L'ANAPEC ouvre son agence universitaire à Casablanca : Elle est opérationnelle à partir du mois d'octobre    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Ittihad de Tanger: 23 joueurs et membres du staff testés positifs    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    La Bourse de Casablanca en hausse    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Le Bayern et le Barça en quart !    Botola: Le Raja de Casablanca leader    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Paraguay : Ronaldinho et son frère bientôt libérés    24 Marocains à Polytechnique    Enjeux et défis pour le Maroc    Quid de la responsabilité des citoyens?    Les femmes plus que les hommes?    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Présidentielle US : Joe Biden informera ses partisans par SMS sur le choix de sa colistière    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    Un dimanche chaud dans la majeure partie du Maroc    Liban : des Libanais remercient le Roi Mohammed VI    212 Founders s'impose parmi les leaders en Afrique    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    Météo : la saison des ouragans 2020 sera pire que prévu dans l'Atlantique    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Laâyoune: les marins soumis aux tests de dépistage    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Marrakech: la DGSN met la main sur trois criminels    Marrakech dans le top 25 de « TripAdvisor »    C1- Classement des buteurs: Lewandowski conforte son avance    Ça chauffe au Liban, un policier tué et 238 personnes blessées    Un matelas anti covid-19 pour Messi    La Botola a désormais un nouveau leader    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Des fresques murales égaient la kasbah de Bni Ammar    Casey Affleck, en père protecteur dans un monde sans femmes dans "Light of My Life"    "Même pas mort", nouveau roman de Youssef Amine El Alamy    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    L'élan de conscience se renforce au Parlement européen au sujet du détournement de l'aide humanitaire par le Polisario et l'Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





MARIA ZAKI : un roman dans l'ombre du scribe
Publié dans Eljadida 24 le 23 - 05 - 2011

Connaissez-vous MARIA ZAKI ? Que oui ! Disciple d'Abdelkebir KHATIBI, c'est la nouvelle étoile montante des écrivains jdidis. Façonnée, guidée par le maitre depuis le début, formée dans la pure tradition khatibienne, conseillée et mise sur les rails de la création par le Mentor, elle ne cache pas son admiration pour celui qui fut son professeur, celui qu'on peut considérer sans ambages comme le maitre incontesté de la sphère de la pensée au Maroc et ailleurs.
Au café face à la mer, autour d'un café crème avec mon ami GABI, la veille de son passage tonitruant au café littéraire d'El Jadida, MARIA ZAKI s'est confiée dans le brouhaha et le bruissement de la mer atlantique : - J'allais à Rabat voir Abdelkebir tous les vendredis à 15 heures. Abdelkebir KHATIBI, idole incontestée des étudiants et des intellectuels marocains d'ici et d'ailleurs, a initié MARIA ZAKI à l'écriture depuis ses premiers poèmes. Dans toutes ses créations littéraires elle est restée en contact permanent avec l'auteur du « scribe et son ombre », jusqu'à son décès à l'hôpital « CHEIKH BEN ZAID » de Rabat le 16 mars 2009. Dans son dernier poème sur KHATIBI, MARIA ZAKI nous livre un émouvant hommage que les mots seuls ne peuvent traduire, tant sa subite disparition fut douloureuse, jugez-en par cet extrait ô combien évocateur : « Dans la nuit soucieuse De notre aimance Inachevable et inachevée Dans la nuit orageuse Plus haute que les marées C'est déjà le rêve ! Mêle-nous à toi Dans les eaux D'un miroir intemporel Entre fulgurance et éclat… » Les écrits de MARIA ZAKI oscillent entre la poésie imagée (5 recueils), « la nouvelle » fantastique (deux recueils), la prose ou le roman (2 romans). Son premier recueil de poésie est une véritable délivrance : « Voici défait le silence », une prise de parole qui en dit long sur le mutisme ambiant qui caractérise la condition des femmes marocaines. Sa dernière création qu'elle a publiée comme on enfante un beau petit garçon, est intitulée « la fable du deuxième sexe ». C'est un roman de grande qualité littéraire, trois longues années, période pendant laquelle elle a tergiversé, hésité, changé de lieu, de personnage et d'histoire. Mais une chose est certaine, le thème de la métamorphose s'étale souverain, se dresse tel le voile protecteur devant le lecteur, conquérant et ravageur. A ce propos, connaissez-vous le célèbre roman de Franz KAFKA « la métamorphose » ? Là vous y êtes ! presque, sauf que tous les personnages sont marocains, on pourrait même dire « jdidis ». Les événements eux, se déroulent à TIT, l'actuelle MOULAY ABDALLAH, un lieu symbole, une cité ensevelie dans les méandres de l'histoire, une coïncidence heureuse, une résurrection même… MARIA ZAKI tente par ce roman l'aventure d'un retour aux sources, veut sentir les odeurs du Bled, cheminer dans ses labyrinthes, rétablir le pacte d'avec le passé séculaire, bousculer la vision traditionnaliste, poser des questions philosophiques, sur ce qu'est être un homme, naitre ou devenir une femme, sans omettre de reprendre le lien avec le grand Maitre KHATIBI.
Tarik BOUBIYA


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.