Omar Hilale dénonce l'obsession sud-africaine au sujet du Sahara marocain    Nador : Avortement d'une tentative de trafic de cocaïne, d'héroïne et de psychotropes vers le Maroc depuis Melilia    Un Benkirane australien échappe à un Crocodile    Initiée en partenariat avec l'ADD : La DGI lance la prise de rendez-vous en ligne    A travers son application : mobile McDonald's Maroc récompense la fidélité de ses clients    Mondial de handball : Ouf, il était temps ! La 29ème place...à l'arrachée    Algérie. La belle princesse face aux trois monstres    Technologie 4.0 : 30% des industries existantes transformées    Enseignement supérieur : 21 établissements universitaires seront créés entre 2021 et 2023    Affaire «Hamza mon Bb» : Un an de prison ferme pour la dénommée D.B    Edito : Vaccin    La présidence tunisienne reçoit une lettre contenant une matière suspecte    L'éthique et l'intégrité sont au cœur de notre activité [Tribune]    Le roman marocain de langue française : Lectures croisées d'un renouveau littéraire    Campagne de vaccination : les migrants risquent l'exclusion !    Evolution du coronavirus au Maroc : 890 nouveaux cas, 468.383 au total, mercredi 27 janvier 2021 à 18 heures    Hammams, fin du calvaire ?    Une centaine de jihadistes tués lors d' une opération franco-malienne    Le quotidien des citoyens, pierre angulaire des questions des Groupes socialistes au Parlement    Stage de préparation au profit des coureurs-cyclistes à Benslimane    Israël rouvre sa mission diplomatique au Maroc    Derb jrane sous les décombres    L'UNESCO offre au Maroc des équipements d' alerte précoce des tremblements de terre    Le Maroc et les USA organisent une réunion régionale    Face à l'évolution du monde et de son voisin le Maroc, l'Algérie «semble absente»    La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Casablanca: La trémie des Almohades achevée « d'ici fin mars »    L'Inter de Lukaku vient à bout du Milan d'Ibrahimovic    La face cachée de la lune    Les positions constantes du Maroc envers les droits inaliénables du peuple palestinien réitérées à Addis-Abeba    Issam El Maguiri: Les commerçants relevant du régime de la CPU bénéficieront progressivement de l'AMO, de la retraite et de l'indemnité pour perte d' emploi    Timide reprise du marché du travail à l'échelle mondiale    Ammouta : «L'équipe nationale a livré son meilleur match»    Pour mauvais résultats : Chelsea limoge son entraîneur    Tirage au sort de la CAN U20 : Le Maroc hérite du Ghana, de la Tanzanie et de la Gambie    Sinopharm arrivé au Maroc : le ministère laconique sur le nombre de doses     Gomez quitte Bergame pour Séville    Tenue d'un webinaire international sous le thème "Préserver et transmettre la mémoire pour ancrer l'altérité"    "Bladifqalbi" mise sur la Toile    Le Parlement canadien désigne les "Proud Boys " comme une " entité terroriste "    Benchaâboun : «des avancées substantielles» du Programme Compact II    Une musique picturale mystique    Hommage aux plasticiens de la Cité des Alizés disparus    Zhour Maamri passe l'arme à gauche    Tir sportif : La 4ème édition du Grand prix du Maroc du 28 janvier au 6 février à Rabat    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    L'UNESCO met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce aux tremblements de terre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ARTISTE-PEINTRE ABDELLAH EL ATRACH : A la recherche de nos rêves perdus
Publié dans L'opinion le 21 - 06 - 2013

Dans le cadre de la quatrième édition de l'événement «Faddae Ennas» organisée récemment sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et la présidence effective de Son Altesse Royale Lalla Meryem sous le signe «Addikra Addahabia» à la place Djamaâ El F'na à Marrakech, l'Association Nationale des Arts Plastiques a fait participer l'artiste plasticien Abdellah El Atrach , et ce aux cotés de 49 artistes plasticiens d'ici et d'ailleurs qui on travaillé en plein air devant le public sous des tentes spécialement conçues à cet effet, ce qui a insufflé à cette place mythique un nouveau esprit voire un label de beauté naturelle loin de toute agression et dénaturation. Une opportunité précieuse pour inviter les passionnés d'art à fêter et à vivre la vie des formes fantasmagoriques en compagnie de ses contemporains Abderrahim Trifis et Mohamed Tabal.
Abdellah El Atrach est né en 1972 dans les environs d'Essaouira. Après quelques années d'école, il exerce divers métiers marqueteur, sculpteur, pâtissier, avant de se consacrer à la peinture. Il est fortement enraciné dans la culture populaire. Ses sujets sont souvent liés aux confréries extatiques de la transe, et plus particulièrement à celle des aissaoua, dont les adeptes, hommes et femmes, entrent en transe au cours de cérémonies rituelles rythmées par la cadence des instruments de musique, tambours et haut bois. Les œuvres qui s'inspirent de ce contexte montrent des personnages aux yeux exorbités symbolisant ainsi leur état modifié de conscience. L'artiste complète ces scènes de transe et d'extase en représentant autour de ces figurants des êtres fantastiques et toutes sortes d'attributs et d'animaux liés à la magie : serpents, scorpions, lézards, caméléons qui lui servent en même temps de motifs d'ornementation : « Les images à peindre surviennent comme dans un rêve, surtout la nuit , quand il est seul avec sa bougie , dans une maison en ruine , située en dehors de son village natal. La seule pièce qui n'est pas tombée, est celle dans laquelle il travaille. La maison est à ciel ouvert et on peut y observer nettement la voie lactée. Il y trouve une âme d'astronome. L'environnement nocturne et solitaire contribue à ce dialogue créatif de l'imaginaire avec la nature : « La bougie allumée sous un ciel étoilé, m'aide à exécuter ce qui me passe par la tête. Cette maison en ruine ne sert pas pour dormir : je m'y isole uniquement pour peindre. Des fois, j'y reste à peindre de trois heures de l'après-midi à une heure du matin. Pour étancher ma soif , je m'y contente d'une théière et d'une cruche d'eau. Mais l'idée que je porte me pèse lourdement. J'ai peur de la perdre ou de l'oublier. Je ne me sens vraiment soulagé qu'une fois que je l'ai exécuté. » Pour représenter le ciel et la terre, le soleil et la mer, le féminin et le masculin, le diurne et le nocturne – comme autant d'oppositions fondatrices – le peintre travaille avec des couleurs naturelles, sans avoir à les mélanger les unes aux autres : le jaune de l'aube, le bleu du ciel, le blanc de la brume, le rouge du crépuscule et enfin le noir de la nuit. Ces couleurs qui constituent les teintes du jour et de la nuit, renferment la vie des humains et des animaux. C'est dire toute l'audace d'une telle démarche, qui tente, sous un ciel constellé d'étoiles, de recréer tout un univers au milieu d'une ruine. », écrivait Abdelkader Mana, anthropologue.
Artiste peintres autodidacte d'Essaouira, considéré comme le plus représentatifs d'un art auquel on a donné le qualificatif « afro-berbère » ou « tribal », Abdellah El Atrach, souscrit sa démarche plastique dans une recherche formelle qui fait grand cas du graphisme et des effets colorés. Devant ses œuvres, on pense parfois à Paul Gauguin dans sa période tahitienne. Nous sommes en face d'une iconographie particulièrement singulière, où les références à l'Afrique ne sont pas vues de l'esprit.
Les œuvres de cet artiste oniriste sont exposées jusqu' au 15 juillet 2013 à la Villa Val d'Anfa du Crédit du Maroc à Casablanca aux cotés de celles d'Abderrahim Trifis et Mohamed Tabal.
Bio express :
Né à 1972 à Essaouira.
Vit et travaille à Hanchane, province d'Essaouira.
Depuis 1980 : Plusieurs expositions individuelles et collectives au Maroc et à
l'étranger.
1996 : Essaouira - Galerie d'Art Frédéric Damgaard
1996 : Agadir - Galerie d'Art Artomania
1996 : Meknès – Centre Culturel Français
1997 : Belgique – Anvers, Musée Royal des Beaux Arts
1998 : Essaouira - Galerie d'Art Frédéric Damgaard
1999 : Suisse – Morges, Gagnant du prix spécial du jury,
au 20eme concours international Pro Arte Kasper.
1999 : France – Barbizon, Galerie Triade.
1999 : France – « Le temps du Maroc en France » Expositions
Officielles à Strasbourg, bourges, la rochelle, Lyon, pezenas, St. Etienne et Paris.
2000 : France – Plaudren, Galerie Absidial.
2000 : Maroc – Musée Dar Belghazi, Bouknadel-Salé.
2001 : France – Mairie de Dijon.
2002 : Suisse – « Manoir de la ville de Martigny » Martigny.
2002 : Belgique – Bruxelles, « Galerie Richmond».
2003 : Suisse – Morges, Gagnant du prix du public pour la catégorie « Art brut, singulier et insolite » « un lansquenet d'or ».
2008 : Essaouira Alliance Franco Marocaine d'Essaouira.
2009 : Foire Internationale de l'art de Casablanca.
2009 : Essaouira alliance franco marocaine d'essaouira.
2011 : Foire Internationale de l'Art de Casablanca.
2012 : Exposition collective au loft art Gallery Casablanca.
2013 : Salon National d'Art Contemporain.
«Faddae Ennas» à Marrakech.
la Villa Val d'Anfa du Crédit du Maroc à Casablanca


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.