Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La culture des cultivés
Les médias et les biens culturels
Publié dans L'opinion le 25 - 02 - 2010

La question cruciale que se pose Remy Rieffel : « La mondialisation de la culture à laquelle nous assistons conduit-elle cependant à l'uniformisation ? » (voir p71 de « Sociologie des médias ». Ce qui nous pousse à nous demander si nous « consommons » les biens culturels (films, livres, disques, journaux...) d'une manière identique. Rieffel s'interroge alors que la possibilité des médias à contribuer à la médiocrité de ces biens, mais il ne tranche pas la réponse. Pour lui le consommateur a la possibilité de choisir. Il peut donc opter entre différents produits.
A cet égard, Edgar Morin, dans son livre « L'Esprit du temps », paru en 1962, fait la distinction entre « la culture des cultivés » et « la culture des masses ». La première est celle qui valorise et fait l'éloge des grands maîtres de la création littéraire et artistique tels Picasso, Stravinski, Joyce... C'est une culture d'initiés, qui incite à éterniser les chefs-d'œuvres qui ont marqué l'humanité et qui resteront éternelles. Cette culture refute celle diffusée par les médias, qu'elle considère comme « un nouvel opium du peuple.
Au contraire, « la culture des masses «  est plutôt terre à terre car elle insiste sur la quantité au détriment de la qualité, la production en série plutôt que la création originale et pure, elle privilégie le côté matérialiste à la spiritualité à l'esthétique profondes. Cette culture s'appuie sur le spectacle. On remarque le même phénomène dans le domaine de la politique. Donc, « c'est une culture sans racines, sans rites ». Elle cherche ses thèmes dans la vie privée des stars du cinéma et du sport. Cependant Edgar Morin remarque que les jeunes la préfèrent au détriment de la culture des cultivés », qu'ils contestent puisqu'ils la trouvent sans fondements !
De son côté, le philosophe allemand Herbert Marcuse dans son livre « L'homme unidimensionnel » (1964) dénonce toute forme de société de consommation et rejette la culture matérialiste ou celles des masses qu'il oppose à la culture supérieure, qui appartient, selon lui, à l'Occident. Cette culture qui transcende le Réel et plonge le récepteur dans un univers féerique, ce qui lui procure un bonheur infini. Il illustre ses idées en donnant comme exemples le célèbre roman de Flaubert, à savoir, « Madame Bovary » et la non moins célèbre poésie de Charles Baudelaire. Par contre, pour lui, « la culture des masses » appauvrit l'âme, efface la saveur et l'originalité de toute œuvre et lui fait perdre « toute forme  de sublimation ». Cette culture procure une jouissance vulgaire » et un plaisir médiocre. « Les moyens de consommation de masse, une fois de plus, sont incriminés, ils sont les vecteurs dominants de cette culture offerte à la consommation du plus grand nombre selon les normes industrielles de la reproduction en série ».
Dans les années 80 on a remplacé la culture des masses par celle du déclin et de la décadence. Ce qui a conduit à l'amalgame du grain et de l'ivraie, on ne distingue plus une bande dessinée d'un bon match de football d'un ballet, un couturier d'une toile de Picasso.
L'industrie est en train de détruire les œuvres de grande valeur. La télévision reste le moyen le plus puissant qui participe à cette destruction. C'est pourquoi des intellectuels, dont Regis Debray, appellent à la réhabilitation de la culture de l'écrit (du livre) car les médias ne peuvent que diffuser une culture lacunaire.
A ce propos il faudrait revoir le livre de Debray intitulé « Cours de médiologie générale » paru en 1991. De toutes les manières la culture médiatique est partout présente, elle est propagée par le cinéma, la télévision, la radio... C'est une culture mosaïque car nous la recevons continuellement par bribes. C'est pourquoi elle reste superficielle et le consommateur est appelé à l'approfondir par le biais de lecture des réformes et d'ouvrages de base, qui eux, traitent avec sérieux les thèmes diffusés par les nouvelles technologies. Ainsi , le livre en papier, à notre sens, est immortel et a devant lui des décennies et des décennies à vivre. Il restera incontournable.
Ce qui nous a ébahi vraiment c'est cette affirmation à la page 76 de « Sociologie des médias » à savoir que la culture audiovisuelle occupe une place plus importante que « celle du travail dans l'emploi du temps des personnes ayant un emploi » (p76).
A ce propos nous revoyons le lecteur à l'ouvrage d'Olivier Donnat intitulé «Les pratiques culturelles des Français » paru en 1997.
C'est pourquoi Rieffel observe que désormais, les frontières s'amenuisent entre la culture et les loisirs. On peut dire qu'ils se sont mélangés et que le monde de l'art et celui du divertissement se sont confondus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.