile les jurys du 21ème Festival national du film de Tanger    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Khamenei : L'Iran exclut toute négociation dont le résultat serait dicté par Washington
Nucléaire
Publié dans L'opinion le 04 - 11 - 2009

Le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a déclaré mardi que l'Iran rejetait toute négociation sur le nucléaire dont le résultat serait imposé à l'avance par les Etats-Unis, selon l'agence officielle Irna.
"Nous ne voulons pas d'une quelconque négociation (sur le dossier du nucléaire) dont le résultat serait dicté à l'avance par les Etats-Unis", a déclaré M. Khamenei dans un discours à des étudiants, à la veille du 30e anniversaire de la prise de l'ambassade américaine de Téhéran."Un tel dialogue correspondrait au rapport de force entre le loup et l'agneau", a-t-il estimé, reprenant à son compte une phrase du fondateur de la République islamique, l'ayatollah Rouhollah Khomeiny, qui avait comparé les relations entre Téhéran et Washington à celle du loup et de l'agneau. La communauté internationale a mis lundi la pression sur l'Iran, lui demandant de répondre rapidement au projet d'accord de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Mais Téhéran réclame de son côté une nouvelle réunion internationale sur le combustible nucléaire pour son réacteur de recherche. Dans un discours aux Nations unies, le directeur général de l'AIEA, Mohamed ElBaradei, a de nouveau exhorté lundi l'Iran à être le plus ouvert possible et à répondre rapidement à sa proposition sur le nucléaire. L'AIEA a proposé le 21 octobre un accord aux termes duquel l'Iran ferait enrichir à l'étranger son uranium faiblement enrichi pour obtenir du combustible pour son réacteur de recherche de Téhéran, une proposition destinée à apaiser les inquiétudes sur le nucléaire iranien. Les trois négociateurs (Etats-Unis, Russie, France) de ce projet d'accord l'ont accepté. Mais Téhéran ne l'a encore ni approuvé ni rejeté, et l'AIEA comme les Occidentaux cachaient de moins en moins leur impatience lundi."Nous pressons l'Iran d'accepter la proposition (...) qu'ils ont acceptée en principe", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton lors d'un point de presse à Marrakech, au Maroc.
"C'est un tournant pour l'Iran. La pleine acceptation de la proposition (de l'AIEA) serait une bonne indication que l'Iran ne veut pas être isolé et veut coopérer" avec les grandes puissances sur le dossier nucléaire, a-t-elle dit.L'Iran a répondu, par la voix de son ambassadeur auprès de l'AIEA, Ali Ashgar Soltanieh, qu'il souhaitait voir le projet complété pour dissiper ses "inquiétudes sur des points techniques", et a proposé une nouvelle réunion "le plus tôt possible" au siège de l'AIEA à Vienne.Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a pour sa part déclaré que les six puissances engagées dans les négociations globales sur le nucléaire iranien n'accepteraient pas de manoeuvre "dilatoire" de l'Iran.L'Occident soupçonne la République islamique de chercher à se doter de l'arme atomique sous couvert de programme nucléaire civil, ce qu'elle dément.
Khamenei met en garde contre toute manifestation illégale mercredi
Par ailleurs, le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei, a lancé mardi une mise en garde à l'opposition, qui compte manifester en marge du 30e anniversaire de la prise de l'ambassade américaine mercredi.Le numéro un iranien, dont les propos devant des étudiants ont été repris par l'agence officielle Irna, a averti l'opposition en affirmant que "les personnes simple d'esprit et mal intentionnées" ne pourront "pas dérouler un tapis rouge aux Etats-Unis".Des appels ont été lancés sur des sites internet proche de l'opposition réformatrice pour une manifestation de protestation en marge du rassemblement officiel mercredi.La police a interdit tout cortège autre que le rassemblement officiel prévu devant l'ancienne ambassade américaine.La police "agira contre toute manifestation illégale le 13 Aban" (4 novembre), a prévenu Ahmad Reza Radan, numéro deux de la police iranienne.Des étudiants islamistes avaient pris d'assaut le 4 novembre 1979 l'ambassade américaine avant de prendre en otage ses diplomates, restés détenus pendant 444 jours. Les relations diplomatiques entre Téhéran et Washington ont ensuite été rompues. Depuis cette date, une manifestation est organisée tous les ans devant l'ancienne représentation diplomatique américaine.Quant à l'opposition iranienne, malgré l'interdiction des autorités, elle avait profité, le 18 septembre, d'un rassemblement officiel de solidarité avec les Palestiniens pour descendre dans la rue et apporter son soutien à son chef, Mir Hossein Moussavi, candidat malheureux à la présidentielle du 12 juin.Des dizaines de personnes ont été tuées et quelque 4.000 arrêtées lors des troubles post-électoraux qui ont plongé le pays dans sa plus grave crise politique depuis le révolution islamique de 1979. L'opposition refuse de reconnaître la victoire de M. Ahmadinejad, arguant d'une fraude massive.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.