Vie privée: Le Parquet général veut renforcer la protection    Le projet de loi de finances au Parlement    Brexit: Les principaux points du nouvel accord    Un Monde Fou    Le groupe Lamatem inaugure la première usine de textile médical au Maroc    Dans un message adressé aux participants à la deuxième Conférence internationale de Marrakech sur la justice    Divers Economie    L'Espagne, berceau des précieux faucons du Moyen-Orient    La digitalisation joue un rôle prépondérant en matière d'impulsion de la croissance économique    Madrid de nouveau sur la sellette    Les Editions de la Gazette en deuil, Nadia Sefraoui nous a quittés    Premier League : Manchester met fin à la série victorieuse de Liverpool    Calcio : L'Inter reste aux trousses de la Juve    Amine Harit convoité par le Barça    Les supporters du WAC interdits de déplacement à Safi    L'urgence d'investir dans l'éducation numérique en Afrique    Des chercheurs ont filmé la fourmi la plus rapide du monde    Mobilisation sociale contre la déperdition scolaire à Essaouira    L'UE et l'ONUDC en ordre de bataille à Rabat    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    "Les Sauvages" imagine un président français issu de l'immigration maghrébine    Participation marocaine à la Foire internationale du livre de Belgrade    Mohammed Abdennabaoui : Le ministère public veille à préserver l'activité de l'entreprise    Casablanca : Un pédophile viole plus de 40 fillettes    Bank Al-Maghrib et la Banque Centrale d'Egypte renforcent leur partenariat    Hariri : «Le gouvernement a entamé ses réformes grâce aux manifestants»    Safi : Ouverture d'une enquête judiciaire pour féminicide    Le Salon du cheval: Une 12ème édition réussie    Julian Assange, confus et bredouillant, devant la justice à Londres    Hong Kong : Premières excuses officielles de la police    La Chine affiche son ambition de « grande puissance » de l'internet    Martil: Avortement d'une tentative de trafic de près de 600 kg de chira    Marrakech accueille son premier musée dédié au Patrimoine immatériel    Concert pour la tolérance 2019 : Pari réussi    Faouzi Skali : «Nous sommes dans l'exploration de la culture soufie en tant que telle»    Les fantaisies d'un président!    «L'écriture réhabilite la mémoire, efface la souffrance et interroge l'Histoire»    Etablissements et entreprises publics : Un investissement prévisionnel de plus de 101 milliards de dirhams en 2020    Accidents de travail. La facture fait mal aux entreprises    Liban : Les manifestants ne décolèrent pas    Recherche scientifique. Un nano-satellite universitaire envoyé pour deux ans dans l'espace    Une belle leçon des joueurs botolistes    Météo : Fortes pluies dans plusieurs régions du Maroc    Gouvernement. El Ouafi lâche la migration    Le groupe Maroc Télécom consolide ses résultats en septembre    Pour exercice de la médecine sans autorisation : Un Français épinglé à Marrakech    Salon du cheval: La Sorba de Maher El Bachir remporte le Grand Prix Mohammed VI de Tbourida    Les Botolistes proches de la qualification    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MARIA ZAKI : un roman dans l'ombre du scribe
Publié dans Eljadida 24 le 23 - 05 - 2011

Connaissez-vous MARIA ZAKI ? Que oui ! Disciple d'Abdelkebir KHATIBI, c'est la nouvelle étoile montante des écrivains jdidis. Façonnée, guidée par le maitre depuis le début, formée dans la pure tradition khatibienne, conseillée et mise sur les rails de la création par le Mentor, elle ne cache pas son admiration pour celui qui fut son professeur, celui qu'on peut considérer sans ambages comme le maitre incontesté de la sphère de la pensée au Maroc et ailleurs.
Au café face à la mer, autour d'un café crème avec mon ami GABI, la veille de son passage tonitruant au café littéraire d'El Jadida, MARIA ZAKI s'est confiée dans le brouhaha et le bruissement de la mer atlantique : - J'allais à Rabat voir Abdelkebir tous les vendredis à 15 heures. Abdelkebir KHATIBI, idole incontestée des étudiants et des intellectuels marocains d'ici et d'ailleurs, a initié MARIA ZAKI à l'écriture depuis ses premiers poèmes. Dans toutes ses créations littéraires elle est restée en contact permanent avec l'auteur du « scribe et son ombre », jusqu'à son décès à l'hôpital « CHEIKH BEN ZAID » de Rabat le 16 mars 2009. Dans son dernier poème sur KHATIBI, MARIA ZAKI nous livre un émouvant hommage que les mots seuls ne peuvent traduire, tant sa subite disparition fut douloureuse, jugez-en par cet extrait ô combien évocateur : « Dans la nuit soucieuse De notre aimance Inachevable et inachevée Dans la nuit orageuse Plus haute que les marées C'est déjà le rêve ! Mêle-nous à toi Dans les eaux D'un miroir intemporel Entre fulgurance et éclat… » Les écrits de MARIA ZAKI oscillent entre la poésie imagée (5 recueils), « la nouvelle » fantastique (deux recueils), la prose ou le roman (2 romans). Son premier recueil de poésie est une véritable délivrance : « Voici défait le silence », une prise de parole qui en dit long sur le mutisme ambiant qui caractérise la condition des femmes marocaines. Sa dernière création qu'elle a publiée comme on enfante un beau petit garçon, est intitulée « la fable du deuxième sexe ». C'est un roman de grande qualité littéraire, trois longues années, période pendant laquelle elle a tergiversé, hésité, changé de lieu, de personnage et d'histoire. Mais une chose est certaine, le thème de la métamorphose s'étale souverain, se dresse tel le voile protecteur devant le lecteur, conquérant et ravageur. A ce propos, connaissez-vous le célèbre roman de Franz KAFKA « la métamorphose » ? Là vous y êtes ! presque, sauf que tous les personnages sont marocains, on pourrait même dire « jdidis ». Les événements eux, se déroulent à TIT, l'actuelle MOULAY ABDALLAH, un lieu symbole, une cité ensevelie dans les méandres de l'histoire, une coïncidence heureuse, une résurrection même… MARIA ZAKI tente par ce roman l'aventure d'un retour aux sources, veut sentir les odeurs du Bled, cheminer dans ses labyrinthes, rétablir le pacte d'avec le passé séculaire, bousculer la vision traditionnaliste, poser des questions philosophiques, sur ce qu'est être un homme, naitre ou devenir une femme, sans omettre de reprendre le lien avec le grand Maitre KHATIBI.
Tarik BOUBIYA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.