La Bourse de Casablanca ouvre en baisse    Hausse des cas de covid-19 au Maroc: les professionnels du mariage s'inquiètent    Melilla : Le CNDH crée une mission d'information à Nador et environs    Maroc. Africa Motors lance officiellement la marque automobile Chery    Une ministre israélienne brille en caftan marocain (PHOTOS)    African Lion 2022: une haute délégation maroco-américaine visite l'hôpital de campagne à Taliouine    Colombie : Des morts dans l'effondrement d'une tribune d'arène de corrida    Journée internationale contre la torture : Un fléau toujours présent    Affaire Fadel Breica contre Brahim Ghali : Le juge de l'Audience nationale rejette la demande loufoque de Ghali concernant ce qu'il nomme « un plan marocain pour « faire pression » sur l'Espagne », car sans preuve judiciaire    Khouribga / 21ème édition du Festival des Abidat Rma : Art vivant et patrimoine éternel    El Jadida / Moussem Moulay Abdellah Amghar : 3600 cavaliers et 500.000 visiteurs sont attendus    Voici le prix de la dernière tenue de Saad Lamjarred (PHOTO)    Migration illégale: Sanchez qualifie le Maroc de "partenaire stratégique" qui se bat contre les mafias internationales    Allemagne/aéroports: des travailleurs étrangers pour pallier la pénurie de mains-d'œuvre    Infrastructure: Biden annonce une initiative mondiale de 200 milliards $    Le CFCM 20 ans après : l'institution ressemble davantage à une vitrine qu'à une réalité    Contrôle de l'immigration illégale : Sanchez salue les efforts déployés par le Maroc    Coupe arabe U20 : Les Lionceaux de l'Atlas hérite du groupe 6    Oran. Des boxeurs croates victimes d'intoxication alimentaire    HealthTech: Southbridge A&I lancent I3, en faveur des startups africaines    Maroc : Mise en échec d'une opération collective d'immigration près de la clôture de Ceuta    L'ANRE et la PUA d'Israël jettent les bases d'une forte coopération dans le domaine de la régulation de l'électricité    Melilla : Des associations marocaines se mobilisent pour le respect de la dignité humaine    Migration: Des ambassadeurs africains expriment leur disposition à collaborer avec le Maroc    Maroc : Six nouveaux monuments historiques d'El Jadida inscrits patrimoine national    Latifa Akharbach plaide pour un dialogue inclusif et égalitaire à Sofia    Le cri d'alerte de la société civile    Rapport : La baignade déconseillée sur 23 plages au Maroc    Centre national de l'arganier: Sadiki donne le premier coup de pioche    Tourisme : Rabat mise sur son attractivité culturelle    Festival Gnaoua : La 24ème édition à partir du 22 juin 2023 à Essaouira    6,17 millions DH accordés à 14 festivals    Marathon de pétanque de Casablanca: Le Stade Marocain (hommes) et Chabab Khénifra (dames) remportent le titre    L'AMIC publie son rapport sur l'impact du capital-investissement au Maroc    Algérie: séisme de magnitude 5,1 près d'Oran, panique générale    Baccalauréat : 573 individus interpellés pour leur implication présumée dans des actes de fraude (DGSN)    Botola: résultats complets et classement (28ème journée)    Classement mondial futsal : le Maroc se hisse à la 10e place (VIDEO)    Jeux Méditerranéens : La sélection marocaine de football U18 s'incline devant la France (1-0)    JM Oran 2022 : Les Lionceaux de l'Atlas battus par les Bleuets (vidéo)    À quoi s'attendre du sommet de l'OTAN à Madrid    RNI : les membres du parti de la colombe réitérent leur soutien à Aziz Akhannouch    Des députés marocains arrivent en Afrique du Sud pour une session du Parlement panafricain    Cannabis médicinal: l'expérience israélienne rayonne à Casablanca    La récession serait inévitable pour certains pays, prévient la Banque mondiale    Météo: les prévisions du lundi 27 juin    TPME: Plus de 2.500 projets appuyés par Maroc PME en 2021    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mali : L'AQMI inquiète l'ONU
Sanogo perd le Nord et appelle à une intervention militaire internationale pour chasser les Touaregs
Publié dans L'opinion le 06 - 04 - 2012

Le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte malienne, a appelé les Occidentaux à intervenir militairement dans le nord du Mali, contre les groupes islamistes armés, dans un entretien publié jeudi dans les quotidiens français Libération et le Monde. Dans le même temps, les séparatistes du Mouvement national de libération de l'Azaouad (MNLA), principale force de la rébellion touareg, ont appelé la communauté internationale à protéger l'Etat de l'Azaouad dont il revendique la création dans un communiqué diffusé sur son site internet.
Les séparatistes du Mouvement national de libération de l'Azaouad, principale force de la rébellion touareg, ont annoncé jeudi qu'ils mettaient fin aux opérations militaires dans le nord du Mali.
Le MNLA appelle la communauté internationale à protéger l'Etat de l'Azaouad dont il revendique la création dans un communiqué diffusé sur son site internet.
Les rebelles touaregs, agissant de concert avec des groupes salafistes souhaitant appliquer la charia dans cette partie du Mali, ont mené une offensive la semaine passée et chassé les forces gouvernementales de Kidal, Gao et Tombouctou.
Le MNLA revendique ces trois régions septentrionales comme territoire d'un nouvel Etat qu'il affirme avoir libéré.
De son côté, le capitaine Amadou Sanogo, chef de la junte malienne putschiste, a appelé les Occidentaux à intervenir militairement dans le nord du Mali, contre les groupes islamistes armés, dans un entretien publié jeudi dans les quotidiens français Libération et le Monde.
«Si les grandes puissances ont été capables de traverser les océans pour aller lutter contre ces structures intégristes en Afghanistan, qu'est-ce qui les empêche de venir chez nous ? Notre comité veut le bien du pays. L'ennemi est connu et il n'est pas à Bamako. Si une force devait intervenir, il faudrait qu'elle le fasse dans le Nord», a déclaré le capitaine Sanogo.
«A Bamako, la vie continue, l'administration tourne, les gens vaquent à leurs affaires, notre comité est respecté. Donc il n'y a pas d'urgence à Bamako. L'urgence, c'est le Nord», a insisté le chef de la junte qui a renversé le président Amadou Toumani Touré il y a deux semaines.
Profitant du putsch de Bamako, rebelles touareg et groupes islamistes, parmi lesquels des éléments d'Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont pris en fin de semaine le contrôle des trois principales villes du nord du Mali, Kidal, Gao et Tombouctou, sans rencontrer de résistance de la part d'une armée malienne sous-équipée et désorganisée, coupant de fait le pays en deux.
Parmi ses adversaires au Nord-Mali, le capitaine Sanogo a refusé de différencier le Mouvement national pour la libération de l'Azawad (MNLA, indépendantiste), qui a annoncé jeudi la fin de ses opérations militaires, et les groupes islamistes.
«Pourquoi faire des distinctions entre les groupes armés ? Tant qu'ils continuent à semer la terreur, je ne les différencie pas. Pour le reste, les portes du dialogue sont ouvertes, mais on ne négociera pas l'intégrité du territoire malien», a-t-il assuré.
«La situation est critique depuis longtemps. C'est la raison pour laquelle nous avons renversé le pouvoir en place. Il y a eu des trahisons, l'armée a été abandonnée face à la rébellion touareg. Aujourd'hui, ce n'est plus une simple rébellion, ce sont des groupes islamistes qui s'installent dans le nord du pays. Et si on laisse le Mali seul avec ce problème, l'Afrique et le monde en paieront les conséquences», a souligné le capitaine.
L'AQMI inquiète la Communauté internationale
Les Nations unies ont exprimé mercredi leur inquiétude face à la présence d'Al Qaïda dans le nord du Mali, et prévenu que les islamistes radicaux pourraient menacer davantage la sécurité du pays, déjà déstabilisé par un coup d'Etat et la rébellion touareg.
Le Conseil de sécurité de l'ONU a demandé mercredi un cessez-le-feu immédiat dans le nord du Mali, où la composante laïque de la rébellion touareg, aujourd'hui supplantée par les groupes islamistes, a annoncé la fin de ses «opérations militaires».
Dans une déclaration proposée par la France, les 15 membres du Conseil de sécurité ont aussi réclamé le retour à un gouvernement légitime à Bamako où une junte militaire a renversé le président Amadou Toumani Touré il y a deux semaines.
Dans leur troisième déclaration depuis le putsch du 22 mars, les Nations unies ont renouvelé leur appel à la restauration de l'ordre constitutionnel et apporté leur soutien aux efforts de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cedeao), qui a placé 3.000 soldats en état d'alerte, selon la responsable des affaires politiques de l'Onu.
Le texte adopté mercredi «appelle les rebelles à mettre fin immédiatement à toutes les violences et presse toutes les parties au Mali à chercher une solution pacifique grâce au dialogue».
Les Touaregs contrôlent l'Azaouad
«Le Conseil (de sécurité) est inquiet de la présence dans la région du mouvement terroriste Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ce qui pourrait conduire à une déstabilisation accrue de la situation sécuritaire», indiquent les Nations unies.
Le Mouvement national de libération de l'Azaouad (MLNA, rebelles touaregs) assure qu'il ne veut contrôler que les régions septentrionales de Kidal, Gao et Tombouctou, et créer pour cela une patrie appelée Azaouad, dans le désert. On ignore en revanche dans quelle mesure l'organisation islamiste Ansar Dine, qui combat aux côtés des rebelles du MNLA, souhaite ou non poursuivre la percée en direction du sud-ouest.
Un officier de l'armée régulière présent dans la ville de Mopti, à 400 km au nord-est de la capitale Bamako, a fait état de signes d'activités rebelles dans la région, ce qui a laissé craindre une attaque.
A Gao, un habitant a déclaré à Reuters par téléphone: «Toutes les banques ont été mises à sac, les dispensaires ont été saccagés, tout a été détruit. Tous les centres administratifs ont été incendiés, l'armée est totalement absente, il n'y a pas de médicaments».
«Ce sont les Touaregs qui contrôlent la situation, ils ordonnent aux gens de rester chez eux. C'est une vraie catastrophe, ils disent que dans trois jours, il n'y aura plus ni carburant ni électricité».
Une habitante de Gao a elle aussi témoigné: «Les magasins sont fermés, les banques sont fermées et on ne sait pas qui contrôle la situation. Il y a tellement de gens en armes que nous avons peur de sortir».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.