France : l'affaire Lamjarred renvoyée aux assises pour viol    L'Allemagne paie le prix de l'hypocrisie de l'Europe vis-à-vis du Maroc, écrit Bloomberg    Kamal Lahlou réélu à l'unanimité à la tête de la FMM    Béni Mellal : un mort dans l'effondrement d'une maison    Bab Sabta : les travaux de rénovation suscitent l'espoir d'une ouverture imminente    Sa passe pour le Moghreb Tétouan et le Chabab Mohammédia    CAN U20 : La Tunisie accuse l'Ouganda d'avoir triché sur l'âge des joueurs !    Elections de la CAF : Lawson Hogban, une femme qui vise le Comité Exécutif de la CAF!    RCOZ: 50 candidats au poste d'entraîneur    Chelsea enfonce Liverpool, Everton et Tottenham au contact    El Jadida: mise en échec d'une opération de trafic international de drogue et saisie de 3.300 kg de chira    Alerte météo: fortes averses orageuses, chutes de neige et rafales de vent au Maroc    Sidi Slimane    Real Madrid: Benzema se confie au sujet de Cristiano Ronaldo    Le Maroc suspend ses vols avec l'Algérie et l'Egypte (PHOTO)    Covid-19 en Espagne: aucune manifestation pour le 8 mars à Madrid    Ouverture officielle du consulat général de Jordanie à Laâyoune    Rajesh Vaishnaw nommé ambassadeur de l'Inde au Maroc    Campagne de vaccination anti-covid : le Maroc fait mieux que la France, selon des intellectuels français    Faut-il arrêter l'alcool 40 jours avant Ramadan ? La réponse de cheikh Fizazi    En France, Khattari El-Haimer, responsable proche du polisario, mis en examen pour «subornation de témoin»    Naima Bouhmala rassure ses fans sur son état de santé (VIDEO)    Chtouka-Aït Baha Dans un commerce, un père de famille tente de violer une aide-commerçante    L'Institut culturel italien de Rabat promeut la culture de son pays dès ce mois    À Tindouf, deux détenus incarcérés au pénitencier Edhaibia fustigent des exactions contre les droits de l'homme    Taxe sur les terrains non bâtis: la nouvelle formule séduit, mais présente des limites    Nouveau projet «Yemoley et Yemoh école de la diversité»    «Moukarabat» enchaîne les publications    Une 5ème certification ISO pour l'Institut national d'hygiène    La grogne monte chez les bureaux de change    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 5 mars    Accès à l'emploi : dur, dur pour les Marocaines !    Lois électorales : Dernière ligne droite au Parlement    Un autre Marocain dans le viseur de Chelsea    Projet de loi sur l'usage du cannabis : Le débat ajourné    Algérie : un médecin fustige le régime en place et s'indigne contre les défaillances du secteur de la santé    Edito : Sprint final    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    ElGrande Toto monte le son !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Coupe du Trône : L'AS FAR élimine l'IRT pour affronter le Raja !    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nigeria : Le pouvoir dépassé par les violences
Publié dans L'opinion le 22 - 05 - 2014

Les opérations de secours se poursuivaient au Nigeria mercredi, au lendemain d'un double attentat à Jos (centre) qui a fait au moins 118 morts, déstabilisant un peu plus le gouvernement malgré la mobilisation internationale contre Boko Haram.
Selon Mohammed Abdulsalam, le coordinateur de l'Agence nationale de gestion des crises, le bilan pourrait s'aggraver car les secouristes vont sans doute retrouver «plus de cadavres dans les décombres» dus aux explosions.
Le double attentat à la voiture piégée, qui a également fait 56 blessés, n'avait toujours pas été revendiqué mercredi, mais les soupçons se tournent vers le groupe islamiste armé Boko Haram, que le gouvernement dit lié à Al-Qaïda.
Le mode opératoire du carnage de Jos rappelle celui souvent employé par l'internationale jihadiste: d'abord l'explosion d'un camion piégé au milieu de l'après-midi sur un marché de cette ville d'un million d'habitants, puis l'explosion d'un deuxième véhicule alors que les habitants et les secouristes ont déjà accouru pour aider les victimes.
Ce nouvel attentat ravive la crainte de violences interreligieuses, avec leur cycle infernal de représailles qui ont déjà ensanglanté l'Etat du Plateau et sa capitale Jos par le passé. Cet Etat est situé à la charnière entre le sud chrétien et le nord majoritairement musulman du Nigeria.
Boko Haram a revendiqué une série d'attaques spectaculaires depuis un mois et demi.
Le 14 avril, un attentat à la voiture piégée contre une gare routière dans un quartier populaire d'Abuja fait 75 morts. Le 1er mai, une semaine avant l'ouverture d'un forum économique international dans la capitale fédérale, un attentat similaire, au même endroit, fait 19 morts.
Le 5 mai, des hommes armés rasent la ville de Gamboru Ngala, près de la frontière camerounaise, tuant plus de 300 personnes. Et le 18 mai, quatre personnes périssent dans une attaque-suicide à Kano, la grande ville du Nord musulman.
A ces attaques s'ajoutent l'enlèvement de plus de 200 lycéennes à Chibok, une petite ville du Nord-Est, revendiqué dans une vidéo par Abubakar Shekau, le chef de Boko Haram, qui a scandalisé l'opinion publique mondiale et entraîné une mobilisation internationale.
Après l'attentat de Jos, le président nigérian Goodluck Jonathan, largement critiqué pour son inaction et son incapacité à faire cesser les violences, a réitéré son engagement à «gagner la guerre contre le terrorisme».
Le Parlement nigérian a validé mardi la prolongation de l'état d'urgence en vigueur dans trois Etats du Nord-Est, demandée par M. Jonathan. Mais cette mesure d'exception déjà en vigueur depuis mai 2013, accompagnée d'une vaste offensive militaire, n'a jamais pas permis d'enrayer les violences de Boko Haram. Les attaques se sont au contraire multipliées, visant de plus en plus les civils.
Les forces de sécurité nigérianes apparaissent dans les faits incapables de prévenir les attaques, Boko Haram frappant désormais aussi bien dans les Etats du nord-est du Nigeria, ses fiefs, que dans le Centre ou le Nord. Le Sud chrétien n'a pas encore été touché, mais le groupe islamiste a menacé de s'attaquer aux intérêts pétroliers dans le delta du Niger, stratégiques pour la première économie d'Afrique.
Plusieurs pays occidentaux, Etats-Unis en tête, ont dépêché des experts, des avions-espions et des drones pour aider le Nigeria à retrouver les lycéennes kidnappées et à tenter de neutraliser les islamistes.
Un sommet organisé à Paris, qui a réuni samedi le Nigeria, ses voisins et ses soutiens occidentaux, a adopté un plan global de lutte contre Boko Haram, établissant une large coopération militaire.
Toutes ces mesures apparaissent pour l'instant sans effet, les experts soulignant depuis longtemps qu'une telle insurrection, menée par des islamiste au sein d'une population dont une partie les soutient, ne peut être arrêtée uniquement par des opérations militaires.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.