HCP : Les Cahiers du plan publient une étude démographique du Maghreb    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    BAM: l'immobilier en berne    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Bilan d'étape : le dit et le non-dit    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    En Libye, la guerre est aussi économique    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers sportifs    La CGEM octroie son label RSE    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Divers    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    1998: retour des Lions pour une place au quart…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MARIA ZAKI : un roman dans l'ombre du scribe
Publié dans Eljadida 24 le 23 - 05 - 2011

Connaissez-vous MARIA ZAKI ? Que oui ! Disciple d'Abdelkebir KHATIBI, c'est la nouvelle étoile montante des écrivains jdidis. Façonnée, guidée par le maitre depuis le début, formée dans la pure tradition khatibienne, conseillée et mise sur les rails de la création par le Mentor, elle ne cache pas son admiration pour celui qui fut son professeur, celui qu'on peut considérer sans ambages comme le maitre incontesté de la sphère de la pensée au Maroc et ailleurs.
Au café face à la mer, autour d'un café crème avec mon ami GABI, la veille de son passage tonitruant au café littéraire d'El Jadida, MARIA ZAKI s'est confiée dans le brouhaha et le bruissement de la mer atlantique : - J'allais à Rabat voir Abdelkebir tous les vendredis à 15 heures. Abdelkebir KHATIBI, idole incontestée des étudiants et des intellectuels marocains d'ici et d'ailleurs, a initié MARIA ZAKI à l'écriture depuis ses premiers poèmes. Dans toutes ses créations littéraires elle est restée en contact permanent avec l'auteur du « scribe et son ombre », jusqu'à son décès à l'hôpital « CHEIKH BEN ZAID » de Rabat le 16 mars 2009. Dans son dernier poème sur KHATIBI, MARIA ZAKI nous livre un émouvant hommage que les mots seuls ne peuvent traduire, tant sa subite disparition fut douloureuse, jugez-en par cet extrait ô combien évocateur : « Dans la nuit soucieuse De notre aimance Inachevable et inachevée Dans la nuit orageuse Plus haute que les marées C'est déjà le rêve ! Mêle-nous à toi Dans les eaux D'un miroir intemporel Entre fulgurance et éclat… » Les écrits de MARIA ZAKI oscillent entre la poésie imagée (5 recueils), « la nouvelle » fantastique (deux recueils), la prose ou le roman (2 romans). Son premier recueil de poésie est une véritable délivrance : « Voici défait le silence », une prise de parole qui en dit long sur le mutisme ambiant qui caractérise la condition des femmes marocaines. Sa dernière création qu'elle a publiée comme on enfante un beau petit garçon, est intitulée « la fable du deuxième sexe ». C'est un roman de grande qualité littéraire, trois longues années, période pendant laquelle elle a tergiversé, hésité, changé de lieu, de personnage et d'histoire. Mais une chose est certaine, le thème de la métamorphose s'étale souverain, se dresse tel le voile protecteur devant le lecteur, conquérant et ravageur. A ce propos, connaissez-vous le célèbre roman de Franz KAFKA « la métamorphose » ? Là vous y êtes ! presque, sauf que tous les personnages sont marocains, on pourrait même dire « jdidis ». Les événements eux, se déroulent à TIT, l'actuelle MOULAY ABDALLAH, un lieu symbole, une cité ensevelie dans les méandres de l'histoire, une coïncidence heureuse, une résurrection même… MARIA ZAKI tente par ce roman l'aventure d'un retour aux sources, veut sentir les odeurs du Bled, cheminer dans ses labyrinthes, rétablir le pacte d'avec le passé séculaire, bousculer la vision traditionnaliste, poser des questions philosophiques, sur ce qu'est être un homme, naitre ou devenir une femme, sans omettre de reprendre le lien avec le grand Maitre KHATIBI.
Tarik BOUBIYA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.