«Le nouveau modèle de développement devrait être lié au sens de l'Histoire...»    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    Tourisme : Nadia Fettah Alaoui fait de nouvelles promesses    Sévir contre «la minorité radicale» et protéger une communauté intégrée    France : Les appels au boycott des produits français ont peu d'impact    Serie A: L'AC Milan et l'AS Rome se neutralisent    «Messi est la clé de ce nouveau projet», assure le président Bartomeu    Zamalek: Bencharki en forme avant le choc face au Raja!    Port du masque : les autorités locales donnent des chiffres    Ce facteur augmenterait le risque de mourir du Covid-19    Tanger: de nouvelles mesures restrictives en vigueur à l'approche de la fête du Mawlid    Un plan d'action adapté à l'évolution de l'épidémie    L'UEM annonce la tenue de son prochain congrès    Projection en compétition officielle du Festival du film d'El Gouna    Zafer Al-Abidine, premier vampire arabe dans khatt Dam « Bloodline »    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Taroudant/Covid-19 : Nouvelles mesures préventives contre la pandémie    Le Maroc plaide pour «un système multilatéral renouvelé et plus équitable»    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    CFG Bank : La masse bénéficiaire ajustée des principales sociétés devrait baisser de 18,3% en 2020.    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Affaire des caricatures : Le Conseil Supérieur des Oulémas donne sa position    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Maroc Telecom, «Top Performer RSE» pour la 7e fois consécutive    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Business Stay by Kenzi Hotels Group : Un travail en toute sérénité    Kifal auto : La startup qui roule pour les voitures d'occasion (vidéo)    Le Royaume d'Eswatini ouvre son consulat général à Laâyoune    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    Zrida et Haddad testés négatifs    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Les folies d'Erdogan    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    La RSB renaît de ses cendres    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    La CAF signe un accord de partenariat avec l'ICSS    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ébola, risques et mesures préventives
Publié dans L'opinion le 03 - 09 - 2014


Entretien avec le Pr Abderrahamane Maâroufi,
Directeur de la Direction de l'épidémiologie et la lutte contre les Maladies«Le Maroc n'est pas touché, un plan de préparation de riposte a été établi»
Le Maroc a mis en place un plan de préparation de riposte à cette maladie. Département concerné, Gendarmerie Royale, Office des Aéroports, Office des ports, Services de contrôle des frontières, Royale Air Maroc, tout le monde est sur le pied de guerre. Le plan d'action concocté s'articule sur deux mesures : la première, c'est d'éviter l'introduction de cette maladie, la deuxième, c'est de détecter et d'analyser les risques.
Entretien...
L'Opinion : Ébola, cette fièvre hémorragique, est–elle plus désastreuse que les épidémies du siècle précédent tels que : la variole, la poliomyélite, la grippe espagnole, le choléra ou encore le sida ?
Pr Abderrahamane Maâroufi : Il faut dire que ce siècle a commencé avec une épidémie qui s'appelle : virus du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) puis le coronavirus MERS qui a tué près de 40 % des personnes infectées, principalement au Moyen Orient puis, depuis quelques mois, c'est Ébola. Il faut noter que la recherche scientifique a réalisé de très hautes performances le siècle précédent.
Le sida est une maladie qui fait l'objet d'un programme et une stratégie nationale qui comporte plusieurs axes et interventions par exemple des pistages avec le traitement. On peut même limiter la propagation. D'ailleurs, les dernières statistiques montrent que le chiffre des malades VIH est en baisse (0,15 % actuellement) alors qu'il y a des pays qui ont un chiffre qui dépasse les 30 %.
L'Opinion : Qu'est-ce que c'est le virus Ebola ? D'où vient-il ?
Pr Abderrahamane Maâroufi : Ébola est un virus appartenant à la famille des Filoviridae (filovirus). Les filovirus sont caractérisés par leur apparence filamenteuse et comptent parmi eux des agents infectieux responsables de fièvres hémorragiques aiguës. Le virus Ebola a été nommé ainsi en référence à une rivière passant près de la ville de Yambuku, dans le Nord de la République démocratique du Congo, alors appelé Zaïre. C'est à l'hôpital de cette localité que le premier cas de fièvre hémorragique Ebola fut identifié, en septembre 1976, annonçant une première épidémie qui allait alors toucher, d'après les dernières statistiques du 18 août 2014 de l'OMS, près de 2473 cas de personnes touchées et 1350 de décès (54 %). Il y a 6 mois, s'est déclenché le premier cas en Guinée Conakry par un enfant de 2 ans ensuite il s'est installé rapidement depuis le mois de mars chez les pays frontaliers comme le Libéria, la Sierra Leone et récemment le Nigeria.
Une fois une personne touchée, elle peut manifester des symptômes très divers allant des maux de tête aux nausées et vomissements, qui sont souvent confondus avec ceux du paludisme, de la fièvre typhoïde ou de la dysenterie, de céphalées, de maux de gorge. Puis, les symptômes empirent, des hémorragies surviennent. Quand il devient plus clair qu'il s'agit d'Ebola.
L'Opinion : Quelles sont les plus récentes informations concernant les médicaments expérimentaux utilisés pour traiter le virus Ebola ? Ou encore, quelle est la position de l'ONU à ce sujet ?
Pr Abderrahamane Maâroufi : Tous les efforts sont focalisés sur les médicaments et vaccins expérimentaux qui ont été produits par certains laboratoires nord-américains pour le traitement possible de la maladie à virus Ebola., dont certains sont en cours de test.
L'Opinion : Quelles sont les risques de propagation du virus dans notre pays et quelles sont les mesures prises pour empêcher que cela ne se produise ?
Pr Abderrahamane Maâroufi : L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a convoqué une réunion de son Comité d'urgence qui a conclu, le 8 août dernier, que l'épidémie Ébola est une urgence à portée internationale. Ceci dit, ça explique aussi qu'il faut suivre les conseils de l'OMS et prendre toutes les mesures pour contrôler et empêcher l'entrée de cette épidémie chez nous. Le Maroc, sous l'égide du ministère de la Santé, a mis en place un plan de préparation à la riposte de cette maladie, avec notre direction et la participation de nos partenaires locaux des services concernés : Gendarmerie Royale, Office des Aéroports, Office des ports, Services de contrôle des frontières, Royale Air Maroc. Ce plan s'articule sur deux mesures : la première, c'est d'éviter l'introduction de cette maladie, la deuxième, c'est de détecter et d'analyser les risques.
L'Opinion : La mondialisation facilite l'exportation des épidémies est-ce que les vols de la RAM vers ces pays peut entrainer des risques ?
Pr Abderrahamane Maâroufi : Le premier point c'est de contrôler la voie aérienne des pays de l'Afrique de l'Ouest. Avec la RAM, on a mis un plan qui consiste à garder le même équipage qui travaille sur ces destinations, l'équipage ne participera pas au système de rotation et tous ses membres ont reçu des informations pour être vigilants et doivent déclarer toute personne suspecte et informer le commandant de l'avion. Aussi, on a installé dans les aéroports des parcs de mise en isolement (quarantaine) bien équipé avec du personnel d'expérience. Egalement, on a mis à la disposition le moyen de transport strictement sécurisé pour transporter la personne suspectée. Le deuxième point, il s'agit des ports qui reçoivent des bateaux de marchandises en provenance de l'Afrique de l'Ouest, et le troisième point ce sont les entrées frontalières. A ce sujet, le contrôle à l'entrée de la Mauritanie a été renforcé. Toutes ces équipes de contrôle sanitaire et médical sont autorisées à prendre des informations du commandant de vol ou du bateau ou de la frontière pour avoir une idée sur l'état des voyageurs, et puis il y a aussi le contrôle systématique par la caméra thermique et par le thermomètre infrarouge c'est-à-dire sans avoir de contact avec le voyageur. Aussi parmi les mesures décidées, on demande à tous les voyageurs les informations personnelle ( telle l'adresse ) pendant le séjour au Maroc, parce que la période d'incubation varie de 2 à 21 jours, le plus souvent de 4 à 9 jours où la progression de la maladie atteint généralement le fonctionnement des organes vitaux comme je vous ai expliqué. Donc nous restons en contact avec le voyageur pendant cette durée de jours pour suivre son état de santé et s'assurer qu'il n'a pas eu de fièvre ou présenté quelques symptômes. Nous avons aussi renforcé le laboratoire de l'Institut Pasteur pour analyser tout prélèvement de cas suspect. D'ailleurs, je me permets de vous dire à propos du cas du voyageur libérien, qui est décédé à l'aéroport, ses prélèvements ont été diagnostiqués chez nous à l'Institut Pasteur, et cette personne venait régulièrement au Maroc. Il avait un suivi médical à l'hôpital Ibn Sina. Il avait le diabète et souffrait d'un problème cardiaque, et il n'a pas de symptôme de l'Ébola contrairement à tout ce qui a été avancé par des sites de médias sociaux. Je signale aussi que l'OMS a exigé aux pays de l'Afrique de l'Ouest de contrôler les départs de tous les voyageurs et toute personne suspecte ou qui a l'air de fatigue seront interdits de quitter le territoire pour voyager.
L'Opinion : Suite à des rumeurs qui avaient fait état, il y a quelques jours, d'un possible transfère à autre pays de la coupe du monde des clubs et le championnat d'Afrique des nations de foot en raison de l'Ébola, vous n'avez pas réagi pour démentir jusqu'à ce que la FIFA et la CAF ont démenti ces rumeurs. Quelles ont été les raisons de silence ?
Pr Abderrahamane Maâroufi : La réponse de la FIFA et la CAF était fondée sur des bases scientifiques, ce sont des instances mondiales. Elles sont en contact direct avec l'OMS (l'organisation mondiale de la santé), il faut poser juste une question : quel est le risque pour les sportifs qui vont venir chez nous ? La réponse est : le risque est nul parce que l'on n'a pas cette maladie, on n'a pas ce virus donc par quoi et comment ces sportifs vont-ils être contaminés ? C'est ça la réponse de l'OMS.
La deuxième question : est-ce qu'il y a un risque qu'un sportif africain introduit cette épidémie chez nous pendant sa participation avec son équipe nationale ? La réponse est claire : il n y a pas de risque, pourquoi ? Comme j'ai expliqué, les symptômes d'Ébola sont accompagnés de : « L'asthénie » qui est la faiblesse générale se caractérisant par une diminution du pouvoir de fonctionnement de l'organisme. Donc, ce sportif ne peut pas s'entrainer, ne peut pas jouer, ne peut pas faire un effort. D'autre part, les clubs et les fédérations ont un staff médical qui donne l'autorisation de participer ou non. Enfin, il y a le contrôle avant de quitter l'aéroport de départ dans leur pays d'origine où il existe des mécanismes de contrôle par l'OMS, donc le risque est aussi nul. Je vous confirme qu'il est illogique et non fondé les craintes et rumeurs véhiculées par quelques médias marocains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.