De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'artiste peintre Kenza El Mokdasni
La voix du silence
Publié dans L'opinion le 12 - 10 - 2012

La démarche plastique de Kenza El Mokdasni (vit entre le Maroc et la Hollande) est une réponse à l'espace vécu, ses anecdotes et ses rêves. Ses tableaux oniriques sont très liés à la vie dans sa pureté et son idéalisme, ils explorent ses préoccupations relatives à son imaginaire, tout en développant le processus naturel de chaque support et de chaque matière : « La peinture est ma passion et mon droit de rêver. A travers l'art pictural, je peux exprimer l'étonnement et la curiosité que je pense du monde où je vis. Mon travail plastique est une improvisation intuitive sur la nature et sur les impressions que j'ai de la vie quotidienne. Mes peintures oniriques montrent cette interdépendance entre les couleurs et les formes. Elles se rapportent les uns aux autres avec un rythme qui renvoie à l'âme et à l'œil du cœur.», affirme l'artiste.
Voix du silence, le langage pictural de Kenza est une recherche spontanée qui repose sur la couleur, les formes, la texture, la composition, et les émotions. Libre de sens littéral à l'instar d'un oiseau qui chante, elle laisse chaque tableau trouver sa propre identité visuelle. Le sujet de ses peintures est l'acte de peindre lui-même : une révélation à la fois chromatique et narrative. Son acte iconographique porte sur l'excitation de découvrir avec les yeux et l'esprit le mystérieux et l'enfantin. Dès son plus jeune âge, Kenza gribouille, dessine de petites scènes expressives, illustre ses carnets intimes, croque son entourage. Elle a décidé de braver toutes les contraintes familiales pour peindre. Talentueuse et passionnée, Kenza peint des visages et des portraits imaginaires, compose des scènes insolites, et travaille souvent sur les réminiscences et les souvenirs. Ses personnages féminins sont déclinés à travers ses œuvres expressionnistes. Curieuse du monde, des autres arts, des autres artistes (qu'elle peut enfin observer sans se comparer), elle prend tout. Elle a aujourd'hui dans son actif une collection d'œuvres d'une très grande sensibilité, avec des tons subtils et délicats. Cette artiste, dont la réputation n'est pas à faire, dégage de ses toiles l'expression d'une vie intérieure intense. Son univers artistique s'accorde aux courants de son temps; l'expressionnisme de ses thèmes, traduit d'une écriture très naïve, rejoint parfois les artistes singuliers et les créateurs de l'art brut ... Elle admire profondément Chaibia, pionnière de l'art moderne au Maroc. Elle s'inscrit dans la continuité de l'école de la vie ; elle se lie avec les artistes oniristes et aventuriers. Laissez-vous emmener par elle dans son voyage. N'ayez pas peur. Depuis qu'elle est toute petite, couleurs, matières et formes veillent sur son âme vivante.
Kenza est un peintre de son époque. Sa peinture garde aujourd'hui toute sa force et son énergie : Toujours de même facture, très libre, dynamique, poétique, avec une belle palette colorée. Un regard hors du temps. Une promenade esthétique dans l'univers des formes fantastiques. Un bien grand voyage pour se retrouver soi-même. Ainsi, Kenza compose instinctivement et naturellement. Elle invente des tableaux comme d'autres inventent des histoires. La vie des couleurs, l'esprit merveilleux? Les deux sont présents, vivants, sur le tableau, s'autorisant les amours les moins académiques mais les plus vraies, les plus vibrantes et, au final, les plus simples à l'œil de celui qui s'arrête devant la toile. La toile, regardez-la bien, prenez le temps d'y entrer. Elle n'est autre que la fenêtre que Kenza nous ouvre sur son univers le plus intime, certitudes et inquiétudes mêlées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.