La déconcentration administrative: un enjeu de démocratie    PAM: Les dissidents reportent le congrès    Début de semaine mitigé    Le marché pétrolier en ébullition    L'Boulevard 2019: La relève sur un tremplin    Tremplin 2019: Une 19e édition et un esprit toujours aussi bon enfant    Skhirat: 1ère réunion du comité de pilotage de la 3e phase de l'INDH    Suivez en direct: PSG vs Real Madrid et Atlético Madrid vs Juventus    Salon du livre du Saguenay–Lac-Saint-Jean : Le marocain Mustapha Fahmi primé    OCP renforce sa position de leader en Asie    Le déficit de liberté économique, une menace pour la démocratie    Insolite : Héritage dépensé    Pedro Sanchez : J'espère que les Espagnols donneront une majorité plus large au Parti socialiste    News    Dakar salue l'engagement infaillible de S.M le Roi en faveur de la paix et de la sécurité en Afrique    Liverpool chute, l'Ajax carbure et le Barça s'en tire à bon compte    Djorkaeff à la tête de la Fondation Fifa    Le Onze national des locaux attendu aujourd'hui à Alger    Amadou Ba : Le soutien à l'intégrité territoriale du Maroc est une constante de la diplomatie sénégalaise    Des centaines de poissons morts asphyxiés en bordure de l'Oued Massa    L'accès des enfants réfugiés à la scolarisation, une initiative assurément louable    Le Maroc et le Danemark scellent un nouveau partenariat dans le domaine de la statistique    Les produits du terroir jouent un rôle clé dans le développement agricole durable    Le développement de la flotte de RAM, un prérequis pour mieux servir le tourisme national    Le Festival international du film de femmes à Salé lance la nouvelle saison culturelle    Mouna Fettou: Nous avons besoin d'une véritable industrie cinématographique    Le Maroc invité d'honneur du Festival d'Helsinki de la musique sacrée    Trump annonce un durcissement « substantiel » des sanctions contre l'Iran    Tourisme : La tendance positive du début d'année se confirme    U.S. Seeks to Heighten Scrutiny of Foreign Investment in Tech, Infrastructure, Data    Brexit : le risque d'un « No-deal » est très réel    Assemblée Générale Ordinaire de la FRMF    Rapport de la Cour des comptes : Tamek tire à boulets rouges sur Jettou    Maroc-France. Appel à projet pour l'enseignement des soft skills à l'université    Guaido poursuivi pour ses liens présumés avec des narco-trafiquants    Mur à Sebta. Vox se fait remonter les bretelles par le PP    Meknès. Le Barbe et l'Arabe-Barbe à l'honneur    Moga Festival ou l'avant-garde de la musique électronique    Quel gouvernement pour le PLF 2020?    Incendies: Fermeture de milliers d'écoles en Indonésie et en Malaisie    La « Cour suprême » de Facebook pourra annuler les décisions de Mark Zuckerberg    Sahara : A quoi joue l'Espagne ?    Le Professeur Rachid Yazami reçoit à Paris le Prix de l'Investisseur arabe    Tourisme à Essaouira : Des progrès notables, mais encore des efforts à fournir    Le Maroc invité d'honneur du festival d'Helsinki de la musique sacrée    Météo: le temps qu'il fera ce mercredi    Divers    Ligue des champions: Raja et Wydad proches de la phase de poules    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Bras de fer Syndicats/Gouvernement: Marche nationale ouvrière le 3 avril à Casablanca: Commémoration commune de la fête du travail
Publié dans L'opinion le 16 - 03 - 2016

Les directions des cinq organisations syndicales : UMT, CDT, UGTM, FDT et SNE Sup, ont tenu hier au siège de la CDT à Casablanca un point de presse au cours duquel elles ont dévoilé le programme de lutte commun après que le gouvernement "ait affiché une fin de non recevoir" à leurs actions précédentes et à leurs revendications.
Ce programme de lutte, étalé dans le temps et dont les étapes seront déclinées au fur et à mesure, débutera par l'organisation d'une marche ouvrière nationale qui aura lieu à Casablanca le dimanche 3 avril 2016, suivie de la commémoration en commun de la fête du travail le 1er mai prochain. D'autres formes de lutte seront ensuite mises au point par les directions et s'étaleront sur trois mois.
Les cinq syndicats, qui estiment que les problèmes et les attentes de la classe ouvrière et de l'ensemble des couches populaires s'aggravent en raison de la hausse des prix, de la dégradation du pouvoir d'achat et du gel du dialogue social en tant que mécanisme démocratique à même de permettre la réalisation de la justice sociale, promettent une marche grandiose à la hauteur de la grogne ouvrière et populaire contre la politique de paupérisation de l'ensemble des citoyens. De même qu'ils estiment que leur action commune est l'expression même de cette grogne et de la profonde préoccupation du mouvement syndical national face à la situation sociale, économique et politique.
Les cinq syndicats sont revenus sur la grève générale du 24 février dernier à laquelle tous les syndicats marocains ont adhéré, "à l'exception du syndicat affidé au gouvernement", ce qui est en soi un indicatif de son grand succès traduit par un taux de participation de 88, 4%.
Pour plus de détails, les centrales syndicales protestent contre :
- La dégradation du pouvoir d'achat des salariés et de l'ensemble des citoyens ;
- Les augmentations ahurissantes des prix des produits alimentaires de base et des factures d'eau, d'électricité, des transports... ;
- Les atteintes au secteur privé, son démantèlement et sa privatisation ;
- L'occultation du dialogue collectif aux niveaux national et sectoriel ;
- La faiblesse de la couverture sociale pour certaines couches sociales et son absence totale chez d'autres ;
- La répression des libertés syndicales, les poursuites judiciaires contre les responsables syndicaux et leur licenciement ;
- La non adoption d'une politique sociale propre à résoudre la problématique du chômage et de l'emploi, ajoutée à l'encouragement de l'emploi précaire et de la sous-traitance ;
- Le non respect des engagements et promesses du gouvernement envers les travailleurs marocains ;
- Les atteintes aux acquis sociaux, la Caisse de Compensation en tête, et l'entêtement à écorner les acquis en matière de retraite.
Quant aux revendications, elles visent à :
- Améliorer le revenu de tous les salariés, fonctionnaires, employés, artisans et professionnels de tous les établissements et administrations publics, semi-publics et privés, dans les secteurs agricole, industriel et commercial ;
- Consacrer une augmentation générale des salaires, des allocations familiales, l'application de l'échelle mobile des salaires et l'augmentation des pensions de retraite ;
- Faire baisser la pression fiscale sur les salaires ;
- Mener une réforme globale du système de retraites et renoncer aux décisions iniques du gouvernement à l'encontre des salariés ;
- Protéger les libertés syndicales ;
- Veiller à assurer l'obligation de déclarer les salariés à la CNSS ;
- Promouvoir et améliorer la situation de la femme et des jeunes ;
- Satisfaire les revendications sectorielles et catégorielles et asseoir les bases des négociations au niveau des secteurs professionnels.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.