Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rencontre avec Maria Zaki autour de son nouveau recueil de poésie « Et un ciel dans un pétale de rose »
Le langage poétique est une hospitalité pour l'âme
Publié dans L'opinion le 07 - 06 - 2013

Maria Zaki, écrivaine et poétesse qui a été découverte par le grand écrivain Feu Abdelkébir Khatibi, vient de publier un nouveau recueil de poésie assez particulier. C'est son 7ème recueil, intitulé « Et un ciel dans un pétale de rose », poèmes entrecroisés avec ceux de Jacques Herman, un poète belgo-suisse. Les poèmes ont été mélangés sans signature et le lecteur peut procéder à l'identification des auteurs en consultant le sommaire. Il s'agit d'une expérience littéraire nouvelle susceptible d'intéresser les amateurs de poésie. Le livre a paru le 5 avril 2013 aux Editions L'Harmattan à Paris.
Maria Zaki habite actuellement dans le Jura à l'Est de la France, à la frontière avec la Suisse. Sa poésie porte la marque d'une grande finesse tout en versant dans la spiritualité et la philosophie. Et son écriture, de manière plus générale, défend la cause féminine et met en tension l'être humain en révolution avec les règles de la société et les codes traditionnels.
A l'occasion de cette nouvelle parution, elle a accepté de répondre à quelques questions.
*Comment est née et s'est développée votre volonté d'écrire ?
Depuis mon enfance, j'ai toujours connu des états de grande sensibilité, des émotions intenses au contact de la nature et des êtres. J'ai écrit mon premier texte à l'âge de 8 ans, lorsque je fus touchée aux larmes par la situation familiale d'une camarade de classe, orpheline. Plus tard, j'ai écrit une pièce théâtrale pour le collège Lalla Meriem où j'étudiais adolescente, une pièce nommée « Le procès » où il s'agissait de juger une mère qui empêchait sa fille de faire ses devoirs de classe pour se consacrer exclusivement aux tâches ménagères. De temps en temps, je m'essayais à des poèmes, mais cette période était surtout une période de lecture, de découverte des grands poètes et des grands romanciers, le temps d'intérioriser les mots. Certaines de ces lectures ont été de véritables coups de foudre pour moi. J'ai très vite apprécié Baudelaire, Rimbaud, Blanchot, Kafka, Duras, Yourcenar, et aussi les auteurs arabes : Nagib Mahfouz, Gibran Khalil Gibran, et les plus anciens comme Ibn Arabi et Jalal Eddine Rûmi et tant d'autres grands noms de la littérature et de la philosophie, je ne peux pas les citer tous. Plus tard il y a eu des personnes en plus des livres : mon mentor Abdelkébir Khatibi, paix et miséricorde de Dieu sur son âme, puis le poète et historien Abdelmajid Benjelloun, ensuite Nicole Barrière, mon éditrice qui est une grande poétesse et sociologue française et dernièrement Jacques Herman, poète et artiste peintre belgo-suisse, mon co-auteur de ce dernier livre.
*Quel est pour vous le rôle de la poésie ?
C'est une question à laquelle il est difficile de répondre car chaque poète peut avoir, et à juste titre, une opinion différente sur le sujet. Personnellement, je pense que la poésie sert à nous aider à vivre. En créant des passerelles entre le monde insipide dans lequel nous vivons et un univers plus sain, plus beau. Lorsque tout va bien, que ce soit sur le plan personnel ou sur le plan collectif, c'est elle qui nous permet de sublimer notre bonheur, de rendre hommage à la vie et grâce à Dieu, et lorsqu'on est frappé d'un malheur, le rôle de la poésie devient vital, car atténuer la confrontation du psychisme avec la réalité n'est pas une mince affaire. On peut dire que le langage poétique incarne une certaine hospitalité, un refuge qui permet de nous abriter et d'accueillir l'autre. La poésie nous accompagne dans les différentes étapes de la vie, calmes ou tumultueuses, en exprimant idées, opinions, revendications ou simplement émotions et sentiments.
*Ecrire de la poésie de nos jours peut paraître dépassé à l'aire de la technologie et des nouveaux supports électroniques des arts et de la culture, qu'en pensez-vous ? L'image du poète composant des vers car il sent l'inspiration monter en lui n'est-elle pas devenue un ancien mythe ?
On peut être poète et songer à l'avenir, tenter de se renouveler, de se remettre en question. Certes, il y a des mythes qui sont attachés à la poésie mais l'être humain ne cesse de détisser les anciens mythes pour les retisser sous d'autres formes qu'il capte plus ou moins bien selon son époque, et ce dans tous les domaines. Ce qui me semble primordial actuellement pour la poésie, c'est de partager entre différents poètes une réflexion ouverte sur la langue poétique, c'est pourquoi j'ai songé à écrire ce nouveau recueil en collaboration avec un autre poète. Il faut avoir accès à cette ouverture d'esprit, à ce dialogue entre pays et civilisations. Il faut pratiquer l'altérité pour atteindre l'universalité. Chacun doit y travailler là où il se trouve et sur sa propre spécificité qu'il enrichit et renforce. Ce travail doit être considéré comme un travail de recherche à part entière. C'est cette recherche qui permettra aux poètes de faire partie de leur temps et même de le dépasser.
*En parlant de recherche, après avoir enseigné
à la faculté des Sciences d'El Jadida, vous exercez un métier de chercheur scientifique depuis que vous habitez en France, comment arrivez-vous
à concilier entre votre profession et l'écriture ?
Malgré ma formation scientifique, j'ai toujours eu un penchant pour la littérature et la philosophie, c'est ma passion. Les livres sont devenus mes amis depuis mon jeune âge puis avec le temps et quand je me suis mise à écrire moi-même des livres, cette amitié est devenue indéfectible. L'écriture ne me dérange pas dans l'exercice de ma profession, au contraire, elle me donne une force interne et un sentiment plus fort de liberté créatrice. Bien sûr ceci nécessite une certaine organisation pour partager le temps entre passion et profession, mais ce sont les deux qui constituent mon équilibre, je ne voudrais me passer ni de l'une, ni de l'autre.
PS : quelques jours après cet entretien, Maria Zaki a obtenu le Prix de créativité Naji Naaman 2013 à Beyrouth. C'est un prix littéraire international auquel ont participé 56 pays avec 26 langues et dialectes.
Lancés en 2002, les prix littéraires Naji Naaman (prix du mérite, prix de la créativité et prix d'honneur) sont décernés chaque année aux auteurs des œuvres littéraires les plus émancipées et abouties des points de vue contenu et style.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.