Intégration régionale : lancement des travaux de construction du pont de Rosso entre la Mauritanie et le Sénégal    Le ministre portugais de la Défense reçu à Rabat    Espagne : Le Maroc «n'est pas actuellement une menace pour Sebta et Melillia»    e-gov : Une nouvelle plateforme de services pour la Justice    Effrayée par une future hégémonie marocaine, l'Algérie dit qu'une guerre avec Rabat, «c'est maintenant»    Covid-19 : Nasser Bourita appelle à faire de la crise sanitaire une opportunité pour consolider un multilatéralisme solidaire    La RAM et les compagnies aériennes en mode gestion de crise    Forum sur la coopération sino-africaine: le Maroc engagé avec la Chine pour l'Afrique    Chakib Alj : « Le remboursement des arriérés des crédits TVA annoncé est un signal très positif »    ONCF: 24,8 millions de voyageurs transportés à fin septembre    OCP Group. Un chiffre d'affaires de 57,6 milliards de DH à fin septembre 2021    Production de gaz naturel : Sound Energy signe un accord de 10 ans avec l'ONEE    Casablanca : Réouverture imminente de la Coupole de Zevaco    Le PJD dénonce la normalisation mais ne condamne pas la visite de Gantz au Maroc    Le polémiste d'extrême droite, Eric Zemmour, franchit le Rubicon    Le Maroc a commandé des drones israéliens pour un montant de 22 millions de dollars    Coupe arabe au Qatar / Ammouta : «Notre ambition est d'aller le plus loin dans la compétition et pourquoi pas remporter le titre »    L'Italien Gianluigi Donnarumma vainqueur du trophée Yachine 2021    Tuchel satisfait du rendement de Ziyech    Ralf Rangnick assurera l'intérim à United !    La Coupe du monde des clubs aux Emirats arabes unis !    Compteur coronavirus : 132 nouveaux cas et 1 décès en 24 h    La HACA présente une étude sur le traitement médiatique des violences faites aux femmes    Retour de la neige dans plusieurs régions du Maroc    Conseil de la concurrence: «Nous allons multiplier les autosaisines»    Covid-19 : Omicron révèle la nécessité d'un accord mondial sur les pandémies (OMS)    Maroc/Covid-19 : 1 décès et 132 nouvelles infections recensés en 24H    La FNM remet des documents d'archives du Musée de l'Histoire et des Civilisations de Rabat    Artcurial Maroc organise une vente aux enchères le 30 décembre à Marrakech    «Sahara : l'autre version», une compilation des souvenances de Mohamed Cheikh Biadillah    Le premier prix décerné à Youssef El Youbi    Plaidoyer pour la langue Arabe classique    Rolando en colère contre le Rédacteur en chef de « France Football » : « Je ne gagne contre personne »    Coupe Arabe des Nations / Arbitrage : Ils sont 52 arbitres mais seulement 3 arabes dont le Marocain Redouane Jayed    Maroc : Jusqu'à 25 cm de neige attendus jeudi dans plusieurs provinces    Maroc : Le mariage des mineures est loin d'être «une affaire purement judiciaire»    Retour des supporters dans les stades: Un retard qui fait jaser    Afrique du Sud: Trois mineurs tués dans une coulée de boue    Antony Blinken anticipe une réponse «sérieuse» en cas d'«agression» russe contre l'Ukraine    Accord de coopération sécuritaire Maroc-Israël: Une étape historique    Un grand oral sur fond de contestations populaires    Casablanca : vente de 100 tableaux offerts par de grands peintres au profit de l'INSAF    La Bourse de Paris rechute de 1,43% à l'ouverture, à 6.679,03 points    M. Sekkouri tient une réunion de travail avec la représentante de l'ONU-Femmes Maroc    Un opposant politique du régime turc incarcéré pour «espionnage»    Sultana Khaya, la "pacifiste" à la kalach    «Sous l'ombre des peupliers» de Habiba Touzani Idrissi aux Editions Orion    La Cour suprême américaine saisie sur l'annulation de la condamnation de Bill Cosby    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Médias et biens culturels
« Sociologie des médias » de Rémy Rieffel
Publié dans L'opinion le 28 - 01 - 2010

- Les médias jouent-ils vraiment un rôle essentiel dans la diffusion de la culture authentique ?
- Est-ce que nous pouvons nous fier, sans aucun souci, aux productions médiatiques des biens culturels ?
- Les émissions télévisées et les films au cinéma ont-ils la capacité de prendre la place des livres en papier ?
Ce sont là quelques questions, qui ont traversé mon esprit, en parcourant l'ouvrage passionnant et intéressant de Rémy Rieffel à savoir « Sociologie des médias ». Cette œuvre procède à la correction de certaines croyances erronées de certains de nos intellectuels.
Avant de répondre aux questionnements précédents nous devons reconnaître que les médias accomplissent une mission indéniable dans la diffusion, à grandes échelles, de produits culturels : livres, musique, films, expositions picturales, représentations théâtrales. Ils les font connaître au grand public et aux masses populaires. Mais ont-ils pour autant une place réelle dans les analyses littéraires et artistiques. Faudrait-il nous contenter des bribes de culture émis par le support médiatiques, mêmes les plus récentes, à savoir l'Internet pour prétendre être cultivés et prendre connaissance des références de base, qui ne sont autres que les livres.
A cet égard, Rieffel nous rappelle qu'à l'époque actuelle la culture obéit à la loi du marché, c'est pourquoi il faudrait recourir, comme il dit, aux techniques du marketing car « la culture se vend de plus en plus en fonction de rentabilité, d'efficacité et de stratégies de promotion très élaborées ». (p. 67).
Affirmons que les médias ont contribué largement à ce côté industriel de la culture, puisque deux phénomènes récents ont renforcé la loi de l'offre et de la demande ainsi que de l'aspect économique des productions culturelles :
a) la création de multinationales de la communication qui dominent journaux, livres, programmes, films, disques…
b) la mondialisation qui favorise les pays riches à consolider leur hégémonie sur les marchés des biens culturels des pays pauvres.
« Les grands groupes de communication jouent sur tous les tableaux et tentent d'obtenir une suprématie incontestée en maîtrisant toutes les formes de production et de diffusion de la culture ». (p. 68)
Dans ce contexte de compétitivité atroce et inégale l'édition, petite et moyenne, se trouve dans des difficultés immenses pour publier des ouvrages, peu rentables, et qui sont en général, d'une valeur incontestable. D'où le danger qui guette la publication de livres de sciences sociales (sociologie, histoire, psychanalyse, économie, essai…), qui régressent devant les publications à gros tirages de grand groupes, mais de valeur contestable et éphémère.
La même remarque est valable pour les productions cinématographiques et médiatiques, car aujourd'hui, des groupes industriels considèrent les journaux comme n'importe quelles autres marchandises. Par conséquent, ils n'accordent pas d'importance aux côtés intellectuel et informatif des journaux.
Ces remarques nous poussent à affirmer que les industrie culturelles, régies par les médias, contribuent malheureusement à l'uniformisation et par conséquent à la dévalorisation des produits intellectuels : (livres, journaux, films, disques…).
Néanmoins pour parer à cet aspect négatif les auditeurs et spectateurs sont appelés à user fortement de leur esprit critique.
Pour nous ce qui fait la valeur d'une culture c'est ses particularités, son originalité, sa spécificité et ses apports nouveaux et positifs à la civilisation humaine. C'est pourquoi il est vital pour le public des produits culturels diffusés médiatiquement d'être vigilants et de décortiquer la graine de l'ivraie. Il s'agit d'éviter, à tout prix, toute consommation aveugle de ces produits sans les avoir analyser en profondeur, sans revenir à leurs références d'origine car on risque de tomber dans la médiocrité, la dénaturation et la décadence de la culture vraie et authentique.
La problématique soulevée par le chapitre 4 du livre « Sociologie des médias » intitulé « Les médias contre la culture ? » est digne d'intérêt et d'étude, car si la diffusion d'œuvres littéraire et artistique par les différents moyens des mass-médias (presse, audio-visuels, Internet, cinéma etc) est en fait louable, elle reste cependant très insuffisante, car rien ne peut remplacer la réception personnelle et directe de ces œuvres. C'est pourquoi nous appelons à leur étude effective avant de les voir sur les écrans (ou même après) et surtout de procéder individuellement à leurs analyses approfondies.
- A suivre -


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.