Déficit budgétaire de 41,3 MMDH à fin juillet    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Covid-19: Le nombre des cas actifs s'élève à près de 11.000    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.306 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 39.241 cas cumulés, vendredi 14 août à 18 heures    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Fkih Ben Salah: une tentative de trafic de 720 chardonnerets avortée    Covid-19 au Maroc: témoignages poignants de médecins réanimateurs    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Réalisation d'une arthroscopie pour la première fois dans un hôpital provincial    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Vaccin anti-Covid-19: accord entre l'UE et une société américaine    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Kenya : Un centre commercial de Nairobi cible d'une attaque terroriste des shebab : Une soixantaine de morts et 175 blessés au moins
Publié dans L'opinion le 23 - 09 - 2013

Au moins 59 personnes ont été tuées et 175 autres blessées dans l'attaque d'un centre commercial de Nairobi par des assaillants islamistes, selon un nouveau bilan donné dimanche par le ministre kényan de l'Intérieur, Joseph Ole Lenku. «Jusqu'ici, nous avons 59 personnes qui ont été tuées,» a déclaré le ministre, faisant état également de 175 blessés. Un précédent bilan de la Croix-rouge kényane faisait état de 43 morts et 200 blessés.
La confrontation se poursuivait dimanche à la mi-journée entre les forces de sécurité et 10 et 15 islamistes dans le centre commercial Westgate Mall où les assaillants détiennent toujours un nombre indéterminé d'otages.
«Un certain nombre d'agresseurs sont encore dans le bâtiment, entre 10 et 15», a indiqué le ministre, relevant que «nous pensons qu'il y a des personnes innocentes dans le bâtiment, c'est pourquoi l'opération est délicate».
C'était une cible évidente: le célèbre «Westgate Mall», attaqué samedi à Nairobi par un commando islamiste, était le centre commercial le plus en vue de la capitale kényane, avec une nombreuse clientèle expatriée dans un vaste complexe difficile à sécuriser.
Depuis que l'armée kényane a envoyé ses troupes en Somalie fin 2011, à la poursuite des islamistes shebab affiliés à Al-Qaïda, la crainte d'un attentat majeur pesait sur Nairobi.
Cette crainte se cristallisait autour des centres commerciaux de la capitale, bondés le week-end d'une clientèle de riches Kényans et étrangers de toutes les nationalités.
«Qu'un centre commercial soit visé n'était qu'une question de temps», a relevé un expert de questions de sécurité.
«Etant donné la nature stratégique de Westgate, c'est évidemment une cible pour les terroristes,» a renchéri Emmanuel Kisiangani, analyste basé à Nairobi et travaillant pour l'Institut sud-africain d'études sécuritaires (ISS).
Les shebab, qui ont revendiqué l'attaque, «ont frappé là pour montrer qu'ils avaient toujours un pouvoir de nuisance», observe M. Kisiangani.
Il s'agit de l'attentat le plus meurtrier à Nairobi depuis une attaque-suicide d'al-Qaïda en août 1998 contre l'ambassade américaine, qui avait fait plus de 200 morts.
Depuis deux ans, plusieurs ambassades occidentales ont régulièrement averti leurs ressortissants de possibles attentats et appelé à la prudence autour des lieux fréquentés, en particulier les centres commerciaux.
Les shebab somaliens avaient promis depuis le début de l'intervention militaire kényane en Somalie de frapper le Kenya en représailles. Le pays avait, depuis deux ans, plusieurs fois été la cible d'attaques, notamment des jets de grenade, mais jamais de cette ampleur. Et ces incidents, concentrés dans le nord-est du pays, frontalier de la Somalie et où vit une importante population d'origine somalienne, n'avaient jamais été revendiquées directement par les islamistes.
Dans ce contexte, le luxueux centre commercial de Wesgate, ouvert en 2007 et situé dans une zone très souvent embouteillée, en particulier le week-end, cumulait tous les facteurs de risque.
Il est situé au coeur du quartier aisé de Westlands, où vivent de très nombreux expatriés travaillant pour l'ONU et les ONGs, mais aussi une importante classe-moyenne kényane.
Réputé être en partie la propriété d'intérêts israéliens, le Westgate abrite sur plusieurs étages des magasins de marques internationales comme Nike, Converse, mais aussi un gigantesque supermarché, des cafés, des restaurants, un complexe de cinémas...
Dans une capitale connue comme le «hub» de l'Afrique de l'Est, où sont basés des milliers d'expatriés en famille, l'endroit était régulièrement cité par les consultants de sécurité comme une cible possible de groupes liés à Al-Qaïda - tels les insurgés shebab.
Et la configuration des lieux - vaste terrasse donnant sur la rue, multiples entrées, parkings aérien et souterrain- se prêtait de fait particulièrement à une attaque.
Comme la plupart des centres commerciaux kényans, Westgate n'était habituellement surveillé que par quelques gardes de sociétés de sécurité privé, équipés de simples détecteurs de métaux ou plus rarement de fusils à pompe, mais incapables de faire face à une attaque armée.
A l'inverse de plusieurs hôtels de luxe de Nairobi, aucun portique de sécurité n'y a été installé à ses multiples entrées. Les visiteurs n'étaient soumis qu'à un rapide contrôle de leurs sacs. Seuls les véhicules pénétrant dans les parkings souterrains ou en terrasse étaient sommairement examinés.
Art Caffe, un café-restaurant-boulangerie très prisé de la clientèle européenne, dispose d'une longue terrasse en rez-de-chaussée, qui donne directement sur la route.
La propre soeur du président kényan Uhuru Kenyatta se trouvait dans le centre commercial au moment de l'attaque, selon le quotidien The Nation. Elle a pu être placée en lieu sûr par les forces de sécurité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.