Gravement malade, Brahim Ghali aurait été évacué à l'étranger    Tanger Med : Marhaba 2022 se déroule « dans de bonnes conditions », un pic attendu fin août    Cours des devises du mercredi 10 août 2022    USA: Comprendre la perquisition lundi au domicile de Donald Trump    Biden paraphe la ratification des adhésions de la Finlande et la Suède à l'Otan    L'Algérie et la Russie en exercices militaires près de la frontière avec le Maroc    Egypte : une nouvelle étudiante poignardée à mort par un camarade éconduit    Ukraine: La vente du cargo de céréales au Liban annulée    Alerte météo: Temps chaud vendredi et samedi dans plusieurs provinces du Royaume    Vidéo. Sebta: arrestation de 2 personnes à bord d'une embarcation avec 600 Kg de haschich    Réunion ce Mercredi pour Ziyech à Londres    Le détail des exportations marocaines au 1er semestre    Journée nationale du migrant: Le CCME soutient les initiatives des Marocains du monde envers leurs régions    Québec : La piste de meurtre privilégiée dans la mort d'un étudiant marocain    La deuxième vague Omicron, c'est fini !    La Russie lance un satellite iranien en orbite    Charte de l'investissement, réforme de la santé, PLF 2023 : Les dossiers chauds de la rentrée parlementaire    La Marine Royale porte assistance à 23 marins pêcheurs au large de Casablanca    Badr Banoun marque son premier but avec Qatar SC    Ligue des Champions de la CAF : Le WAC et le Raja exemptés du premier tour préliminaire    Vahid : « J'y suis, je reste ! »    Hôpital: accord sur les rémunérations en retard des médecins    Budget 2022 : En l'absence de sortie à l'international, le Trésor poursuit le recours au marché intérieur    Dari Couspate s'implante en Europe    Le PLF-2023 fixe quatre grandes priorités    Lutte contre les incendies : Le Maroc se dote de trois nouvelles Canadair    Interview avec Rita Al Khayat : Pour créer, le cinéaste a besoin de la liberté intérieure    Histoire : Les archives des Cahiers d'El Jadida remises aux Archives du Maroc    La Zaouia Habria Derquaouia tient son 120ème moussem    Un film marocain sorti en 2016 continue de reçevoir des prix    Le monde a soif    Météo: les prévisions du mercredi 10 août    Accidents de la circulation: 12 morts et 2.210 blessés en une semaine    La revue de presse du mercredi 10 août    Ligue des Champions de la CAF: le Wydad et le Raja fixés sur leurs adversaires    PLF-2023 : Donner un nouvel élan à l'emploi    Pourquoi Hamid Chabat s'est absenté de la 1ère réunion de la Coalition pour la démocratie    Le CCME célèbre les Marocains du Monde et leurs régions    COVID-19 : Fin de la deuxième vague Omicron au Maroc    Juillet 2022, l'un des plus chauds mois jamais enregistrés dans le monde    23 marins pêcheurs secourus par la Marine royale au large de Casablanca    Jeux de la solidarité islamique : Noura Ennadi offre l'or pour le Maroc au 400m haies    La France et l'Europe doivent mettre en place une alliance rénovée avec le Maroc (politologue)    Les murales forcent l'admiration par leur esthétique    Maroc : La SNRT ouvre ses portes aux associations des Marocains du monde    Célébration de « Baba Achour »    Le moussem de Moulay Abdellah Amghar revient après deux ans de suspension    Le Conseil de sécurité de l'ONU se penche sur la situation à Gaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nord-Mali : offensive des touaregs | Le Soir-echos
Publié dans Le Soir Echos le 02 - 04 - 2012

Les rebelles touaregs ont profité de la confusion qui règne à Bamako pour gagner du terrain dans le nord du pays. Après Kidal, vendredi, c'est la principale ville du nord du pays, Gao, (environ 1000 km de la capitale Bamako), abritant tout l'état-major du nord qui est tombée samedi. Et les insurgés se concentrent désormais sur la ville de Tombouctou où de nombreux tirs ont été enregistrés dimanche. L'offensive engagée par les insurgés depuis la chute du régime du président Amadou Toumani Touré inquiète plus d'un. Les éléments du MNLA (Mouvement national de libération de l'Azawad) semblent décidés à étendre leur offensive sur tout le pays si rien n'est fait. La junte au pouvoir est donc sous pression. Une double pression d'ailleurs puisque l'ultimatum de 72 heures fixé par la CEDEAO, une organisation qui regroupe les pays de l'Afrique de l'Ouest pour revenir à l'ordre constitutionnel, est arrivé à terme dimanche. Le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, a envoyé une délégation à Ouagadougou, hier, pour rencontrer le président burkinabé, Blaise Compaoré, le médiateur mandaté par l'organisation sous-régionale. Après cette visite, le chef de la diplomatie du Burkina Faso s'est rendu au Mali samedi pour s'entretenir avec les nouvelles autorités. La CEDEAO envisage notamment de couper tout lien avec le Mali, tant que les militaires resteront au pouvoir. Ces sanctions vont se traduire, avec effet immédiat à partir de ce jour, par l'interdiction des membres de la junte de voyager dans l'espace ouest-africain, de même le Mali, un pays enclavé, n'aura plus droit aux pays côtiers de l'espace CEDEAO pour ses approvisionnements. Des sanctions, qui une fois appliquées, plongeront le pays dans une situation très critique sur le plan économique voire humanitaire. Car le Mali est un pays pauvre, et une asphyxie de son économie aura un impact sans précédent sur sa population dont plus de la moitié vit déjà en dessous du seuil de pauvreté.
Embargo diplomatique et financier
Les militaires au pouvoir se disent prêts à un retour à l'ordre constitutionnel, mais le capitaine Sanogo à la tête de la junte a déclaré vouloir conduire la transition, le point d'achoppement des négociations car pour la CEDEAO, la question de la transition ne se pose pas dans la mesure où l'ordre constitutionnel impose de facto le retour de l'ancien régime. « Nous disons que nous sommes d'accord sur les grands principes qui nous ont été demandés. Il faut une vie constitutionnelle régulière et normale. Et c'est sur ça que nous allons discuter », a déclaré le potte-parole du CNRDRE( Comité national de redressement de la démocratie et de la restauration de l'Etat), le colonel Moussa Sinko Coulibaly.
Les Etats-Unis très inquiets
Toutefois, dans le but de préserver l'intégrité territoriale du pays, la CEDEAO a mis en alerte une force de 2000 hommes prêts à contrer une éventuelle offensive des rebelles sur les villes du sud. « Nous avons aussi demandé à la communauté internationale de nous appuyer, car le Mali est divisé, et c'est un mauvais exemple », a précisé le président en exercice de la CEDEAO, l'Ivoirien Alassane Ouattara. De leur côté, les Etats-Unis se disent très inquiets de l'avancée des rebelles dans le nord du pays. « Les Etats-Unis appuient fermement les efforts de la CEDAO en vue d'une sortie de crise. Nous répétons l'appel lancé par les membres de l'organisation sous-régionale aux rebelles à se retirer pour permettre un retour rapide aux règles démocratiques et la tenue de l'élection présidentielle », a souligné Mark Toner, le porte-parole du département dEtat, devant des journalistes. Aussi, la société malienne reste-t-elle toujours divisée. Une manifestation a d'ailleurs dégénéré vendredi dans la capitale malienne, Bamako, entre les supporters des putschistes et ceux réclamant un retour à l'ordre constitutionnel. Cependant, en dépit de ces divergences, tous les Maliens, sans exception, souhaitent la préservation de l'intégrité de leur pays.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.